Deux touristes ont été encornés alors qu’ils couraient devant des taureaux lors d’un festival espagnol

Par Anne
8 juillet 2019 Mis à jour: 12 juillet 2019

Deux touristes encornés par des taureaux ont été parmi plus de 50 personnes blessées lors de l’ouverture du festival San Fermin dans la ville espagnole de Pampelune, ont déclaré les responsables.

Des responsables espagnols cités par le Daily Mail ont déclaré que l’une des victimes est un Américain de 23 ans qui est dans un état « grave » après que sa jambe gauche a été encornée.

Le deuxième touriste à être blessé est un Californien de 46 ans, qui a subi une blessure superficielle au cou.

(ANDER GILLENEA/AFP/Getty Images)

Des responsables de la Croix-Rouge ont déclaré que le 6 juillet, trois personnes au total ont été grièvement blessées et deux autres ont subi un traumatisme crânien. Au total, 53 personnes ont été soignées par la Croix-Rouge dans le cadre de ce qui est le festival de courses de taureaux le plus connu d’Espagne.

Chaque année, des milliers de coureurs participent à cet événement controversé, parcourant un parcours de 800 mètres dans les rues de Pampelune. Après la course, les animaux sont maintenus dans les arènes jusqu’aux combats de l’après-midi.

La population locale et les touristes participent à l’événement, officiellement appelé La course des taureaux, qui consiste à courir devant six taureaux de combat accompagnés de six boeufs apprivoisés qui mènent les taureaux. Les participants participeront à la course tous les matins jusqu’au 14 juillet.

Selon le site web de l’événement, « la course ne doit durer que 2 à 3 minutes, à moins que quelque chose inattendue ne se produise ». En Espagne, les participants sont souvent blessés et parfois tués lors des courses de taureaux, mais personne n’est mort au festival San Fermin de Pampelune depuis 2009, lorsqu’un Espagnol du nom de Daniel Jimeno a été embroché dans le cou.

« Courir devant les taureaux comporte des risques », avertissent les organisateurs de l’événement, affirmant que si les morts sont rares, même si « les taureaux peuvent vous viser, vous renverser ou vous piétiner avec leurs sabots ».

Le festival suscite aussi régulièrement des débats sur le traitement des animaux. Le 5 juillet, des manifestants étaient allongés à moitié nus dans la rue avec de fausses lances sortant de leur dos pour protester contre ce qu’ils considèrent comme de la cruauté envers les animaux.

Les partisans de la tauromachie, quant à eux, soutiennent qu’il s’agit d’un événement culturel qui doit être préservé.

Les fêtards sprintent devant les taureaux et les taurillons lors de la première « course des taureaux » au festival San Fermin à Pampelune, en Espagne, le 7 juillet 2019. (Susana Vera/Reuters)

Un taureau tue un assistant à la tauromachie âgé de 60 ans

Les hordes de Pampelune rappellent le cas d’un assistant d’une arène de tauromachie qui a été tué par un taureau dans un accident effrayant.

L’assistant, identifié par les médias locaux comme étant Santiago Domínguez Rodríguez, a été tué lorsqu’un taureau s’est mis à ruer après avoir été relâché dans l’arène, et a sauté au dessus du portillon où l’homme de 60 ans était responsable du contrôle du passage.

Ce moment traumatisant des arènes de Benavente à Zamora, en Espagne, a été filmé sur vidéo le 16 juin et posté sur les médias sociaux par certains spectateurs.

Le bénévole, connu sous le nom de « torilero », dont le travail consiste à faire entrer le taureau dans l’arène, à distribuer les lances et à ouvrir la porte, a été projeté en l’air par le taureau quelques secondes seulement après l’avoir lâché sur le ring, selon les rapports locaux.

Les 2 000 spectateurs ont regardé avec horreur le premier taureau de la compétition courir droit dans le couloir étroit derrière la porte où les taureaux sont lâchés, piégeant Domínguez Rodríguez et l’assommant dans le cou.

Les médecins se sont précipités pour l’aider mais n’ont rien pu faire pour le sauver de ses blessures , selon les médias locaux.

Des drapeaux ont été mis en berne dans la ville et des banderoles noires seront accrochées dans les mairies, en l’honneur des décennies de service du torilero, selon La Opinion.

Mort de tauromachie « Recortadore »

Le 1er mai, un adolescent est décédé après avoir été chargé par un taureau lors d’un festival de printemps en Espagne. Fran Gonzalez, 19 ans, a été encorné dans l’aine par un taureau et a perdu connaissance sur les lieux, avant d’être conduit à l’hôpital où il a été déclaré mort.

Gonzalez participait régulièrement à des expositions de tauromachie non violentes, parfois qualifiées de « saut de taureau », a rapporté M. Levante.

Selon El Espanol, le taureau a encorné Gonzalez quelques instants après avoir été libéré de son enclos, alors qu’il sautait violemment et agressivement dans l’arène, « à la recherche de problèmes ».

Gonzalez s’était forgé une réputation locale de recortador, une sorte de torero qui, contrairement au matador, s’attaque au taureau sans cape ou sans arme dans un spectacle d’athlétisme et de bravade.

Un « recortador » saute par-dessus un taureau lors d’une corrida au Plaza Monumental de Barcelone, le 25 septembre 2009. (Lluis Gene/AFP/Getty Images)

Les recortadors s’affrontent pour gagner des points pour leur audace et leur habileté lorsqu’ils exécutent des mouvements acrobatiques pour esquiver l’animal en charge, qui peut retourner à l’enclos sans être blessé.

Quelques jours plus tard, le 3 mai, une torero s’est fait encornée au visage par un taureau d’une demi-tonne qui a ignoré la distraction de sa cape tourbillonnante et a foncé directement sur elle alors qu’elle était agenouillée au sol dans une arène au Mexique.

La torero mexicaine Hilda Tenorio se présente aux arènes de la Plaza Mexico, à Mexico, le 28 février 2010. (STR/AFP/Getty Images)

Hilda Tenorio, 32 ans, pionnière de la tauromachie féminine, a survécu, mais s’est retrouvée avec un palais supérieur cassé et perforé et des pommettes fracturées.

RECOMMANDÉ