Le dirigeant chinois Xi Jinping expose son plan pour contrôler l’Internet mondial, selon un document divulgué

Par Nicole Hao
4 mai 2021
Mis à jour: 7 mai 2021

Le dirigeant chinois Xi Jinping a personnellement ordonné au régime communiste de concentrer ses efforts pour contrôler l’internet mondial, en contrecarrant le rôle influent des États-Unis, selon des documents gouvernementaux internes récemment obtenus par Epoch Times.

Dans un discours prononcé en janvier 2017, Xi a déclaré que le « pouvoir de contrôler l’internet » était devenu le « nouveau point central du concours stratégique national [de la Chine] », et a désigné les États-Unis comme une « force rivale » faisant obstacle aux ambitions du régime.

L’objectif ultime est que le Parti communiste chinois (PCC) contrôle tout le contenu de l’Internet mondial, afin que le régime puisse exercer ce que Xi a décrit comme le « pouvoir du discours » sur les communications et les discussions sur la scène mondiale.

Xi a formulé une vision consistant à « utiliser la technologie pour gouverner internet » afin de parvenir à un contrôle total de chaque partie de l’écosystème en ligne – sur les applications, le contenu, la qualité, le capital et la main-d’œuvre.

Ses remarques ont été faites lors de la quatrième réunion de direction du principal régulateur d’Internet du régime, la Commission centrale des affaires du cyberespace, à Pékin le 4 janvier 2017, et détaillées dans des documents internes publiés par le gouvernement provincial de Liaoning, dans le nord-est de la Chine.

Ces déclarations confirment les efforts déployés par Pékin ces dernières années pour promouvoir sa propre version autoritaire d’internet comme un modèle pour le monde.

Dans un autre discours prononcé en avril 2016, détaillé dans un document interne du gouvernement de la ville d’Anshan, dans la province du Liaoning, Xi avait proclamé avec assurance que dans la « lutte » pour contrôler internet, le PCC est passé d’un rôle de « défense passive » à un rôle d’« attaque et de défense » en même temps.

Après avoir réussi à mettre en place l’appareil de censure et de surveillance en ligne le plus tentaculaire et le plus sophistiqué du monde, connu sous le nom de Grand Pare-feu, le PCC dirigé par Xi se tourne vers l’extérieur et défend un internet chinois dont les valeurs vont à l’encontre du modèle ouvert prôné par l’Occident. Plutôt que de donner la priorité à la libre circulation de l’information, le système du PCC vise à donner à l’État la capacité de censurer, d’espionner et de contrôler l’information sur Internet.

Contrer les États-Unis

Le dirigeant chinois a reconnu que le régime était à la traîne de son rival, les États-Unis – l’acteur dominant dans ce domaine – dans des domaines clés tels que la technologie, les investissements et les talents.

Pour réaliser ses ambitions, Xi a souligné la nécessité de « gérer les relations Internet avec les États-Unis », tout en « se préparant à mener une guerre acharnée » avec le pays dans ce domaine.

Les entreprises américaines devraient être utilisées par le régime pour atteindre son objectif, a déclaré Xi, sans préciser comment cela se ferait.

Il a également demandé au régime d’accroître sa coopération avec l’Europe, les pays en développement et les États membres de l’initiative de la Ceinture et la Route (« Belt and Road », ou BRI) de Pékin, afin de former un « contrepoids stratégique » face aux États-Unis.

L’initiative de la Ceinture et la Route (BRI) est un projet d’investissement massif dans les infrastructures lancé par Pékin pour relier l’Europe, l’Asie, l’Afrique et le Moyen-Orient par un réseau de liaisons ferroviaires, maritimes et routières. Ce plan a été critiqué par les États-Unis et d’autres pays occidentaux, qui y voient un moyen pour Pékin d’accroître ses intérêts politiques et commerciaux dans les États membres tout en accablant les pays en développement d’un lourd fardeau de dettes.

La BRI a également poussé les pays à s’engager dans des projets de « route de la soie numérique », qui impliquent des infrastructures de technologies de l’information et de la communication. Au moins 16 pays ont signé des protocoles d’accord avec le régime pour travailler dans ce domaine.

Une stratégie à trois volets

Xi a ordonné au régime de se concentrer sur trois domaines « critiques » dans sa quête de contrôle de l’internet mondial.

Premièrement, Pékin doit être en mesure de « fixer les règles » régissant le système international. Deuxièmement, il doit installer des substituts du PCC à des postes importants dans les organisations mondiales d’internet. Troisièmement, le régime doit prendre le contrôle de l’infrastructure qui sous-tend Internet, comme les serveurs racine, a déclaré Xi.

Les serveurs racine du système de noms de domaine (DNS) sont essentiels aux communications internet dans le monde entier. Ils dirigent les utilisateurs vers les sites web qu’ils ont l’intention de visiter. Selon le site web root-servers.org, il existe plus de 1 300 serveurs racines dans le monde, dont une vingtaine sont situés en Chine, tandis que les États-Unis en possèdent environ 10 fois plus.

Si le régime chinois parvenait à contrôler un plus grand nombre de serveurs racine, il pourrait alors rediriger le trafic là où il le souhaite, a dit à Epoch Times Gary Miliefsky, expert en cybersécurité et éditeur du magazine Cyber Defense. Par exemple, si un utilisateur souhaite consulter un article d’actualité sur un sujet jugé sensible par Pékin, le serveur DNS du régime pourrait alors le diriger vers une fausse page indiquant que l’article n’est plus en ligne.

« Dès que vous contrôlez la racine, vous pouvez usurper ou truquer n’importe quoi », a-t-il déclaré. « Vous pouvez contrôler ce que les gens voient, ce qu’ils ne voient pas. »

Ces dernières années, le régime a fait des progrès dans l’avancement de la stratégie de Xi.

En 2019, le géant chinois des télécommunications Huawei a proposé pour la première fois l’idée d’un internet entièrement nouveau, appelé New IP (internet protocol), pour remplacer l’infrastructure vieille d’un demi-siècle qui sous-tend le web. Le New IP est présenté comme étant plus rapide, plus efficace, plus flexible et plus sûr qu’internet actuel, et sera construit par les Chinois.

Si le nouvel IP peut effectivement apporter un réseau mondial amélioré, M. Miliefsky a déclaré que « le prix à payer pour cela est la liberté ».

« Il n’y aura plus de liberté d’expression. Et il y aura des écoutes en temps réel, tout le temps, sur tout le monde », a-t-il déclaré. « Tous ceux qui y adhèrent vont être mis sur écoute par un seul gouvernement. »

La proposition a été faite lors d’une réunion tenue en septembre 2019 à l’Union internationale des télécommunications (UIT), une agence de l’ONU chargée d’établir des normes pour les questions d’informatique et de communication qui est actuellement dirigée par le ressortissant chinois Zhao Houlin. Le nouvel IP devrait être officiellement débattu lors de l’assemblée mondiale de normalisation des télécommunications de l’UIT qui se tiendra en mars 2022.

Selon M. Miliefsky, il est peu probable que ce plan bénéficie d’un large soutien de la part des pays, mais il pourrait être adopté par des États autoritaires partageant les mêmes idées, comme la Corée du Nord, et plus tard par les pays qui ont signé l’initiative BRI et qui ont du mal à rembourser leurs prêts à la Chine.

Cela accélérerait la bifurcation d’internet, ce que des analystes comme l’ancien PDG de Google Eric Schmidt ont appelé le « splinternet », a déclaré M. Miliefsky. « Le réseau communiste et le reste du monde. »

Epoch Times a contacté Huawei pour un commentaire.

Importer des talents

Selon le document, Xi a ordonné au régime du PCC de mettre en place « trois écosystèmes » – technologie, industrie et politique – pour développer les technologies internet de base.

La présence de travailleurs qualifiés était la clé de ce plan, et Xi a ordonné que les talents soient recrutés dans le monde entier. Cela se ferait par le biais d’entreprises chinoises, a prescrit Xi.

Il a demandé aux entreprises chinoises d’inviter « de manière proactive » des « talents de haut niveau » étrangers, de créer des centres de recherche à l’étranger et d’engager des spécialistes étrangers et chinois de premier plan pour travailler avec elles.

Parallèlement, Xi a demandé au régime de mettre en place un système de formation professionnelle en Chine, qui puisse développer systématiquement une main-d’œuvre hautement qualifiée à long terme.

Il a également demandé aux responsables de chaque niveau de gouvernement de guider les entreprises chinoises dans l’élaboration de leurs plans d’affaires afin de les aligner sur les objectifs stratégiques du régime, et d’encourager les entreprises compétentes à prendre la tête du développement d’innovations dans les technologies de base.

Les entreprises doivent être formées à la « conscience nationale et à la sauvegarde des intérêts nationaux », a déclaré Xi. Ce n’est qu’ensuite que le régime devrait soutenir et encourager leur expansion.

Les talents et les technologies essentielles étant concentrés à l’étranger, le dirigeant chinois a également ordonné aux autorités de soutenir le développement d’un groupe de sociétés internet multinationales susceptibles d’avoir une influence mondiale.

L’Internet en rouge

Xi, dans son discours de 2016, a décrit tous les contenus en ligne comme relevant de trois catégories : « Zone rouge, zone noire et zone grise. »

« Le contenu de la ‘zone rouge’ fait référence au discours aligné sur les exigences du PCC en matière de propagande, tandis que le matériel de la ‘zone noire’ ne respecte pas ces règles. Le contenu de la ‘zone grise’ se situe au milieu.

« Nous devons consolider et élargir la zone rouge et étendre son influence dans la société », a déclaré Xi dans un discours ayant fait l’objet d’une fuite en août 2013. « Nous devons entrer courageusement dans la zone noire [et nous battre durement] pour l’amener progressivement à changer de couleur. Nous devons lancer des actions à grande échelle ciblant la zone grise pour accélérer sa conversion en zone rouge et l’empêcher de se transformer en zone noire. »

À l’intérieur de la Chine, le PCC a la mainmise sur les contenus et les discussions en ligne grâce au Grand Pare-feu, un appareil massif de censure d’internet qui bloque les sites étrangers et censure les contenus jugés inacceptables par le Parti. Il engage également une vaste armée de trolls en ligne, surnommée « l’armée des 50 cents », pour manipuler les discussions en ligne. Selon un rapport récent, le PCC engage 2 millions de commentateurs internet rémunérés et s’appuie sur un réseau de 20 millions de volontaires à temps partiel pour mener à bien ses activités de trolling en ligne.

Dans son rapport annuel 2020 sur la liberté d’internet, Freedom House a désigné la Chine comme le pays qui abuse le plus de la liberté en ligne pour la sixième année consécutive. Des citoyens chinois ont été arrêtés pour avoir utilisé un logiciel permettant de contourner le Grand Pare-feu et punis pour avoir publié en ligne des commentaires défavorables au régime chinois. Lors d’un incident désormais célèbre survenu aux premiers stades de la pandémie, le médecin lanceur d’alerte Li Wenliang a été réprimandé par la police pour « propagation de rumeurs » après avoir averti ses collègues dans un groupe de discussion sur les médias sociaux de la présence d’un virus semblable au SRAS dans la ville de Wuhan.

Dans les remarques de 2017, Xi a dit au régime de développer un plus grand groupe d’influenceurs « rouges » en ligne pour façonner les perceptions des utilisateurs sur le PCC. Il a également appelé à une expansion de l’armée des 50 cents pour opérer à l’intérieur et à l’extérieur de l’internet chinois.

Depuis la pandémie, le PCC a fortement intensifié ses efforts pour influencer l’opinion en ligne à l’étranger. Grâce à de vastes réseaux de comptes trolls sur Twitter et Facebook, le régime a pu propager et amplifier la propagande et la désinformation sur des sujets tels que la pandémie, les tensions raciales aux États-Unis et l’oppression des musulmans ouïghours au Xinjiang par le régime.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ