Deux tableaux antiques chinois sur l’humilité et l’intégrité

Par Mike Cai
21 septembre 2019 Mis à jour: 21 septembre 2019

Les scandales nous séduisent et nous captivent. Alors que les événements scandaleux font aujourd’hui l’objet d’un débat fébrile, les anciens Chinois utilisaient ces incidents comme sujets d’art, souvent pour donner des leçons de valeurs morales. Ces incidents sont devenus intemporels grâce à l’art et ont ainsi permis de mieux comprendre la pensée et les valeurs de la Chine ancienne, qui restent d’actualité dans la société d’aujourd’hui.

Sous la dynastie Ming (1368-1644), les artistes dépeignent souvent les femmes comme un motif courant. Parmi ces artistes, Tang Yin (1470-1524) et Qiu Ying (1494-1552), qui étaient deux des quatre grands maîtres Ming, présentaient des dames et des courtisanes de la cour dans leurs œuvres et s’inspirèrent des scandales passés pour leurs thèmes.

Avec un symbolisme et des allégories qui allaient au-delà de la simple représentation de la beauté extérieure des dames, Tang Yin et Qiu Ying donnaient aux anciens Chinois l’occasion de réfléchir sur leurs propres vies ; en outre, leurs peintures leur rappelaient qu’ils devaient préserver leur intégrité.

Un rendez-vous avec l’humilité

Dans Tao Gu Presents a Poem, Tang Yin dépeint une rencontre apparemment innocente entre Tao Gu et une courtisane. C’est à cette époque que la dynastie des Song (960-1279) s’est établie pour la première fois en tant que pouvoir central et que la période des Cinq Dynasties et les Dix Royaumes (908-979) se terminait.

Tao Gu Presents a Poem (Tao Gu présente un poème), Tang Yin. Parchemin suspendu, encre et couleurs sur soie, 168.9 cm x 102.2 cm. Musée du Palais national, Taipei. (Domaine public)

Tao Gu (903-970) était un fonctionnaire de la cour de Song et a servi comme diplomate à l’empire Tang du Sud (937-975), qui était un des Dix Royaumes. En provenance de la cour de Song, Tao Gu assumait toujours  un air d’arrogance quand il se présentait au dirigeant Tang du Sud, Li Houzhu.

Outré par l’insolence de Tao Gu, Li Houzhu a inventé un plan pour dénoncer le comportement impudent de Tao Gu. Le souverain envoya une célèbre courtisane, Qin Ruolan, pour séduire Tao Gu alors qu’il se rendait dans le Tang du Sud.

Les courtisanes comme Qin Ruolan étaient essentiellement des amuseuses qui n’étaient pas liées par le mariage. En tant qu’hôtesses d’accueil professionnelles, elles étaient très instruites dans des domaines tels que la musique, la danse et la calligraphie, et l’un de leurs rôles principaux était d’utiliser leurs talents pour atténuer les tensions entre les universitaires et les fonctionnaires dans le monde des affaires.

Dans le tableau, Tao Gu et Qin Ruolan sont représentés au milieu d’un rendez-vous dans un jardin. Cependant, comme l’indique ce récit, Tao Gu ne connaît pas son statut de courtisane, car Qin Ruolan est déguisée en fille d’officier.

Elle porte une blouse brodée et s’assoit les jambes croisées alors qu’elle pince élégamment les cordes d’un pipa, un instrument à quatre cordes en forme de poire, traditionnellement associé aux courtisanes.

À première vue, leur rencontre semble convenable, mais à y regarder de plus près, on s’aperçoit que ce n’est pas le cas.

Tao Gu la regarde fixement en écoutant sa musique, avec un pinceau et du papier à côté de lui.

Amoureux de sa beauté et se perdant dans la musique, l’histoire révèle qu’il compose un poème comme un cadeau pour elle. Comme les courtisanes étaient stigmatisées par la société et n’occupaient pas un statut élevé, le comportement de Tao Gu aurait été considéré comme indiscret et une violation de l’étiquette chinoise ancienne.

Symbolisme des détails

Un détail dans le tableau Tao Gu Presents a Poem (Tao Gu présente un poème), Tang Yin. Parchemin suspendu, encre et couleurs sur soie, 168,9 cm x 102,2 cm. Musée du Palais National, Taipei. (Domaine public)

Tang Yin dépeint subtilement l’intimité de la rencontre avec des conseils et des indices. Derrière Qin Ruolan se trouve un écran peint qui enferme le couple dans un espace isolé. En bas à gauche, un enfant se cache derrière des rochers de jardin pour écouter leur conversation, indiquant la nature inconvenante de la situation. Une bougie allumée entre les deux accentue davantage le secret du rendez-vous et suggère qu’il fait nuit.

De plus, des motifs méticuleusement peints sont intégrés dans le décor. Le couple est assis à l’ombre d’un saule, le feuillage suspendu étant le symbole des cheveux d’une femme. Au premier plan, plusieurs plantains poussent du sol, symbolisant sa beauté.

Tang Yin a également inclus des pousses de bambou dans la périphérie droite du tableau. Alors que le bambou est associé à la valeur de l’intégrité, ici, il est situé loin de la scène principale, ce qui signifie le comportement inapproprié de Tao Gu.

L’histoire se termine le lendemain lorsque le chef des Tang du Sud, Li Houzhu, organise un banquet pour Tao Gu après son arrivée.  Encore une fois, Tao Gu revêt une façade de condescendance et de suffisance. Li Houzhu demande alors à Qin Ruolan de venir chanter une chanson avec les paroles du poème que Tao Gu avait écrit pour elle.

Tao Gu, maintenant ridiculisé devant tout le monde par une courtisane, perd sa dignité et se sent humilié. Peu de temps après, son statut de fonctionnaire est rétrogradé.

Ainsi, dans ce tableau, l’importance de l’ancienne valeur confucéenne de l’humilité est le thème auquel on fait allusion. Tao Gu avait l’impression d’être au-dessus de tout le monde dans le Royaume Tang du Sud puisqu’il venait d’un empire plus puissant. Cependant, agir d’une manière condescendante ne lui a pas valu le respect, mais l’a plutôt fait paraître insensé et l’a finalement conduit à sa chute.

Confucius disait : « L’humilité est le fondement solide de toute vertu. » En effet, les anciens Chinois estimaient qu’un dirigeant confucéen devait être modeste, humble et empathique, à l’écoute des gens et toujours sensible à leurs besoins. Ce n’est qu’avec ces qualités qu’un leader peut être vraiment influent et inspirant.

Un portrait d’intégrité

La peinture Spring Morning in the Han Palace, de Qiu Ying, est un long parchemin représentant des dames de la cour dans le palais de la dynastie Han (206 av. J.-C.-220 apr. J.-C.). Le parchemin enroulé s’ouvre sur la gauche avec les portes du palais Han et nous emmène à travers l’architecture opulente et les cours, avec des arbres et des rochers de jardin entrecoupés entre les bâtiments. Les premières scènes nous donnent un aperçu de la vie palatiale alors que les élégantes dames de la cour s’adonnent à diverses activités de loisirs.

Aux abords du palais, une dame se penche sur la balustrade avec ses enfants pour observer les poissons dans le lac. Deux paons attendent anxieusement leur repas alors qu’une dame leur lance de la nourriture.

La première section du makimono, Matin printanier au palais Han, de Qiu Ying. Musée du Palais national, Taipei. (Domaine public)

Ici, les dames de la cour se réunissent pour former un ensemble et jouer des instruments de musique tels que le luth et le pipa. Une dame ajuste et accorde les cordes d’une cithare pendant qu’une seconde dame déballe une autre cithare et s’apprête à la rejoindre. À droite, deux dames prennent quelques en-cas tandis que d’autres semblent danser au son de la musique.

Dames de la cour profitant d’activités de loisirs dans Matin printanier au palais Han (Spring Morning in the Han Palace) de Qiu Ying. Musée du Palais national, Taipei. (Domaine public)

Le statut des dames peut être différencié par leurs ornements de cheveux ; les dames de cour de rang supérieur avaient des coiffures plus sophistiquées, avec des épingles à cheveux en jade et en or, tandis que les femmes de chambre avaient des coiffures plus simples.

Plus loin dans le rouleau horizontal, nous voyons une dame de la cour monter l’escalier en portant un sheng, un instrument à vent en roseau chinois composé de nombreuses pipes, décrit comme un orgue à bouche. Sa posture et sa démarche signifient la pratique traditionnelle des pieds bandés. À gauche, plusieurs dames arrangent des fleurs, alors que deux dames en haut à gauche sont plongées dans un roman.

Les dames aiment l’art floral et la lecture de fictions dans Matin printanier au palais Han (Spring Morning in the Han Palace) de Qiu Ying. Musée du Palais national, Taipei. (Domaine public)

Dans une autre scène, les dames de la cour jouent à un jeu de weiqi, ou weichi, qui est un ancien jeu de société chinois semblable au jeu de go. À gauche, certains préparent un rouleau de soie nouvellement tissée, tandis que directement au-dessus, d’autres tissent une tapisserie complexe. À côté d’elles se trouvent une mère qui joue avec ses deux enfants.

Les dames de la cour préparent la soie et d’autres jouent à un jeu de société dans Matin printanier au palais Han (Spring Morning in the Han Palace) de Qiu Ying. Musée du Palais national, Taipei. (Domaine public)

Une escroquerie

Jusqu’à présent, ces représentations présentent le côté harmonieux de la vie à la cour. Mais la scène suivante montre l’aspect le plus compétitif de la vie à la cour. Qiu Ying a en fait peint un récit représentant les concubines de l’empereur Yuan de la dynastie Han.

C’était une ancienne coutume chinoise que l’empereur reçoive des portraits des femmes à sa cour avant de les rencontrer afin de décider qui choisir comme compagne.

Le scandale décrit mettait en cause une dame de la cour en particulier.

Afin d’attirer l’attention de l’empereur, les dames de la cour soudoyaient souvent l’artiste Mao Yanshou pour les peindre plus belles qu’elles ne l’étaient réellement. Une dame de la cour au cœur vertueux, Wang Zhaojun, a refusé de soudoyer l’artiste. Pour se venger, Mao Yanshou l’a dépeinte comme laide, avec des grains de beauté sur le visage.

L’artiste de cour Mao Yanshou peint la dame Wang Zhaojun dans Matin printanier au palais Han (Spring Morning in the Han Palace) de Qiu Ying. Musée du Palais national, Taipei. (Domaine public)

Dans le tableau, Wang Zhaojun est assise devant une toile de fond pendant que l’artiste peint son portrait. Les autres concubines sur le côté se chamaillent et bavardent entre elles pendant qu’elles regardent le progrès de la peinture.

Une dame jette un coup d’œil jaloux à l’arrière de la toile de fond pour espionner la scène. Deux eunuques au premier plan s’entretiennent en souriant, conscients des pots-de-vin et de la fraude de Mao Yanshou. Les eunuques étaient des hommes castrés qui gardaient les femmes de la cour pour s’assurer qu’elles n’étaient fécondées que par l’empereur.

L’histoire raconte qu’en voyant le portrait déformé de Mao Yanshou, l’empereur Yuan n’a jamais rendu visite à Wang Zhaojun, et elle est restée une dame d’honneur de statut inférieur.

Un jour, le dirigeant de l’empire Xiongnu du Nord vint à la cour de Han pour chercher une relation amicale par le mariage. L’empereur, qui considérait son petit empire comme plein de barbares, choisit Wang Zhaojun comme épouse, croyant qu’elle était la moins attirante de ses femmes. Cependant, ce n’est que lorsqu’elle a été convoquée que l’empereur Yuan s’est rendu compte qu’elle était en fait la plus belle femme de la cour. Mais il était trop tard ; l’offre avait été faite. Enragé par la tromperie de Mao Yanshou, l’empereur ordonna l’exécution de l’artiste.

Cette scène du tableau met en garde contre les péchés de corruption et souligne la signification des valeurs confucéennes de justice et de droiture. En acceptant volontiers des pots-de-vin et en nuisant aux chances de Wang Zhaojun à la cour, l’artiste a déterminé son propre destin.

Confucius dit : « L’homme supérieur est vertueux, l’homme inférieur n’a conscience que de l’avantage » La pensée confucéenne met l’accent sur le sens moral pour prendre des décisions fondées sur la responsabilité de faire le bien plutôt que basées sur le gain et le profit. Ce n’est qu’avec un cœur vertueux qu’il peut y avoir de la beauté.

Mike Cai est diplômé de la New York Fei Tian Academy of the Arts et de l’université de Californie à Berkeley.

RECOMMANDÉ