DeSantis, sur la théorie critique de la race  : « Offensant » pour les contribuables de leur demander de payer pour apprendre aux enfants à « haïr leur pays »

Par Tom Ozimek
23 mai 2021
Mis à jour: 23 mai 2021

Le gouverneur républicain de Floride, Ron DeSantis, a déclaré vendredi qu’il s’opposait à l’enseignement de la théorie critique de la race dans les écoles publiques de l’État, qualifiant les idées soutenues par ses défenseurs de «  fondées sur une histoire erronée » et « enseignant aux enfants à haïr leur pays et à se haïr les uns les autres ».

DeSantis a fait ces remarques lors d’une conférence de presse tenue vendredi à Pensacola, au cours de laquelle il a annoncé la signature d’un projet de loi établissant temporairement plusieurs périodes de détaxe à l’échelle de l’État sur des articles tels que les fournitures anti-tempête et les produits de rentrée scolaire.

« Il est offensant pour le contribuable qu’on lui demande de financer la théorie critique de la race, qu’on lui demande de financer l’enseignement de la haine de leur pays aux enfants et de la haine des autres », a déclaré DeSantis.

Le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, lors d’une réunion au bureau du gouverneur à Tallahassee, Floride, le 1er avril 2021. (The Epoch Times)

Lors d’une récente interview dans l’émission Focus Talk de NTD, Yiatin Chu, une mère asiatique de deux enfants et co-présidente de la section new-yorkaise de la Fondation contre l’intolérance et le racisme (FAIR), a décrit la théorie critique de la race comme l’idée que les résultats disparates, tels que les résultats scolaires, peuvent être réduits à une seule variable, la race.

Les défenseurs de cette théorie, qui, selon elle, est de plus en plus souvent enseignée dans les établissements d’enseignement supérieur, défendent la notion socialiste d’égalité des résultats et attribuent les différences de résultats à des privilèges bien ancrés, tout en divisant les gens en « oppresseurs » et leurs victimes, les « opprimés ».

Dans tout le pays, les républicains tentent d’empêcher l’enseignement de la théorie critique de la race dans les salles de classe.

Récemment, la gouverneure républicaine du Dakota du Sud, Kristi Noem, s’est attaquée à la fois au « projet 1619 » et à la théorie critique de la race et, comme M. DeSantis, a exprimé son opposition à leur intégration dans les programmes scolaires.

« Le projet 1619 s’appuie sur le concept de la théorie critique de la race pour diviser davantage les élèves en fonction de la leur couleur de peau », a écrit Mme Noem dans une série de tweets vendredi. « C’est inapproprié et non américain. Cela n’a pas sa place dans le Dakota du Sud, et n’a certainement pas sa place dans les salles de classe du Dakota du Sud. »

Dans cette capture d’écran du livestream de la convention nationale républicaine de 2020 du RNC, Kristi Noem, gouverneure du Dakota du Sud, s’adresse à la convention virtuelle le 26 août 2020. (Avec l’aimable autorisation du comité d’organisation de la convention nationale républicaine de 2020 via Getty Images)

Le « Projet 1619 », inauguré par un numéro spécial du New York Times Magazine, tente de présenter le commerce atlantique des esclaves comme le facteur dominant de la fondation de l’Amérique, au lieu d’idéaux tels que la liberté individuelle et les droits naturels. L’initiative a été largement critiquée par les historiens et les politologues, certains estimant qu’il s’agit d’une tentative de réécrire l’histoire des États-Unis à travers un prisme de gauche.

Nikole Hannah-Jones, créatrice du projet 1619, a répondu aux critiques du GOP (Grand Old Party, surnom donné au Parti républicain) à l’égard du projet lors d’une interview accordée à MSNBC le 3 mai, affirmant que l’autorisation du programme 1619 dans les écoles relève de la liberté d’expression.

« Il ne s’agit pas d’un projet visant à enseigner aux enfants que notre pays est mauvais, mais d’un projet visant à enseigner aux enfants la vérité sur les fondements de notre pays, et ce n’est qu’en affrontant vraiment cette vérité – l’esclavage a été le fondement des États-Unis – que nous avons connu, après l’esclavage, 100 ans de discrimination légalisée contre les Noirs américains », a déclaré Mme Hannah-Jones. « Mitch McConnell et d’autres comme lui veulent que nos enfants aient une compréhension propagandiste et nationaliste de l’histoire qui ne porte pas sur les faits, mais sur la façon dont ils voudraient prétendre que notre pays est. »

Les partisans de la théorie critique de la race ont fait valoir qu’elle était nécessaire pour démontrer ce qu’ils considèrent comme un « racisme systémique omniprésent » et faciliter l’éradication de ce dernier.

Ses détracteurs établissent des parallèles entre la théorie critique de la race et le marxisme, arguant que le concept préconise la destruction d’institutions telles que le système judiciaire occidental, l’économie de marché et les religions orthodoxes, tout en exigeant qu’elles soient remplacées par des institutions conformes à l’idéologie de la théorie critique de la race.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ