La deuxième vague d’épidémie du virus éclate dans la ville de Harbin, au nord de la Chine

Par Nicole Hao
17 avril 2020
Mis à jour: 17 avril 2020

La ville de Harbin, dans le nord de la Chine, est confrontée à une deuxième vague de l’épidémie du virus du PCC.

Les habitants ont fait état de longues files d’attente devant les hôpitaux, tandis que la police de la route a bloqué les véhicules sur les routes locales et que les hôpitaux ont annoncé de nouvelles règles pour empêcher le virus de se propager.

Le virus du PCC (Parti communiste chinois), communément appelé nouveau coronavirus, a fait son apparition à Wuhan, la capitale de la province du Hubei, en Chine centrale, en décembre 2019. À partir de janvier, le virus s’est rapidement propagé à d’autres villes chinoises.

Harbin est la capitale de la province du Heilongjiang, dans le nord-est de la Chine. La ville a adopté des mesures de confinement partiel la semaine dernière.

Et le 15 avril, le gouvernement de la ville a brusquement annoncé qu’il allait remplacer le directeur de sa commission locale de santé, sans fournir de raison.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Heilongjiang et Harbin ont publiquement rapporté leurs tout premiers cas d’infection les 21 et 23 janvier respectivement.

Puis, à partir du 23 février, la province n’a plus signalé de nouvelles infections domestiques – jusqu’au 9 avril, date à laquelle Harbin a signalé une nouvelle infection et trois porteurs asymptomatiques.

Les précédents articles d’Epoch Times ont montré comment les autorités régionales chinoises sous-estiment régulièrement leurs données sur les virus. Cependant, la nouvelle augmentation du nombre de cas officiellement signalés, associée aux informations sur le terrain, indique que l’épidémie s’est aggravée à Harbin.

Les touristes passent devant des sculptures de glace lors du Festival international de la glace et de la neige de Harbin, dans la province du Heilongjiang, au nord-est de la Chine, le 5 janvier 2020. (NOEL CELIS/AFP via Getty Images)

Les résidents

Le 13 avril, un résident local a tourné une vidéo montrant ce qu’il a dit être environ 5 000 à 6 000 personnes alignées devant le First Affiliated Hospital de l’Université médicale de Harbin (HMU).

Dans la vidéo, on pouvait voir des gens portant des masques et se tenant les uns à côté des autres. Certains portaient les résultats du scanner dans leurs mains.

Le 14 avril, un automobiliste a tenté d’entrer à Harbin par l’autoroute, mais a été arrêté par la police. Il a tourné une vidéo dans laquelle le policier lui disait : « Harbin est maintenant en quarantaine. Toutes les voitures doivent retourner à l’endroit d’où vous venez. Aucune voiture n’est autorisée à entrer dans Harbin. »

Le 15 avril, un habitant de Harbin a également partagé une vidéo montrant des ouvriers en train de construire un mur temporaire pour isoler un complexe résidentiel.

Une mère porte un masque en faisant du vélo avec sa fille à Wuhan, dans la province de Hubei, en Chine, le 11 avril 2020. (Getty Images)

Les hôpitaux

Ce jour-là, le HMU First Hospital a également confirmé dans une annonce sur son compte officiel WeChat que l’hôpital avait diagnostiqué des cas de Covid-19.

« Les services internes de l’hôpital ont commencé à gérer la quarantaine, et la zone des patients externes est gérée en semi-clôture », a déclaré l’hôpital.

Dans la soirée, le journal Health Times, géré par le gouvernement central, a rapporté que l’hôpital a également lancé de nouvelles règles pour empêcher le virus de se propager.

« Tous les médecins doivent faire cinq choses avant de recevoir un patient : prendre la température du corps, enregistrer les antécédents épidémiologiques du patient, effectuer un scanner des poumons du patient, effectuer un test d’anticorps avec le sang du patient et effectuer le test d’acide nucléique [pour diagnostiquer le virus] », selon le rapport.

Après avoir reçu un patient, l’hôpital a également établi que chaque chambre ne peut avoir qu’un seul médecin et un seul patient. En outre, les patients de moins de 60 ans et qui peuvent se soigner eux-mêmes ne peuvent être accompagnés par aucun membre de leur famille et les patients en état critique doivent être traités aux urgences.

Les patients ne sont pas non plus autorisés à se rendre visite entre eux pendant qu’ils sont traités à l’hôpital.

Le deuxième hôpital affilié de l’université de médecine de Harbin a adopté des règles similaires ce jour-là, selon le rapport. Mais l’hôpital n’a pas confirmé ou nié qu’il y avait des cas de virus du PCC.

Depuis le début de l’épidémie, Heilongjiang a désigné 130 hôpitaux pour traiter le COVID-19, la maladie causée par le virus. 24 d’entre eux sont situés à Harbin.

Un policier portant un masque facial monte la garde à l’aéroport de Tianhe après sa réouverture à Wuhan dans la province centrale de Hubei en Chine, le 8 avril 2020. (HECTOR RETAMAL/AFP via Getty Images)

Les affaires officielles

Le premier patient de la province du Heilongjiang signalé lors de la deuxième vague d’épidémie est M. Guo, diagnostiqué le 9 avril. Il ne s’est pas rendu à Wuhan ou dans d’autres villes récemment, mais a développé une fièvre fin mars. Elle s’est aggravée le 7 avril. Il a alors été envoyé dans un hôpital de Harbin.

Dans les jours qui ont suivi, la petite amie de M. Guo, la fille de la petite amie et le petit ami de la fille ont tous été testés positifs pour le virus.

Plus tard, M. Chen, 87 ans, qui a dîné avec M. Guo fin mars, a également été testé positif. Les deux fils et la fille de M. Chen ont également été diagnostiqués.

Le 12 avril, la commission sanitaire locale a indiqué que M. Chen avait transmis le virus à au moins neuf personnes, y compris aux personnes des hôpitaux où il a été soigné.

La commission n’a pas expliqué si M. Guo avait transmis le virus à M. Chen ou inversement.

Un policier fait un geste alors qu’il travaille dans une rue en plein brouillard à Harbin, dans la province du Heilongjiang, au nord-est de la Chine, le 21 octobre 2013. (STR/AFP/Getty Images)

Les plans ajournés

Le 11 avril, la radio nationale chinoise a annoncé que les autorités de la ville de Harbin avaient décidé de reporter la date de réouverture des écoles secondaires. Les écoles avaient été fermées à l’échelle nationale depuis le Nouvel An lunaire afin d’empêcher la propagation du virus.

La ville avait initialement prévu que les élèves de terminale du collège retournent en classe le 17 avril.

Les élèves de terminale sont déjà retournés à l’école le 7 avril. La ville a déclaré qu’ils peuvent continuer à rester à l’école, mais que chaque école doit adopter des mesures pour empêcher le virus de se propager.

Les élèves des autres classes resteront à la maison et étudieront en ligne jusqu’à nouvel ordre.

Le 15 avril, le journal public Hongxing News a contacté la ligne d’assistance téléphonique du maire de Harbin. Un membre du personnel a nié qu’il y avait une seconde vague de l’épidémie.

RECOMMANDÉ