Deux tigres à abattre après Zhou Yongkang

15 juin 2015
Mis à jour: 26 octobre 2015

 

La condamnation à la prison à perpétuité de Zhou Yongkang, le patron autrefois tout-puissant de la sécurité chinoise, marque un moment clé dans la lutte de pouvoir menée par Xi Jinping au sein du régime communiste et l’élimination de ses dangereux opposants politiques. Mais ce n’est sans doute pas la dernière étape de sa campagne.

Parmi tous les responsables communistes démis de leurs fonctions, isolés, arrêtés et jugés, Zhou Yongkang ne représente pas le sommet de la quête de Xi Jinping. Deux autres personnalités politiques influentes se tiennent au-dessus de lui.

Zhou Yongkang doit toute sa carrière à Jiang Zemin, leader du régime chinois de 1989 à 2002. Au cours de cette période et pendant les nombreuses années qui ont suivi durant lesquelles il a officieusement exercé son influence sur le Parti, Jiang Zemin dépendait fortement des ruses de son discret conseiller et maître d’œuvre politique Zeng Qinghong.

Ces deux hommes sont toujours en liberté. Toutefois, si la campagne de purge politique de Xi Jinping doit se poursuivre, ces deux hommes en représentent la cible finale.

Devant la première cour populaire intermédiaire de Tianjin, Zhou Yongkang a dit: «Je reconnais le fait de mes crimes et les dommages qui ont été portés à la mission du Parti. Je plaide donc coupable et je regrette.»

Il a ajouté qu’il ne ferait pas appel du verdict, ce qui aurait pu lui valoir la peine de mort.

Selon le chroniqueur Zhou Xiaohui d’Epoch Times, le fait que Zhou Yongkang ait choisi de ne pas faire appel indique qu’il a obtenu un certain degré de satisfaction dans le jugement.

«Le régime chinois et Zhou Yongkang doivent avoir passé un accord pour que le régime ignore ses autres crimes comme le meurtre de son épouse, le coup politique monté contre le Parti et l’organisation des prélèvements d’organes», a analysé Zhou Xiaohui.

En 2002, Zhou Yongkang aurait assassiné sa femme en organisant un accident de voiture. Plusieurs articles disent que la voiture qui l’a heurtée portait une plaque militaire. Un an plus tard, Zhou Yongkang épousait Jia Xiaoye, de 28 ans sa cadette, ancienne présentatrice et journaliste de CCTV, la chaîne de télévision officielle du Parti.

Quel accord Zhou Yongkang pourrait-il avoir passé avec le régime pour sauver sa vie? Selon Zhou Xiaohui, il «a sans doute révélé les crimes d’un quelconque poids lourd politique ou de quelques puissants responsables, en guise de bonne action envers le Parti».

Étant donné l’ancien poste de Zhou Yongkang, il n’a probablement pu dénoncer que Zeng Qinghong ou Jiang Zemin, ou les deux.

LIRE AUSSI :

Zeng Qinghong a été vice-premier ministre et membre du Comité permanent du Politburo, le petit groupe de responsables qui dirigent le pays, tandis que Jiang Zemin a été secrétaire général du Parti communiste et, en tant que tel, l’homme le plus puissant de Chine.

Selon Li Tianxiao, analyste politique de la chaîne de télévision NTD, la campagne de lutte contre la corruption menée par Xi Jinping a débuté en 2012 et a visé chacun des responsables corrompus de la faction de Jiang Zemin.

«Pour Xi Jinping, il n’y a aucune limite dans la chasse aux tigres [terme désignant les hauts responsables corrompus]», a expliqué Li Tianxiao. «Une telle campagne ira jusqu’à inquiéter les responsables au sein du Comité permanent pour finalement abattre l’ancien chef du Parti Jiang Zemin.»

Le filet semble donc se refermer sur Zeng Qinghong et Jiang Zemin. Et s’ils essaient de retourner leur pouvoir faiblissant dans un dernier sursaut désespéré contre Xi Jinping, celui-ci pourrait agir rapidement pour les éliminer définitivement.

«Condamner Jiang Zemin en accord avec la loi est devenu la voie évidente à suivre», a conclu Li Tianxiao.

Version originale : After the Zhou Yongkang Sentence, Who’s Next?

 

RECOMMANDÉ