L’immunité collective du Covid n’est pas envisageable et le virus deviendra saisonnier estime le développeur du vaccin AstraZeneca

Par Jack Phillips
13 août 2021
Mis à jour: 13 août 2021

Selon le directeur de l’Oxford Vaccine Group, en raison du variant Delta Covid-19, l’immunité collective n’est « pas envisageable »

« Je pense que nous sommes dans une situation, avec ce variant actuel, où l’immunité collective n’est pas possible, parce qu’elle infecte encore les individus vaccinés », a déclaré mardi le professeur Andrew Pollard, le directeur, au groupe parlementaire multipartite du Royaume-Uni, selon ITV.

M. Pollard a avoué que selon lui le virus « présentera un nouveau variant qui sera peut-être encore plus apte à se transmettre dans les populations vaccinées », ajoutant que c’est « une raison de plus pour ne pas élaborer un programme de vaccination basé sur l’immunité collective ».

Affirmant qu’il n’y a rien que le Royaume-Uni puisse faire pour « arrêter l’émergence de nouveaux variants », il a ajouté « ils vont arriver » tôt ou tard.

Et de préciser : « En fait, nous devons nous concentrer maintenant non pas sur ce qui pourrait arrêter les nouveaux variants, car je ne pense pas que nous ayons la moindre possibilité de contrôler cela,  nous devons nous concentrer sur la manière d’empêcher les gens de mourir ou d’aller à l’hôpital. »

Dans une interview accordée à la BBC, M. Pollard a affirmé que le Covid-19 deviendra probablement une maladie endémique ou saisonnière, ce qui, selon les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), signifie une maladie toujours présente dans la population, comme la grippe ou la varicelle.

« Je pense que c’est une perspective assez lointaine et que nous devons nous habituer au concept selon lequel cela deviendra ce que nous appelons une maladie endémique plutôt qu’une maladie pandémique, a-t-il fait remarquer. Une maladie qui nous accompagne tout le temps, qui se transmet probablement de manière saisonnière, un peu comme la grippe, avec des épidémies en hiver. »

L’Oxford Vaccine Group, que dirige M. Pollard, est un groupe de recherche sur les vaccins au sein du département de pédiatrie de l’université d’Oxford. Oxford s’est associé au grand groupe pharmaceutique AstraZeneca pour créer l’un des vaccins contre le Covid-19 les plus courants au monde.

Selon lui, bien que les vaccins actuels puissent ralentir la propagation du variant Delta, signalé pour la première fois en Inde, les gens doivent désormais s’attendre à vivre avec le Covid-19.

« Je pense que les six prochains mois seront une phase de consolidation très importante et que le passage de l’épidémie à l’endémie se fera en douceur », a-t-il ajouté, c’est-à-dire vers la vie avec le Covid. »

« Cela ne signifie pas que nous vivons avec et que nous abandonnons », a-t-il précisé, selon Sky News. « Nous devons toujours gérer ces cas de patients qui en souffrent. »

Toujours lors de l’audition du groupe parlementaire multipartite, M. Pollard a dit qu’il n’y avait aucune raison de paniquer, tout en exprimant des doutes sur la troisième injection de rappel des vaccins proposée par le gouvernement britannique.

Jack Phillips est un journaliste d’Epoch Times basé à New York.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ