Dissimulation par des scientifiques d’un virus semblable à celui du Covid-19, stocké dans un laboratoire de Wuhan

Le virus nommé RaTG13 a été découvert dans une mine abandonnée à Mojiang, dans le Yunnan, il y a près de 10 ans
Par Jeff Carlson et Hans Mahncke
30 juin 2021
Mis à jour: 30 juin 2021

Shi Zhengli, la directrice de l’Institut de virologie de Wuhan (WIV), est le fil rouge par lequel sont reliés de nombreux projets de recherche clés et des expériences de gain de fonction sur les coronavirus.

Son travail présente un curieux schéma de tromperie, retracé à travers ses publications de 2013 à 2020, dans lequel une source clé du coronavirus le plus étroitement lié au Covid-19 a été dissimulée.

En 2002, une épidémie d’un coronavirus connu sous le nom de SRAS a entraîné la mort de 774 personnes dans le monde. Les enquêtes ont rapidement établi que le virus s’était propagé des chauves-souris aux civettes, puis à l’homme.

L’épidémie de SRAS a façonné la carrière de Mme Shi, la faisant passer de la recherche sur le terrain à des travaux dans des laboratoires de biosécurité de niveau 2, avant d’aboutir à des expériences de gain de fonction dans le premier et unique laboratoire de niveau 4 de Chine, situé à Wuhan.

Sa recherche de la source d’origine de l’épidémie de SRAS a commencé en 2004, lorsqu’elle a rejoint une équipe internationale de chercheurs pour collecter des échantillons de chauves-souris dans le sud de la Chine.

Le laboratoire P4 sur le campus de l’Institut de virologie de Wuhan, dans la province chinoise du Hubei (centre), le 27 mai 2020 (Hector Retamal/AFP via Getty Images)

Les premières recherches de Shi Zhengli ont fait l’objet d’un article en 2005, dans lequel elle a signalé que « les espèces de chauves-souris sont un hôte naturel des coronavirus étroitement liés à ceux qui sont responsables de l’épidémie de SRAS ».

Shi Zhengli et son équipe ont poursuivi pendant des années leur recherche de la source de l’épidémie de 2002, et les échantillons recueillis par son équipe ont été envoyés à Wuhan pour être analysés et faire l’objet d’autres expériences.

Le 12 décembre 2007, Shi Zhengli et son équipe ont publié un article dans le Journal of Virology qui montrait comment les virus pouvaient être manipulés pour infecter et attaquer des cellules humaines à l’aide d’un pseudovirus basé sur le VIH. Cette expérience, financée par l’Académie chinoise des sciences, a été la première indication que le laboratoire de Shi Zhengli à Wuhan était en train d’acquérir les technologies et les compétences nécessaires pour manipuler des virus collectés dans la nature.

En juin 2010, Mme Shi a cosigné un article montrant que son équipe s’était appuyée sur les expériences de 2007 pour manipuler d’autres spécimens de virus de chauve-souris et tester leurs interactions avec les protéines de spicule du SRAS-CoV humain. Elle a découvert que « l’altération de plusieurs résidus clés diminuait ou augmentait l’efficacité du récepteur ACE2 de la chauve-souris ». L’étude a de nouveau été financée par l’Académie chinoise des sciences.

En 2011 et 2012, Shi Zhengli et son équipe ont mené une « enquête longitudinale de 12 mois » sur une colonie de chauves-souris fer à cheval (Rhinolophus affinis ou Rhinolophe fer à cheval) « à un seul endroit de la ville de Kunming, dans la province du Yunnan, en Chine ». Cet endroit unique était la grotte de Shitou.

Pendant que Shi Zhengli et son équipe menaient leur enquête à la grotte de Shitou, un groupe de 6 travailleurs sans lien avec eux a commencé à nettoyer les excréments de chauves-souris d’un puits de mine de cuivre à Mojiang, dans le Yunnan – à environ 320 km du groupe de Shi Zhengli – selon le Sunday Times.

En avril 2012, selon le Wall Street Journal, ces 6 travailleurs sont tombés gravement malades d’une maladie ressemblant à une pneumonie qui a entraîné la mort de 3 d’entre eux. Notamment, tous les rapports publics indiquent que le puits de la mine était abandonné, mais aucun de ces mêmes rapports n’explique pourquoi les 6 mineurs étaient là pour nettoyer le puits.

Les médias n’ont fait aucune mention de cette étrange épidémie isolée et, comme le note le Sunday Times, il « semble qu’il y ait eu un black-out médiatique » autour de l’incident.

Shi Zhengli et son équipe, qui se trouvaient fortuitement dans la région au moment de cette nouvelle épidémie, ont brusquement changé d’objectif et de lieu et ont passé les deux années suivantes à collecter des échantillons de chauves-souris dans la mine du site de Mojiang.

Un virus prétendument trouvé dans l’un de ces échantillons s’est révélé par la suite être le plus proche correspondant connu du virus responsable du Covid-19.

Peter Daszak s’adresse aux médias à son arrivée à l’Institut de virologie de Wuhan, dans la province chinoise du Hubei (centre), le 3 février 2021. (Hector Retamal/AFP via Getty Images)

La découverte de cet échantillon viral particulier semble s’être apparentée à la recherche d’une aiguille dans une botte de foin. Bien que le site de Mojiang ait révélé de grandes quantités de coronavirus, un seul d’entre eux ressemblait au SRAS et aurait été trouvé dans un seul échantillon de matières fécales. L’équipe de Shi Zhengli a nommé le virus RaBtCoV/4991.

Peter Daszak, président d’EcoHealth Alliance, a confirmé cette découverte fortuite au Sunday Times.

« Ce n’était qu’une seule des 16 000 chauves-souris que nous avons échantillonnées. C’était un échantillon de matières fécales, nous l’avons mis dans un tube, mis dans de l’azote liquide et ramené au laboratoire. Nous avons séquencé un court fragment », a-t-il déclaré.

On ne sait pas si M. Daszak, qui a utilisé des fonds des National Institutes of Health (Instituts nationaux de la santé ou NIH)) pour fournir au WIV des subventions pour la recherche sur les coronavirus de chauve-souris, était présent sur le site de la mine de Mojiang, mais il est coauteur d’un article décrivant les conclusions du groupe.

Les articles scientifiques contradictoires de Shi Zhengli

Le récit plus complet se dévoile à l’examen de 5 articles publiés dans des revues scientifiques occidentales par Shi Zhengli et ses collaborateurs de recherche entre 2013 et 2020.

Un article rédigé le 30 octobre 2013 par Shi Zhengli et Peter Daszak a mis en évidence la toute première « séparation et caractérisation d’un coronavirus analogue au SRAS chez la chauve-souris qui utilise le récepteur ACE2 ».

Leur article soulignait que leurs « résultats fournissent la preuve la plus solide à ce jour que les chauves-souris fer à cheval chinois sont des réservoirs naturels de SARS-CoV, et que les hôtes intermédiaires peuvent ne pas être nécessaires pour une infection humaine directe par certains SL-CoV de chauve-souris ».

En d’autres termes, leur article de 2013 mentionnait spécifiquement la possibilité d’une transmission directe des chauves-souris aux humains.

L’article faisait également référence à la « première séparation enregistrée » d’un coronavirus vivant semblable au SRAS, connu sous le nom de WIV1 – apparemment un raccourci pour Wuhan Institute of Virology 1. Le virus a été isolé à partir d’échantillons fécaux prélevés sur des chauves-souris fer à cheval.

À cette époque, Shi Zhengli avait passé près de deux ans à collecter des échantillons de chauves-souris dans la mine de Mojiang. Fait notable, ses articles scientifiques ne font aucune mention de la mine, de l’épidémie de 2012, des mineurs ou de leur décès.

Comme le mentionne son article de 2013, le groupe a affirmé que tous ses résultats provenaient d’un « seul endroit à Kunming, dans la province du Yunnan, en Chine » – l’emplacement de la grotte de Shitou.

Plus précisément, l’article de 2013 de Shi Zhengli, ainsi qu’un article de suivi en novembre 2015, semblaient dissimuler intentionnellement son travail de plusieurs années à la mine de Mojiang, ainsi que le fait crucial que la mine – et non la grotte de chauves-souris de Kunming – était la véritable source de ce qui allait être connu comme le plus proche parent du virus à l’origine du Covid-19.

L’article de 2015 rédigé par Shi Zhengli, avec Ralph Baric de l’Université de Caroline du Nord et d’autres, revient sur la présence du virus chez les chauves-souris fer à cheval. Notamment, l’article ne précise pas directement l’endroit d’où provient le virus, mais utilise une note de bas de page pour faire référence à l’article de 2013, qui affirmait que la source provenait d’un « seul endroit à Kunming » – l’emplacement de la grotte de Shitou.

L’article note qu’« un groupe de coronavirus de chauve-souris en circulation, semblable au SRAS, présente un potentiel d’émergence chez l’homme ». Les chercheurs ont observé que certains des virus qu’ils ont découverts « se répliquent efficacement dans les cellules primaires des voies respiratoires humaines ».

Les chercheurs ont déclaré que leurs travaux « suggèrent un risque potentiel de réémergence du SRAS-CoV à partir de virus circulant actuellement dans les populations de chauves-souris ».

Mais là encore, tout comme son article de 2013, aucune référence à la mine de Mojiang comme source réelle n’a été faite.

Cependant, moins de trois mois plus tard, dans le cadre d’un suivi de l’article de novembre 2015, Shi Zhengli  et son équipe ont reconnu dans un article de février 2016 qu’ils avaient « mené une surveillance des coronavirus chez les chauves-souris dans un puits de mine abandonné du comté de Mojiang, dans la province du Yunnan, en Chine, de 2012 à 2013 ».

Dans ce même article, Shi Zhengli a admis avoir obtenu un virus appelé RaBtCoV/4991 à partir de 276 sondes fécales de chauves-souris qui « ont été échantillonnées dans un puits de mine à Mojiang ». Comme nous le savons maintenant, le virus RaBtCoV/4991 s’est avéré être le plus proche du virus responsable du Covid-19.

Shi Zhengli a renommé ce même virus sous le nom de RaTG13 au début du mois de février 2020, juste au moment où la pandémie de Covid-19 commençait à apparaître.

Des chauves-souris dans une cage de l’Institut de virologie de Wuhan, dans la province centrale chinoise du Hubei, dans une vidéo de 2017 (Capture d’écran)

Une base de données sur les virus de chauves-souris publiée par l’Académie chinoise des sciences – l’organisme de tutelle du WIV – confirme que le virus RaBtCoV/4991 a été « découvert le 24 juillet 2013, dans le cadre d’une collecte de coronavirus décrits dans l’article de 2016 sur la mine abandonnée », rapporte le Times.

La base de données chinoise fait spécifiquement référence à l’article de Shi Zhengli du 18 février 2016, qui fait mention du puits de mine de Mojiang, ainsi que de la découverte de multiples coronavirus – y compris la nouvelle souche semblable au SRAS – mais ne mentionne pas l’épidémie respiratoire de 2012, ni le décès des mineurs qui en a résulté.

En 2017, Shi Zhengli et son équipe ont une nouvelle fois détourné l’attention de la mine de Mojiang pour la ramener à la grotte de Shitou, affirmant : « Nous avons mené une surveillance longitudinale de 5 ans (d’avril 2011 à octobre 2015) sur le SRAS-CoVs chez les chauves-souris d’un seul habitat à proximité de la ville de Kunming, dans la province du Yunnan, en Chine » – la région où se trouve la grotte de Shitou.

Pour des raisons encore inconnues, toute mention de la mine de Mojiang, où Shi Zhengli et son équipe ont passé deux ans à collecter des échantillons de chauves-souris, ce qui a abouti à la découverte du plus proche parent connu du Covid-19, a une fois de plus été ostensiblement omise.

L’un des coauteurs de Shi Zhengli sur les articles de 2013 et 2017, Linfa Wang, s’est depuis fait connaître en tant que partisan acharné de la théorie des origines naturelles se rapportant au virus. Linfa Wang, membre de l’équipe d’intervention d’urgence de l’OMS pour l’épidémie de Covid-19, a discuté de la question du financement avec National Geographic en juin 2020, notant que lorsqu’il s’agit de maladies infectieuses, « les gens ne réalisent jamais qu’il y a un énorme retour ».

« Lorsque nous avons empêché de petites épidémies, les gens ne s’en soucient pas. Cela n’attire pas l’attention des médias », a-t-il déclaré.

Linfa Wang, qui collabore avec Shi Zhengli depuis au moins 2005, a terminé en posant une question qui fait penser à l’épidémie de 2012 à la mine de Mojiang :

« À Wuhan, si 3 personnes meurent et que la situation est contrôlée, le saurions-nous ? Non. Cela se produit tout le temps. C’est juste dans les villages reculés que les gens meurent. Vous les enterrez et fin de l’histoire, non ? »

Parmi les nombreux articles écrits concernant leur travail pluriannuel, seul celui de 2016 reconnaît l’existence de la mine de Mojiang. Et, encore une fois, nulle part Shi Zhengli ou son équipe ne font mention de l’épidémie réelle et de la mort de 3 des 6 mineurs infectés.

La possession par Shi Zhengli, pendant des années, du virus trouvé dans la mine de Mojiang a été soudainement mise en évidence le 3 février 2020, lorsque Shi Zhengli et ses collaborateurs ont publié un nouvel article indiquant que les scientifiques du laboratoire de Wuhan avaient une correspondance proche avec le virus qui cause le Covid-19.

Des agents de sécurité montent la garde devant l’Institut de virologie de Wuhan alors que des membres de l’équipe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) chargée d’enquêter sur les origines du Covid-19 visitent cet institut, le 3 février 2021. (Hector Retamal /AFP via Getty Images)

Shi Zhengli a appelé ce virus RaTG13, un nom qui n’était jamais apparu auparavant dans aucun de ses articles. L’article de 2020 était particulièrement vague quant aux origines de ce nouveau virus, indiquant simplement qu’il « avait été détecté précédemment chez les Rhinolophus affinis de la province du Yunnan ». Comme des chercheurs indépendants l’ont découvert plus tard en comparant les séquences génomiques des bases de données chinoises archivées, le virus auquel Shi Zhengli faisait référence en 2020 était en fait RaBtCoV/4991, le virus qui avait été prélevé dans la mine de Mojiang en 2012 et sur lequel des écrits avaient été publiés en 2016.

En novembre 2020, alors que de nouveaux faits étaient découverts concernant les origines du virus, Shi Zhengli a soudainement ajouté un addendum à son article de février 2020, admettant finalement que le plus proche parent connu du Covid-19 provenait de la mine de Mojiang. Cependant, Shi Zhengli a qualifié la mine de Mojiang de « grotte » et de « caverne », brouillant une fois de plus les pistes entre la mine de Mojiang et la grotte de Shitou, située à 320 km de distance.

Dans cet addendum, Shi Zhengli a reconnu qu’elle avait renommé le virus RaBtCoV/4991 en RaTG13, soi-disant pour « refléter l’espèce de chauve-souris ». Cependant, la désignation précédente et la nouvelle désignation portent toutes deux les lettres « RA », qui signifient Rhinolophus affinis, le terme latin pour l’espèce intermédiaire des chauves-souris fer à cheval.

Notamment, l’article de Shi Zhengli de 2020 prétendait également que la pandémie était « partie d’un marché local de fruits de mer ». Cette fausse affirmation, qui a été réfutée, n’a pas été abordée dans l’addendum de Shi Zhengli.

Bien que l’on ne sache pas encore précisément pourquoi Shi Zhengli a dissimulé les véritables origines du RaBtCov/4911 et a occulté sa découverte de 2013, il est indéniable que Shi Zhengli a discrètement conservé le plus proche parent connu de Covid-19 dans son laboratoire de Wuhan pendant au moins 7 ans et n’a pas divulgué les véritables origines de sa découverte.

Jeff Carlson et Hans Mahncke sont co-animateurs de l’émission Truth Over News sur EPOCH TV.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ