Les détaillants occidentaux sont pris au piège entre revenus et éthique à cause des violations des droits de l’homme au Xinjiang

Par Fan Yu
29 mars 2021
Mis à jour: 29 mars 2021

De nombreuses marques internationales ont tenté de se distancer de l’approvisionnement en matériaux et en main-d’œuvre de la région chinoise du Xinjiang en raison des actes de génocide perpétrés par Pékin contre les Ouïghours et d’autres minorités ethniques et religieuses.

Les États-Unis, l’Union européenne, le Royaume-Uni et le Canada ont récemment sanctionné certains responsables chinois pour leur implication dans la persécution des minorités majoritairement musulmanes du Xinjiang. Le Parti communiste chinois (PCC) a détenu plus d’un million de Ouïghours dans des camps de concentration dans la région. Les détenus sont soumis au travail forcé, à la torture, au viol et à l’endoctrinement politique.

Au cours des deux dernières années, H&M, Gap, Nike et la société japonaise Fast Retailing (société mère d’UNIQLO) ont tous publié des déclarations condamnant le travail forcé ou prenant leurs distances au regard de ces allégations.

Mais aujourd’hui, les entreprises occidentales sont confrontées à un immense retour de bâton de la part du régime communiste et sont de plus en plus obligées de choisir leur camp. Les entreprises devront peut-être marcher sur une délicate corde raide entre le désir de plaire à Pékin pour conserver leur clientèle chinoise et la nécessité de répondre aux attentes des actionnaires, des cadres et des autres parties prenantes occidentales.

Le 25 mars, le porte-voix du PCC, le People’s Daily, a dénoncé Nike, Adidas, New Balance et Burberry, tous membres de la Better Cotton Initiative (BCI), et a recommandé un boycott de ces grandes entreprises en Chine. Des dizaines de célébrités chinoises ont annulé ou prévoient d’annuler des contrats avec des marques occidentales en raison de leur position sur le Xinjiang.

BCI a souvent été la cible des médias sociaux chinois. La BCI promeut la production durable de coton et a annoncé l’année dernière qu’elle suspendait son soutien aux entreprises membres qui s’approvisionnent en coton au Xinjiang, en raison de préoccupations liées aux droits de l’homme. On estime que le Xinjiang fournit 20 % de la production mondiale de coton.

H&M et Fast Retailing sont également membres de la BCI.

Le détaillant suédois de fast-fashion H&M a été l’une des premières cibles lorsque la Ligue de la jeunesse du Parti communiste a découvert une déclaration de l’entreprise datant du début de 2020 indiquant qu’elle cesserait de s’approvisionner en coton au Xinjiang. Nike et Adidas ont également été attaqués sur les médias sociaux chinois et par les médias d’État chinois pour leurs prises de position. Les deux entreprises avaient déclaré qu’elles ne s’approvisionnaient pas en matières premières dans la région du Xinjiang.

Le géant chinois de l’internet Tencent Holdings a supprimé les « skins », ou costumes virtuels portés par les personnages du jeu vidéo mobile Honour of Kings de Tencent, en raison des déclarations de Burberry prenant ses distances avec les matériaux provenant du Xinjiang. La décision a été annoncée dans un message sur la plateforme de médias sociaux chinoise Weibo, propriété de Tencent.

« D’énormes investissements dans les relations publiques ont été détruits instantanément », a écrit Hu Xijin, rédacteur en chef du média d’État chinois tourné vers l’étranger Global Times, dans un éditorial.

« Ils doivent retourner dans la société occidentale pour se plaindre, car ils savent que, pour quelque raison que ce soit, qu’ils soient actifs ou passifs, ils ont effectivement fait quelque chose d’intolérable pour les consommateurs chinois. »

Craignant un boycott généralisé de la part des consommateurs chinois, qui ont un accès limité aux informations indépendantes du département de propagande du PCC, les actions de H&M, Burberry, Nike et Adidas ont toutes chuté au cours de la semaine se terminant le 26 mars. Adidas a subi la plus forte baisse, ses actions ayant chuté de 6,7 % au cours de la semaine à Francfort.

Les entreprises prennent soin d’équilibrer leurs intérêts commerciaux en Chine et le sentiment des consommateurs dans leur pays. Certaines entreprises font déjà marche arrière et d’autres commencent à se rapprocher du PCC pour éviter un boycott et regagner des marchés.

L’entreprise espagnole Inditex, qui gère les magasins Zara, a retiré de son site Internet, le 24 mars, une déclaration précédemment publiée concernant le Xinjiang. Le détaillant japonais Muji a récemment commencé à annoncer volontairement qu’il utilise du « coton dérivé du Xinjiang ». La société américaine de chaussures Skechers a déclaré que ses enquêtes n’avaient trouvé aucune preuve de travail forcé dans ses chaînes d’approvisionnement en Chine.

L’évolution de la situation sera intéressante, étant donné l’importance que les facteurs ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) revêtent désormais pour les conseils d’administration et les actionnaires des entreprises.

Il n’existe pas de définition uniforme des normes ESG, mais de manière générale, elles évaluent l’impact environnemental d’une entreprise, les politiques sociales telles que les normes de travail, les relations avec les employés, l’impact sur les communautés locales, ainsi que les facteurs de gouvernance tels que la transparence de la propriété, l’éthique commerciale et l’indépendance du conseil d’administration.

Les gestionnaires de fonds et d’investissements ont commencé à accorder une grande importance à l’ESG et, dans certains cas, la demande des investisseurs pour les actions d’une société pourrait avoir une corrélation positive avec sa notation ESG.

Par exemple, Adidas se voit attribuer une note ESG de 82 par la société de notation S&P Global. Burberry Group a une note de 87, Inditex a une note de 75, tandis que H&M a une note de 70.

Bien que S&P ne soit simplement qu’une société de notation ESG – il existe de nombreux outils de suivi ESG – ces scores seraient tous considérés comme bons.

Mais si ces entreprises occidentales commencent à se plier aux exigences de Pékin pour sauver les ventes, le tableau devient plus sombre. Le fait de courber l’échine devant le PCC et de fermer les yeux sur la situation critique des Ouïghours au Xinjiang devrait nuire aux scores ESG des entreprises, en supposant que les sociétés de notation ESG effectuent un suivi indépendant.

Et cela pourrait déclencher des ventes forcées par les fonds qui doivent atteindre certains seuils ESG, et potentiellement faire baisser le prix des actions des entreprises.

Une fois de plus, les entreprises qui font des affaires importantes en Chine sont prises entre les revenus et l’éthique.

Fan Yu est un expert en finance et en économie et a contribué à des analyses sur l’économie chinoise depuis 2015.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ