Deux villes du sud de la Chine confirment l’apparition du virus, y compris parmi des élèves

Par Nicole Hao
25 avril 2020
Mis à jour: 25 avril 2020

La ville chinoise de Guangzhou a annoncé le 24 avril qu’elle avait détecté 185 infections par le virus du PCC* lors de tests de masse effectués récemment sur des « groupes clés ».

Cependant, les internautes ont réalisé que les données étaient en conflit avec les informations que le gouvernement de Guangdong avait précédemment publiées.

Et deux jours plus tôt, dans la ville voisine de Shenzhen, les autorités ont annoncé que six enseignants et 21 élèves avaient été infectés.

Guangzhou et Shenzhen sont les villes les plus peuplées de la province méridionale du Guangdong.

À partir du 27 avril, les collèges et les lycées rouvriront dans toute la province pour les élèves de dernière année, car ils doivent se préparer aux examens d’entrée dans les lycées et les universités en juillet.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Les autorités provinciales se préoccupent désormais de trouver des moyens pour empêcher le virus de se propager dans les écoles.

Guangzhou

La ville de Guangzhou a publié une annonce sur son site officiel le 24 avril, expliquant que les autorités ont commencé à donner des tests de diagnostic d’acide nucléique à tous les « groupes clés ». Il n’y avait aucune explication concernant la composition de ces groupes.

Dans le premier groupe de « personnes clés », les autorités ont testé 10 280 individus et 139 d’entre eux ont été testés positifs en tant que porteurs asymptomatiques.

Les deuxième et troisième groupes sont les personnes testées dans les « sites clés » et les « secteurs pertinents ». Les autorités n’ont donné aucun point concluant pour ces catégories.

Le quatrième groupe est constitué de « ceux qui sont en contact étroit avec des familles et des lieux de travail infectés », y compris les chauffeurs de taxi.

Au total, 31 391 personnes du quatrième groupe ont été testées. Et tous ont été testés négatifs.

Au cours des 4 inspections à grande échelle de ces 4 groupes, « 138 700 personnes au total ont fait des tests […] 185 ont été testées positives. Parmi les personnes infectées, 164, soit 88,6 %, sont des porteurs asymptomatiques », selon l’annonce.

Cependant, la nouvelle annonce n’était pas exacte.

L’annonce disait que tous les chauffeurs de taxi de cet échantillon avaient été testés négatifs. Mais quelques jours auparavant, les autorités elles-mêmes avaient signalé 2 chauffeurs de taxi qui avaient été testés positifs quelques jours auparavant.

Le 21 avril, la commission sanitaire municipale de Guangzhou a annoncé qu’un chauffeur de taxi de 49 ans avait été diagnostiqué comme porteur asymptomatique. Il conduisait un taxi portant le numéro de plaque YueA 6J1H3. Le conducteur a été dépisté lors d’un test de « groupe clé », car il était le contact proche d’une personne récemment diagnostiquée.

Le 17 avril, la Commission a annoncé qu’un chauffeur de taxi de 43 ans avait été diagnostiqué comme porteur du virus. Le conducteur a conduit plusieurs passagers étrangers avant de commencer à développer des symptômes le 14 avril. Il a ensuite été diagnostiqué lorsqu’il s’est rendu dans un hôpital pour y être soigné.

Un agent de santé pulvérise du désinfectant à l’intérieur d’un taxi urbain à Guangzhou, dans la province du Guangdong, au sud de la Chine, le 16 avril 2003. (STR/AFP via Getty Images)

Shenzhen

La province de Guangdong a demandé à tous les élèves de dernière année du collège et du lycée de retourner en classe le 27 avril.

Les écoles de tous les niveaux ont été fermées dans toute la Chine après les vacances du Nouvel An lunaire en janvier, afin d’empêcher la propagation du virus. Au début du mois d’avril, les autorités locales, désireuses de prétendre que le virus était contenu, ont annoncé des plans de réouverture des écoles.

Les élèves des autres classes et des écoles primaires de Guangdong retourneront en classe le 11 mai.

La commission sanitaire municipale de Shenzhen a annoncé, lors d’une conférence de presse le 22 avril, que certains élèves et enseignants étaient infectés par le virus du PCC. On ne sait pas quand ni comment ils ont contracté le virus.

« Six enseignants ont été infectés, cinq d’entre eux sont des cas diagnostiqués et un est un porteur asymptomatique », a déclaré Wu Bing, directeur adjoint de la commission. « Quatre enseignants [diagnostiqués] ont été libérés de l’hôpital. Le dernier est en cours de traitement à l’hôpital. »

Selon Wu, 21 étudiants ont été infectés. Il s’agit de dix élèves du primaire, sept du collège ou lycée et quatre du collège.

Shenzhen est une ville qui compte un grand nombre de travailleurs migrants originaires de la province du Hubei, l’épicentre de l’épidémie chinoise. Après la fermeture des écoles en janvier pour les vacances du Nouvel An lunaire, de nombreux enseignants et élèves sont rentrés dans leur ville natale.

Maintenant que les écoles rouvrent, on craint que les enseignants et les élèves ne soient porteurs du virus et ne le propagent par inadvertance au sein de la population scolaire.

Des travailleurs migrants et leurs proches attendent le train pour Shenzhen à la gare de Yichang East Station à Yichang, dans la province centrale du Hubei, en Chine, le 23 mars 2020. (STR/AFP via Getty Images)

La commission municipale de santé de Shenzhen a annoncé sur son site web le 23 avril que tous les enseignants et autres membres du personnel scolaire qui sont en contact étroit avec les élèves doivent passer un test d’acide nucléique avant de retourner à l’école.

Les enseignants et les élèves qui reviennent de Wuhan – la capitale de la province du Hubei et épicentre du virus – doivent être testés deux fois. L’intervalle entre les deux tests doit être de sept jours ou plus.

En attendant, ils doivent être mis en quarantaine pendant 14 jours à leur arrivée à Shenzhen. Ceux qui disposent d’un code QR santé vert – basé sur une application mobile que les citoyens installent sur leur téléphone et qu’ils utilisent pour enregistrer leur état de santé – peuvent être mis en quarantaine à la maison ou à l’école. Les autres sans code vert doivent être mis en quarantaine dans des hôtels qui ont été transformés en centres de quarantaine, où ils doivent payer les frais encourus.

Les enseignants et les élèves qui reviennent d’autres villes du Hubei ne doivent passer qu’un seul test d’acide nucléique, mais devront également être mis en quarantaine à leur arrivée.

Jusqu’à présent, il n’existe pas de protocole spécial pour les enseignants et les étudiants qui reviennent d’autres villes de Chine.

La commission a demandé à chaque école de préparer suffisamment de masques pour tout le personnel et les étudiants ; des thermomètres à infrarouge qui peuvent mesurer la température corporelle des gens lors d’un simple passage devant leur peau ; des thermomètres à main ; des combinaisons de protection ; du désinfectant, etc. Chaque enseignant et chaque élève aura deux masques à utiliser par jour.

La ville de Guangzhou, quant à elle, compte une importante population d’étudiants. Selon les données publiées par le Bureau de l’éducation de la ville, il y a 512 collèges et lycées dans la ville, avec 113 700 élèves de dernière année au collège et 53 700 élèves de dernière année au lycée.

167 400 élèves (113 700 plus 53 700) dans 512 écoles signifie que chaque école a une moyenne de 327 élèves (167 400 divisé par 512).

Les autorités craignent également que le virus ne se propage parmi une population étudiante dense et ont demandé à chaque école de séparer les élèves en moins de 25 élèves par classe. À Guangzhou, les autorités ont déclaré que les élèves ne devaient pas partager leurs tables entre eux. À Shenzhen, les écoles n’organiseront pas de tests académiques dans les deux premières semaines suivant la réouverture, car les tests sont généralement donnés à un large groupe d’élèves au grand complet.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie covid-19, de « virus du PCC », parce que la dissimulation et la gestion déplorable du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine avant d’être transmis dans le monde entier.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est le premier et le seul média qui expose la vraie nature, l’impact et le but ultime du communisme. Nous expliquons les dommages qu’il a causés sur nos fondements moraux et sur les traditions orientales et occidentales. Nous analysons également les conséquences du socialisme et son impact sur la stabilité économique et politique des pays.

RECOMMANDÉ