Un document d’informations, publié par la Croix-Rouge à l’intention des migrants sans-papiers, facilite la migration clandestine, selon un expert

Une brochure en espagnol de la Croix-Rouge fournit des itinéraires détaillés vers la frontière sud des États-Unis, les emplacements des abris et des instructions sur la façon de sauter d'un train en marche en toute sécurité
Par Charlotte Cuthbertson
28 août 2021
Mis à jour: 30 août 2021

UVALDE, Texas – Un éleveur nommé John Sewell a récemment ramassé un document tombé du sac à dos d’un étranger clandestin qui s’était introduit sur sa propriété près d’Uvalde, au Texas, à environ 80 km de la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

D’un côté du document se trouve une carte qui détaille les itinéraires de transport du Panama aux États-Unis. Il indique de manière très détaillée les endroits où les migrants peuvent trouver un abri ou obtenir une aide médicale en cours de route. L’autre côté est rempli d’informations utiles, en espagnol, notamment sur la manière de traverser les forêts et la jungle en toute sécurité, de trouver un abri, d’obtenir une aide médicale et de traiter avec les autorités d’immigration.

Il a été publié par la Croix-Rouge, et son titre peut se traduire par Guide d’auto-gestion de la santé et de la sécurité des migrants.

Selon Jessica Vaughan, directrice des études politiques au Centre d’études sur l’immigration, basé à Washington, ce guide va au-delà de la fourniture d’informations vitales et facilite la migration illégale.

« C’est pratiquement une carte routière ou un assemblage de ressources utiles pour un migrant sans-papiers », a-t-elle déclaré à Epoch Times. « C’est une chose de distribuer de l’eau aux migrants. C’est tout autre chose de les aider à migrer illégalement, et de violer la souveraineté d’une frontière. »

Un document en espagnol publié par la Croix-Rouge et intitulée Guide d’auto-gestion de la santé et sécurité des migrants est portée par un migrant illégal à Uvalde, au Texas. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Le guide contient des conseils tels que : « Il est toujours plus sûr de voyager en groupe, surtout pour les femmes » et de rester en contact avec les parents et les amis, « surtout avant de traverser la frontière. »

Il met en garde contre le fait de monter ou de descendre d’un train lorsqu’il est en mouvement ou mouillé, mais conseille ensuite : « Si vous descendez d’un train en marche, continuez à courir pour que les autres ne vous tombent pas dessus » et « Essayez de ne pas monter dans un train si vous n’avez pas mangé ou si vous ne vous êtes pas reposé. Vous risquez de tomber si vous avez sommeil. »

Il poursuit : « Ne vous cachez pas dans des véhicules ou dans de petits endroits où vous pourriez suffoquer, vous noyer ou tomber malade. Assurez-vous d’avoir suffisamment d’espace pour respirer. »

À Uvalde, où Sewell s’est procuré le document, la patrouille frontalière a constaté cette année une augmentation de 911 % du nombre de clandestins dans les trains de marchandises allant de la frontière à San Antonio.

Le 13 août, dans un train inspecté par la patrouille des frontières, les agents ont trouvé 20 étrangers clandestins cachés dans les lits de camionnettes neuves transportées dans deux wagons différents. Plusieurs de ces étrangers avaient été appréhendés la veille par le même agent au même endroit. Tous étaient des hommes célibataires originaires du Mexique et du Honduras.

Des agents de la patrouille frontalière appréhendent 21 étrangers en situation irrégulière originaires du Mexique qui s’étaient cachés dans une trémie à grains d’un train de marchandises en direction de San Antonio, près d’Uvalde, au Texas, le 21 juin 2021. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

La carte met également en évidence les abris de la Croix-Rouge au Mexique et d’autres endroits qui sont gérés par des organisations religieuses, comme la Maison du bon samaritain à Oaxaca, au Mexique, et la Catholic Charities à Tucson, aux États-Unis.

La directrice des études politiques a déclaré qu’au lieu d’être un « exercice bénin de type chemin de fer clandestin », le document « incite à un comportement criminel qui est également très, très dangereux et illégal ».

Elle a déclaré que la Croix-Rouge et d’autres organisations humanitaires devraient dire aux migrants de ne pas venir. Selon elle, la plupart des migrants illégaux qui entrent aux États-Unis ne répondent pas aux critères d’asile et ne se verront pas accorder le statut de réfugié par un juge de l’immigration. De nombreux Centraméricains, qui représentent la plus grande partie des migrants illégaux, ne demandent pas l’asile une fois qu’ils sont aux États-Unis, et parmi ceux qui le font, moins de 15 % obtiennent l’asile.

Un porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a déclaré que l’organisation ne prévient ni n’encourage la migration.

« En tant qu’organisation impartiale, neutre et indépendante, nos actions visent à répondre aux besoins humanitaires des migrants afin qu’ils soient traités avec dignité, à la fois dans leurs pays d’origine, de transit et de destination, et quel que soit leur statut d’immigration », a déclaré le porte-parole à Epoch Times par courriel.

Un document en espagnol publié par la Croix-Rouge intitulé Guide d’auto-gestion de la santé et de la sécurité des migrants est portée par un migrant illégal à Uvalde, au Texas. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Le CICR n’a pas répondu à une question lui demandant où il mettait les documents à disposition, mais les logos de la Croix-Rouge de sept pays sont imprimés dessus, dont les États-Unis, le Mexique, le Guatemala, le Honduras, le Salvador, le Costa Rica et le Panama.

Le porte-parole a déclaré que l’organisation fournit une assistance humanitaire à des points clés le long de l’itinéraire.

« Nous les informons également des risques qu’ils encourent en empruntant la route migratoire », a précisé le porte-parole.

« Il est essentiel de prévenir les pertes de vies et de promouvoir une approche humanitaire. Répondre aux besoins de cette population vulnérable est une responsabilité partagée des autorités des pays d’origine, de transit et de destination, et de la communauté internationale. »

Le CICR, basé à Genève, a opéré dans 100 pays en 2019 et dépensé plus de 2 milliards de dollars, selon son dernier rapport annuel. Il est financé principalement par des dons volontaires des gouvernements et des sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, selon son site internet.

Mme Vaughan a déclaré que les États-Unis devraient enquêter sur la façon dont le guide a été publié et avec quel financement.

« Ils devraient aider les gens dans les pays où vivent les migrants, et non aider et encourager cette migration illégale, qui est si dangereuse et a créé tant de problèmes pour tous les pays où elle se produit », a-t-elle déclaré.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ