Différentes manières de percevoir la musique

28 avril 2016 Mis à jour: 25 octobre 2016

Dans Au-delà de la science, Epoch Times explore les recherches et les récits examinant les phénomènes et les théories qui posent un défi aux connaissances actuelles. Nous nous penchons sur les idées stimulant l’imagination et ouvrant de nouvelles possibilités. Faites nous part de vos idées sur ces sujets, parfois controversés.

Les personnes victimes d’AVC peuvent ne pas être capable de parler, en revanche ils sont capables souvent de chanter. Ils sont même capables de se souvenir de toutes les chansons qu’ils connaissent.

Un homme qui s’appelait Woody et qui était atteint de la maladie d’Alzheimer pouvait donner un récital comme au temps où il était en bonne santé. Pourtant, il pouvait oublier sa performance au bout de quelques minutes après.

Le rythme cardiaque d’un fœtus peut également augmenter ou ralentir selon le tempo d’une musique perçue à travers le ventre maternel.

Quel est le lien entre l’homme et la musique ?

Oliver Sacks, auteur de Musicophilie (ouvrage en anglais), a étudié les effets de la musique sur le cerveau.

« Certains souvenirs sont inaccessibles à la conscience de quelque manière que ce soit. C’est un peu comme s’ils étaient pris dans de l’ambre. À travers la musique, les gens peuvent pourtant retrouver une part de leur identité, au moins pour un moment », annonce-t-il dans une vidéo postée en ligne.

Il a traité des patients qui ont retrouvé l’usage de la parole, en les guidant d’abord au moyen du chant. Le langage est toujours là, même s’il est enfermé dans des chansons. « Joyeux anniversaire » est ce qui lui permet de briser la glace. Les patients commencent à chanter de courtes phrases et finissent par garder les mots (en mémoire) alors qu’on enlève la musique.

Un documentaire intitulé « Alive inside » (Vivant à l’intérieur) présente le cas d’une femme qui n’avait plus aucune réaction. Lorsqu’on lui mettait un casque sur les oreilles qui diffusait de la musique, elle se mettait soudainement à suivre le rythme.

À travers le ventre maternel

Le fœtus commence à développer son système auditif entre 17 et 19 semaines, explique Elena Mannes dans son livre intitulé The Power of Music: Pioneering Discoveries in the New Science of Song (Le pouvoir de la musique : découvertes pionnières dans la nouvelle science du chant). L’auteur se rapporte à l’étude de Shiela Woodward de l’université de Capetown en Afrique du sud. Cette dernière avait travaillé en collaboration avec l’Institute of Maritime Technology à la fabrication d’un micro qui pouvait fonctionner une fois inséré dans l’utérus.

Le micro était inséré dans l’utérus au tout début du travail, lors de l’accouchement. Il a révélé qu’à l’intérieur du ventre, on entend les battements du cœur de la mère tel un rythme régulier. Une musique diffusée à l’extérieur, est également perceptible, bien qu’elle soit assourdie.

L’équipe de S. Woodward a aussi mesuré l’activité du fœtus en réponse aux stimuli musicaux. Ils ont remarqué que le battement cardiaque accélérait légèrement au son de la musique. Même si la mère écoute de la musique avec des écouteurs, le même phénomène se produit et le cœur du fœtus s’accélère même ou ralentit en fonction de la réaction émotionnelle de la mère.

Les personnes malentendantes et sourdes perçoivent aussi la musique

Il existe une gradation de la surdité : les personnes dites malentendantes perçoivent des sons de manière auditive, tandis que les personnes dites « sourds profonds » ne perçoivent réellement aucun son. Dans leur silence, cela ne les empêche pas de percevoir la musique et d’apprécier danser en suivant le rythme. Cela vient du fait qu’elles perçoivent la musique à travers sa vibration, mais pour cela, il faut quand même que la musique soit jouée forte.

Le Dr Sacks a constaté que les parties du cerveau réagissant à la musique peuvent se manifester dans d’autres situations, ce qui permettrait aux personnes déficientes auditives de percevoir la musique, autrement que par l’audition.

Ayant travaillé sur de nombreux cas de patients déficients auditifs et visuels, il a découvert qu’environ 10% des patients malentendants connaissaient des hallucinations auditives tandis que la même proportion de malvoyants avaient des hallucinations visuelles.

Comment sonne le bleu ?

Un autre phénomène intéressant a été observé par le Dr Sacks, celui de « voir » les sons. Il cite l’exemple d’un jeune musicien talentueux qui, un jour, dit à son professeur : « J’adore ce morceau bleu ».

Le professeur lui a demandé : « Qu’est-ce que tu veux dire par “morceau bleu“ ? » L’élève a répondu : « Cette pièce, en Ré majeur. »

Pour lui, la tonalité de Ré majeur avait la couleur bleue. Ce phénomène est connu comme étant la synesthésie. Ce musicien singulier a rencontré un autre musicien un jour, également synesthète, qui lui, percevait Ré majeur en jaune.

« Il n’existe pas deux synesthètes qui seront d’accord », a affirmé le Dr Sacks.

La synesthésie peut se manifester de plusieurs façons. Le sommelier Jaime Smith par exemple perçoit les odeurs en termes de couleurs et de formes. Un article de NPR citait à propos de J. Smith qu’il pouvait sentir une « belle couleur aiguemarine, se déversant comme une ondulation » à propos d’un échantillon de vin blanc tel que le Nosiola. J. Smith avait déclaré à NPR : « Je trouve que j’ai un avantage sur pas mal de gens, en particulier dans ce domaine où on juge quelqu’un en fonction de son nez. »

Comment se fait-il que certains n’aiment pas la musique ?

Il existe des personnes qui ont une bonne audition et dont le cerveau perçoit correctement la musique à travers le nerf auditif, mais simplement ils ne sont pas sensibles à la musique. Environ 5% de la population n’aime pas écouter de musique, d’après D-News.

Les chercheurs ont qualifié ce phénomène de « anhédonie ou désintérêt spécifique à l’égard de la musique ». La présence de la musique dans la société est pourtant forte et D-News rappelle que de nombreuses personnes trouvent ça étrange qu’on puisse ne pas apprécier de musique du tout. Une étude menée à l’université du Colorado a montré que les personnes pour qui l’appartenance à un groupe était le plus important étaient également celles qui avaient un lien le plus fort avec la musique.

Article original : The Strange Ways Our Brains Process Music: What Does Blue Sound Like?

RECOMMANDÉ