Des dizaines de milliers de personnes quittent le pays après la levée de la quarantaine à Wuhan

Par Eva Fu
9 avril 2020
Mis à jour: 9 avril 2020

Des dizaines de milliers de personnes se sont précipitées pour quitter Wuhan, le premier épicentre du virus au monde, dès que la ville a levé la quarantaine de 76 jours le 8 avril.

La réouverture a permis de voir des foules invisibles depuis le 23 janvier, lorsque la Chine a ordonné l’état d’urgence de la ville de 11 millions d’habitants. Les conducteurs avaient déjà fait la queue sur les autoroutes bien avant que l’horloge n’atteigne minuit, lorsque les autorités ont décidé d’assouplir les contrôles de circulation.

Les gens ont également afflué dans les trains et les aéroports, beaucoup s’enveloppant dans des équipements de protection complets, attendant leur première occasion de sortir de la ville.

Des images de la frontière montrent des habitants klaxonnant à la sortie de la ville pour célébrer leur liberté de déplacement retrouvée.

Cette photo aérienne prise tôt le 8 avril 2020 montre des voitures faisant la queue à un poste de péage d’autoroute à Wuhan, dans la province centrale du Hubei, en Chine. (STR/AFP via Getty Images)

« Nous devons saisir le moment ce soir, et nous enfuir », a déclaré Chen, un habitant du district de Jianghan de la ville qui a fait la queue à l’un des 75 péages d’autoroute aux premières heures du jour en direction de son lieu de travail dans le sud de la province de Jiangsu, au journal Epoch Times. « Qui sait s’il y aura une autre décision politique demain. »

Chen a déclaré qu’il regrettait de ne pas avoir écouté le conseil de son patron de quitter Wuhan avant le bouclage, le laissant bloqué pendant plus de deux mois. « Si vous voulez partir, vous partez vite », a-t-il dit.

Liu, dont les parents vivent dans le district de Hanyang, avait des préoccupations similaires.

« On ne sait jamais dans quelle direction vont les politiques », a-t-elle déclaré au journal Epoch Times alors que leur voiture, en direction de la Mongolie, arrivait dans la ville de Xinyang, dans la province du Henan. « Nous partons dès que possible. Il y a des changements tous les jours. »

Les passagers font la queue pour entrer dans la gare de Wuchang le 7 avril 2020 à Wuhan, dans la province de Hubei, en Chine. (Getty Images)

La famille de trois personnes est arrivée pour faire la queue à l’entrée de l’autoroute une heure avant que les restrictions de voyage ne soient levées. En un rien de temps, plus d’une centaine de voitures ont été alignées derrière elle.

Environ 55 000 personnes devaient quitter Wuhan mercredi par le train, un nombre qui devrait presque avoir doublé le lendemain. Un responsable de l’aéroport a estimé que 10 000 passagers quitteraient Wuhan par avion d’ici la fin de la journée.

Risques cachés

Pendant des semaines depuis mars, Wuhan n’a enregistré que peu ou pas de nouveaux cas dans son décompte quotidien. Au cours des trois dernières semaines, les fonctionnaires n’ont signalé que trois nouveaux cas confirmés.

Pourtant, la présence d’un nombre inconnu de patients asymptomatiques, qui peuvent propager le virus sans présenter de symptômes immédiats, laisse penser que l’épidémie est loin d’être terminée.

Un rapport classifié du gouvernement chinois a montré que ces patients pourraient représenter jusqu’à un tiers de ceux qui ont été détectés, selon le South China Morning Post. Le rapport indique également que plus de 43 000 patients ayant été testés positifs pour le virus en Chine à la fin du mois de février étaient asymptomatiques, et que les données officielles du gouvernement listant environ 80 000 cas confirmés n’incluaient pas ces patients.

Yang Jiong, un expert en pneumologie de l’hôpital Zhongnan de l’université de Wuhan, a récemment déclaré qu’il pourrait y avoir 10 000 à 20 000 porteurs asymptomatiques à Wuhan, et a exhorté les résidents à rester vigilants, selon le journal d’État, Health Times.

Après que la Chine a commencé à rendre public les cas asymptomatiques le 1er avril, plus de 70 complexes résidentiels précédemment désignés comme « exempts du virus » se sont révélés porteurs. Pour la même raison, 87 quartiers, deux villages et 11 villes de Wuhan ont également perdu leurs titres de « exempts du virus ».

Les trains de Chine

Les travailleurs et les responsables de la santé chinois portent des combinaisons blanches de protection alors que les voyageurs de Wuhan se rassemblent pour prendre des bus, ils seront testés et mis en quarantaine 14 jours après leur arrivée par les premiers trains pour Pékin, en Chine, le 8 avril 2020. (Kevin Frayer/Getty Images)

Des cobayes ?

Lors d’une conférence de presse tenue la veille de la réouverture de Wuhan, Hu Shuguang, chef adjoint du groupe de contrôle de l’épidémie à Wuhan, a averti que la lutte contre l’épidémie « reste la priorité absolue pour le moment ».

Selon un avis envoyé quelques jours plus tôt, les fonctionnaires continueront à exercer une gestion stricte du verrouillage au niveau communautaire, notamment en vérifiant l’identité et la température de chaque personne, en imposant des masques faciaux et en déconseillant aux résidents de sortir.

Fang, une résidente de Wuhan, a déclaré que « les personnes qui vont travailler aujourd’hui sont le premier lot de cobayes ».

« Je ne sais pas où sont les ennemis, où se trouve le virus et qui a été infecté. Je serais anxieux si ma famille s’en allait », a-t-il déclaré à l’organe de presse frère d’Epoch Times, NTD. « Ils n’utilisent pas de méthodes scientifiques pour guérir la maladie, et agissent souvent par nécessité politique. »

De nombreuses régions de Chine contrôlent les personnes qui arrivent de Wuhan.

Pékin, qui prévoit le retour d’environ 11 000 résidents depuis la réouverture de Wuhan, exige deux tests de dépistage du virus : un une semaine avant leur voyage pour prouver leur état de santé, et un autre après qu’ils ont terminé une quarantaine obligatoire de deux semaines à la maison ou dans un centre de quarantaine, selon un point de presse du 8 avril.

Dans la province du Heilongjiang, à l’extrême nord du pays, une vague de cas de virus a conduit la ville de Suifenhe à fermer sa frontière avec la Russie.

Dans une mesure rappelant le verrouillage de Wuhan, le gouvernement local a ordonné aux citoyens de rester à l’intérieur de leurs complexes résidentiels, selon un avis du gouvernement du 7 avril. Une seule personne de chaque foyer peut partir tous les trois jours pour se procurer des articles de première nécessité, et elle doit rentrer chez elle le même jour. La construction d’un hôpital de fortune est également en cours.

RECOMMANDÉ