Dijon : une start-up française met au point un taxi volant à l’hydrogène

Par Sarita Modmesaïb
23 juillet 2021
Mis à jour: 23 juillet 2021

Avec le projet Avionéo, un taxi volant autonome et trois fois plus propre qu’une voiture classique pourrait bientôt voir le jour, capable de désengorger les centres-villes et dynamiser les zones rurales.

Yves Charles est un passionné d’aéronautique. Petit, il rêvait de devenir pilote de chasse, mais il s’est finalement consacré à l’invention d’un VTOL (vertical take off and landing) à hydrogène, un véhicule capable de décoller à la verticale comme un hélicoptère, puis de voler comme un avion, mais en consommant seulement de l’hydrogène.

« J’ai mûri le concept Avionéo pendant 12 ans dans mon coin. J’ai cherché une solution de mobilité efficiente en limitant son impact environnemental et en le rendant accessible au plus grand nombre », explique-t-il ainsi sur L’Usine digitale.

« Faire le mieux possible avec le moins possible »

La start-up Avionéo, basée à Dijon, lui a permis de cibler trois axes permettant de « faire le mieux possible avec le moins possible », selon L’Usine Digitale.

Yves Charles travaille sur la masse de l’appareil, l’objectif étant d’obtenir un véhicule le plus léger possible, mais aussi sur l’aérodynamisme, s’inspirant de la forme des animaux marins. Enfin, il souhaite améliorer le rendement de la chaîne de traction en minimisant la perte énergétique lors de la conversion de l’énergie chimique en énergie mécanique.

Afin de mener à bien le projet, Yves Charles a créé Vita GéoDRONE, un projet de recherche collaboratif ayant pour but de créer un appareil équipé d’un radar capable de cartographier le sol jusqu’à 120 m.

Il a aussi mis en place le consortium TurboH2, qui travaille sur la mise au point d’un turbo générateur polycarburants compatible avec l’hydrogène.

L’étape suivante étant la fabrication d’un aéronef à l’échelle 1, l’entrepreneur a lancé une levée de fonds afin de réunir les 2,5 millions d’euros nécessaires à sa construction.

Ce VTOL permettrait d’atteindre un objectif de mobilité régionale où l’on passerait à un concept d’économie de partage. En effet, avec des trajets d’une cinquantaine de kilomètres pour une course de 20 minutes à 150 km/h, ce taxi volant pourrait permettre de « réaménager les zones rurales » et « désenclaver les villes ».

Le taxi serait donc mutualisé et commandé à travers une application de type BlablaCar ou Uber, version mobilité aérienne.

Piloté dans un premier temps par des humains, le VTOL pourrait devenir ensuite autonome, laissant ainsi une place supplémentaire pour un troisième passager.

Les projets de taxis volants fleurissant à l’échelle mondiale, la compétition risque de vite s’installer. Aussi, Avionéo pense pouvoir débuter ses vols commerciaux dès 2025.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ