Les deux derniers rhinocéros blancs du monde ont besoin de gardes armés 24 heures sur 24

Par Louise Bevan
19 novembre 2020
Mis à jour: 19 novembre 2020

Les deux derniers rhinocéros blancs du nord encore en vie, Najin et Fatu, sont protégés des braconniers 24 heures sur 24 par des gardes armés. Leur sous-espèce, gravement menacée, est en danger depuis des décennies.

Dans l’espoir d’un avenir meilleur, le conservateur James Mwenda s’occupe du couple de femelles depuis 2013 à la Ol Pejeta Conservancy de Nanyuki, au Kenya.

Un rhinocéros mâle, nommé Sudan, formait avec elles un trio, mais il est décédé en 2018, à l’âge de 45 ans, ce qui a anéanti ainsi toute possibilité de reproduction naturelle.

James Mwenda (Avec l’aimable autorisation de James Mwenda)

« Sudan représentait bien plus qu’un simple rhinocéros », a déclaré James à My Modern Met. « Ce qu’il représentait était énorme. »

James se réveille tôt au conservatoire afin de libérer « ses filles » de leur enclos de couchage sécurisé et les emmener dans une zone plus vaste, pour qu’elles puissent se promener.

« Nous devons vérifier leur état de santé tous les matins à 6 heures », a déclaré James. « Ensuite, nous devons nettoyer leurs enclos, nettoyer leurs mangeoires, nous assurer que leur environnement soit propre. »

(Avec l’aimable autorisation de James Mwenda)

Bénévoles et visiteurs vont et viennent fréquemment, c’est pourquoi James et ses collègues préparent également des discours pour informer le public sur Najin et Fatu, leurs besoins et leurs personnalités bien distinctes.

Ils discutent également de l’avenir. Sans le mâle, la seule façon pour la mère Najin, 31 ans, et la fille Fatu, 19 ans, d’assurer la pérennité de l’espèce est la fécondation in vitro (FIV).

« C’est l’espoir que nous avons », a déclaré James à My Modern Met. « C’est ce que nous espérons : que Sudan et les rhinocéros blancs du Nord réapparaissent sur la terre. »

« Nous dépendons tellement de cela, alors nous attendons et croisons les doigts. »

(Avec l’aimable autorisation de James Mwenda)

Le professeur Thomas Hildebrandt du Liebniz Institute for Zoo & Wildlife Research a déclaré à la BBC que le mois de septembre a marqué une « phase très importante » dans un programme de cinq ans. En utilisant le sperme de rhinocéros blancs mâles collecté de leur vivant, et en extrayant délicatement les ovules de Najin et de Fatu, l’équipe de Hildebrandt a réussi à produire deux embryons dans leur laboratoire en Italie.

Les rhinocéros blancs du Sud, plus prolifiques, pourraient servir de substituts, car ni Najin ni Fatu ne peuvent avoir de portée.

James se réjouit de la possibilité de voir naître des rhinocéros blancs du Nord et espère que le fait de partager les histoires de Najin, Fatu et de Sudan servira à lutter contre la quasi-élimination dévastatrice d’autres sous-espèces dans le futur.

(Avec l’aimable autorisation de James Mwenda)

Il y avait 2 000 rhinocéros blancs du Nord dans les années 1950. Le braconnage pour leurs cornes, qui peuvent rapporter plus de 6 000 dollars par kilogramme au Moyen-Orient, a fait des ravages.

Pour James et ses collègues, l’extinction n’est pas un phénomène théorique.

« Quand les gens parlent d’extinction, cela ressemble à une chose qui est si lointaine », a déclaré James à My Modern Met.

« Mais nous en sommes témoins tous les jours, nous le ressentons à travers ces animaux, c’est donc épuisant sur le plan émotionnel. Mais, au bout du compte, cela nous inspire. »

(Avec l’aimable autorisation de James Mwenda)

La relation entre James et les animaux sauvages a commencé dès l’enfance, lorsque sa communauté, située près du Mont Kenya, s’est trouvée en conflit avec les éléphants locaux qui pillaient et mangeaient leurs cultures. James a été témoin de beaucoup de colère envers les éléphants, mais il a grandi poussé par l’empathie et la curiosité envers ces grandes créatures persécutées.

Il ne pouvait pas se permettre d’aller à l’université, alors il a cherché un emploi qui lui permettrait de travailler avec les créatures qu’il aimait. Il en a trouvé un au Conservatoire Ol Pejeta. Désireux de proposer des voyages aux touristes amoureux de la nature, James est également en cours de création de sa propre agence de voyage, Jemu Mwenda Expeditions, et publie des mises à jour régulières sur sa page Instagram.

Ce passionné de la conservation a le sentiment instinctif que Najin et Fatu se rendent compte qu’elles sont les dernières de leur espèce.

« Je peux dire qu’elles ont le sentiment d’être les dernières de leur espèce. Elles le ressentent », a-t-il déclaré à My Modern Met. Ainsi, à travers leur personnalité, elles nous donnent des « leçons » que nous pouvons utiliser pour les générations futures.

James pleure toujours la disparition de Sudan, mais tient la promesse solennelle d’être la voix de Sudan dans sa lutte pour une plus grande prise de conscience.

« L’extinction ne concerne pas seulement les animaux, mais aussi les humains », déclare James Mwenda dans la vidéo YouTube de ses magnifiques « Rhino Girls ».

Regardez les « Royal Rhino Girls » dans la vidéo ci-dessous :

FOCUS SUR LA CHINE – Trump met fin au financement de l’armée de la Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ