Difficile à comprendre : les raisons qui poussent les gens à chasser les animaux pour en faire des «trophées»

Par La Gran Epoca
22 octobre 2019 Mis à jour: 23 octobre 2019

Beaucoup de gens chassent et pêchent pour gagner leur vie, ce qui est logique, mais pourquoi certaines personnes aiment-elles chasser et tuer des animaux pour le plaisir ? Il s’avère qu’il y a très peu de recherches directes sur les raisons pour lesquelles les adultes aiment la chasse en tant que « sport ».

Le dentiste américain Walter Palmer a provoqué l’indignation générale en 2015 lorsqu’il a tué le lion Cecil, un animal favori du parc national de Hwange, la plus grande réserve naturelle du Zimbabwe. M. Palmer aurait payé 50 000 $ (près de 45 000 €) pour pouvoir tuer Cecil, après que le lion eut été attiré hors de l’aire protégée du parc.

Mais Palmer n’est pas le premier de ces chasseurs de trophées, et probablement pas le dernier non plus. En mai de la même année, le chasseur texan Corey Knowlton, qui a payé son permis 350 000 $ (plus de 310 000 €) dans une vente aux enchères, a tué un rhinocéros noir en voie de disparition en Namibie, affirmant que sa chasse était « un élément essentiel des efforts de la Namibie pour sauver l’animal de l’extinction ».

En novembre 2013, Melissa Bachman, l’animatrice d’une émission de télévision américaine sur la faune sauvage, a déclenché la colère internationale en publiant un message sur Facebook, selon Mirror.

Le malheureux message indiquait : « Incroyable journée de chasse en Afrique du Sud ! À l’affût de ce beau lion mâle à 65 mètres de là… Quelle chasse ! »

Melissa Bachman. (CC BY-SA 3.0/Wikipedia)

Le public s’est exprimé, et Mme Bachman a été mise à pied de son émission Ultimate Survivor Alaskaen, diffusée sur la chaîne National Geographic, après qu’une pétition sur Change.org a recueilli plus de 13 000 signatures en moins de 24 heures.

Blesser des animaux

Ce que nous savons, c’est qu’il existe un lien entre le fait de blesser des animaux dans l’enfance et le recours à la violence à l’âge adulte.

Un enfant fier de sa prise (Gary G/Pixabay)

Depuis les années 1970, la recherche a démontré que la plupart des adultes qui ont commis des crimes violents ont connu des épisodes de cruauté envers les animaux pendant leur enfance, selon le magazine PsychologyToday. Certaines études suggèrent que plus de 70 % des criminels les plus sérieux et les plus violents qui se trouvent en prison ont vécu des cas répétés et graves de maltraitance animale dans leurs histoires.

En fait, la cruauté envers les animaux, de même que le fait de mouiller son lit après l’âge de 5 ans et de déclencher des incendies, sont collectivement connus sous le nom de « triade meurtrière ». Ces indications potentielles de violence à l’âge adulte ont été suggérées pour la première fois par le psychiatre légiste John MacDonald dans un article paru en 1963 dans l’American Journal of Psychiatry.

Des enfants jouant avec le feu (SAFIN HAMED/AFP/Getty Images)

Des recherches plus récentes montrent que si ces trois caractéristiques font partie du passé de certains criminels violents, elles ne font pas partie de celui de bien d’autres. D’autres indicateurs, comme le manque d’empathie et le mépris des besoins des autres, sont souvent plus fréquents. Mais (et c’est un point important) bien que ces trois facteurs ne se manifestent pas nécessairement chez tous les enfants qui deviennent des adultes violents, la cruauté envers les animaux de la part des enfants peut être un signe important d’un esprit très perturbé.

Le tueur en série David Berkowitz (également connu sous le nom de « fils de Sam »), qui a tué six personnes ; Jeffrey Dahmer, qui a violé et tué 17 hommes et enfants ; et Albert DeSalvo (également connu sous le nom de l’ « étrangleur de Boston »), qui a avoué avoir tué 13 femmes mais avait été emprisonné pour plusieurs viols, ont tous déclaré que leur premier acte de violence a été de maltraiter des animaux.

La chasse au gros gibier peut indiquer une domination sur un autre. (Rob Stothard/Getty Images)

Bien sûr, tous les enfants qui blessent des animaux de façon répétée et intentionnelle ne sont pas sur le point de devenir des violeurs ou des tueurs. Mais une intervention précoce et des tentatives pour comprendre les causes d’un tel comportement peuvent s’avérer utiles.

Qu’en est-il des trophées de chasse ?

Néanmoins, le besoin de blesser les animaux ressenti par certains enfants n’explique pas pourquoi certains adultes chassent et tuent de gros animaux, souvent dangereux, sans avoir l’intention de les manger. En cherchant dans la documentation psychologique et, bien qu’il y ait beaucoup de conjectures sur ce que cela signifie, il y a en fait très peu de recherches pour appuyer toute hypothèse sur ce comportement, qui est donc très difficile à comprendre.

La chasse au gros gibier est peut-être un exemple que certaines personnes ont besoin de démontrer leur domination sur les autres. Des recherches montrent que les niveaux croissants d’hostilité et le besoin de pouvoir et de contrôle sont associés à de mauvaises attitudes envers les animaux, en particulier chez les humains.

Trophées de chasse. Image d’illustration (Justin Sullivan/Getty Images)

Un autre article établit un lien entre les traits de personnalité de certaines personnes qui chassent pour le sport et une autre « triade » de comportements, connue sous le nom de « triade noire ». Cela inclut le narcissisme (admiration égoïste de ses propres attributs et manque de compassion), le machiavélisme (comportement trompeur, rusé et manipulateur) et la psychopathie (manque d’empathie ou de remords, et tendance aux comportements impulsifs).

On a constaté que, parmi les trois caractéristiques mentionnées ci-dessus, la psychopathie est celle qui est la plus liée aux dommages intentionnels causés aux animaux, car il s’agit d’une mesure présente dans les trois (bien que la relation soit assez faible).

À première vue, cela correspond à la souffrance des animaux, qui souffrent souvent aux mains des chasseurs : il a fallu 40 heures à Cecil pour mourir. Palmer l’a d’abord blessé à l’arbalète, puis l’a abattu deux jours plus tard, avant de le décapiter et de le dépecer.

Image d’illustration (Georgina Goodwin/AFP/Getty Images)

Mais ce ne sont pas tous les animaux chassés qui souffrent longtemps avant de mourir. Et voici une myriade de raisons pour lesquelles les gens chassent, de sorte que ce qu’ils (et tout le monde) pensent de l’acte lui-même est susceptible d’être difficile à déterminer. Certains, par exemple, aiment l’émotion de la poursuite (pensez à un pêcheur qui attrape un poisson et le relâche ensuite), d’autres chassent pour se nourrir, et d’autres encore chassent pour les « trophées ».

Le problème est que, afin de comprendre les raisons pour lesquelles les gens chassent pour le plaisir, cela nécessiterait une évaluation psychologique approfondie d’un grand nombre de chasseurs par rapport à des mesures évaluatives pour un large éventail de traits de personnalité, sans lesquels on ne peut même pas commencer à découvrir ce que ces gens ressentent et quelles sont leurs motivations.

Cela signifie que nous ne saurons peut-être jamais pourquoi les chasseurs sont amenés à rechercher des trophées animaux pour en décorer leurs murs. En fait, il se peut que nous soyons condamnés à ne pouvoir qu’observer et nous interroger sur leurs motivations et leurs capacités émotionnelles.

Xanthe Mallett est maître de conférences en criminologie à l’université de la Nouvelle-Angleterre. Cet article a été publié à l’origine dans The Conversation.

RECOMMANDÉ