Les deux tiers des porteurs de virus en provenance de Chine n’ont pas été détectés par les pays visités, selon une nouvelle étude

Par Cathy He
22 février 2020
Mis à jour: 23 février 2020

Une nouvelle étude estime que deux tiers des cas de coronavirus exportés de Chine continentale restent non détectés dans le monde.

En moins de deux mois, le virus s’est propagé à 29 régions et pays en dehors de la Chine continentale, avec un total de plus de 1 000 cas confirmés.

Cependant, une étude (pdf) réalisée le 21 février par des chercheurs de l’Imperial College de Londres, qui collabore avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le domaine de la modélisation des maladies infectieuses, a analysé les données des vols de l’épicentre du virus dans la ville de Wuhan, dans la province de Hubei, et a constaté que « certains pays ont détecté beaucoup moins de cas que ce à quoi on aurait pu s’attendre compte tenu du volume de passagers de vols en provenance de Wuhan ».

Les chercheurs ont constaté que des pays tels que Singapour, la Finlande, le Népal, la Belgique, la Suède, l’Inde, le Sri Lanka et le Canada ont été plus efficaces dans leurs efforts de détection des virus. Après avoir pris en compte le trafic aérien de ces pays à partir de la Chine, il semble qu’ils aient détecté relativement plus de cas de virus transportés par des personnes originaires de Chine continentale, ont déclaré les chercheurs.

En prenant Singapour comme point de référence, les chercheurs ont estimé qu’il y avait probablement 426 cas d’exportation du virus depuis la Chine continentale – par opposition aux cas locaux de contagion interhumaine – ce qui les a amenés à conclure que « les deux tiers des cas de COVID-19 exportés de Chine continentale n’ont pas été détectés par les programmes de surveillance », a déclaré le co-auteur de l’étude, Christl Donnelly, dans un communiqué de presse. Au niveau mondial, le nombre total confirmé de cas de virus exportés de Chine continentale est actuellement de 156.

Cela laisse potentiellement les sources de transmission interhumaine dans le monde entier non contrôlées, a conclu l’étude.

« Nous commençons à voir plus de cas signalés dans des pays et régions en dehors de la Chine continentale sans antécédents de voyage connus ou lien avec la ville de Wuhan », a déclaré le co-auteur Natsuko Imai. « Notre analyse […] démontre l’importance de la surveillance et de la détection des cas si les pays veulent réussir à contenir l’épidémie. »

Les autorités chinoises ont bouclé Wuhan le 23 janvier, alors que de nombreux experts ont déclaré qu’il était trop tard pour enrayer la propagation de la maladie. Avant cela, 5 millions d’habitants avaient déjà quitté la ville, servant de porteurs potentiels du virus dans d’autres villes et dans le monde entier.

Depuis lors, des dizaines de pays ont adopté des restrictions de voyage et des mesures de dépistage de la maladie parmi les passagers arrivant de Chine continentale.

Les États-Unis ont interdit l’entrée dans le pays aux ressortissants étrangers qui ont visité la Chine au cours des 14 derniers jours. Les mesures de dépistage et de quarantaine s’appliquent aux citoyens américains, aux résidents et aux membres de leur famille qui ont séjourné en Chine dans les 14 jours.

En dehors de la Chine, c’est en Corée du Sud que les infections sont les plus confirmées, avec 204 cas. Aux États-Unis, les tests de 34 patients ont été déclarés positifs pour le virus.

RECOMMANDÉ