Dominion et le comté de Maricopa entravent la tentative du Sénat de l’Arizona d’obtenir les mots de passe des machines électorales

Les responsables de l'audit ont trouvé une base de données entière d'une machine effacée, ce qui soulève des inquiétudes.
Par Zachary Stieber
15 mai 2021
Mis à jour: 16 mai 2021

Dominion Voting Systems et les responsables du comté de Maricopa refusent de remettre les mots de passe des machines électorales aux responsables de l’audit de l’Arizona.

Dominion a déclaré jeudi aux médias qu’elle se conformerait à l’audit, mais Cyber Ninjas, la société engagée par le Sénat de l’Arizona pour le mener avec trois autres entreprises, n’est pas accréditée par la Commission d’assistance électorale des États-Unis.

« La remise de la propriété intellectuelle de Dominion à un acteur non accrédité, partial et manifestement peu fiable comme Cyber Ninjas serait imprudente et causerait des dommages irréparables aux intérêts commerciaux de l’entreprise et aux intérêts de la sécurité électorale du pays », a déclaré Dominion. « Aucune entreprise ne devrait être contrainte de participer à un acte aussi irresponsable. »

Cyber Ninjas n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Les responsables du comté de Maricopa ont précédemment déclaré qu’ils ne disposaient pas de mots de passe pour accéder aux fonctions administratives des machines Dominion Voting Systems qui ont été utilisées pour scanner les bulletins de vote pendant l’élection, selon l’agent de liaison du Sénat pour l’audit, l’ancien secrétaire d’État républicain Ken Bennett.

« Ils nous ont dit qu’ils n’avaient pas ce deuxième mot de passe, ou qu’ils nous avaient donné tous les mots de passe qu’ils avaient », a déclaré Ken Bennett à la chaîne de télévision One America News sur le site de l’audit à Phoenix la semaine dernière.

Le comté refuse également de communiquer les routeurs aux contrôleurs, invoquant des problèmes de sécurité.

Les routeurs ou les images de routeurs et l’accès aux machines électorales faisaient partie des documents que le Sénat de l’État a assignés à comparaître à la fin de l’année dernière. Un juge a statué en février que les citations à comparaître étaient valides et qu’il fallait y obéir.

La présidente du Sénat de l’Arizona, Karen Fann, une républicaine, a récemment menacé d’assigner les responsables du comté à comparaître s’ils ne cessaient pas de ne pas se conformer aux citations à comparaître, mais elle a retiré sa menace dans une lettre du 12 mai.

Au lieu de cela, elle a demandé au président du conseil des superviseurs du comté de Maricopa, Jack Sellers, également républicain, de coopérer volontairement en participant à une prochaine réunion au Capitole de l’État afin d’examiner les questions d’audit.

Mme Fann a déclaré que les responsables de l’audit ont trouvé des anomalies dans le décompte des bulletins de vote, notamment un lot qui était censé compter 200 bulletins mais qui n’en comptait que 165. Elle a également déclaré que les équipes d’audit ont découvert qu’un répertoire entier de la base de données d’une machine électorale avait été supprimé, et que la base de données principale du logiciel du système de gestion des élections ne se trouvait nulle part sur la machine, ce qui suggère que la base de données principale pour toutes les données liées à l’élection de 2020 avait été supprimée.

Jeudi, M. Sellers a indiqué qu’il ne participerait pas à la réunion et a contesté ces allégations.

Supprimer des fichiers du serveur « serait un crime – et ce n’est pas vrai », a-t-il déclaré.

« Après avoir examiné la lettre avec des experts électoraux et informatiques du comté, je peux dire que les allégations sont fausses et mal informées. En outre, l’affirmation selon laquelle nos employés ont supprimé des fichiers électoraux et détruit des preuves est scandaleuse, totalement infondée et indigne du Sénat de l’Arizona », a-t-il ajouté, appelant à une rétractation immédiate des déclarations faites par les sénateurs et leur équipe de liaison sur les médias sociaux et dans la presse.

Le conseil des superviseurs, qui a tenu une réunion d’urgence à huis clos vendredi, prévoit de tenir une réunion publique lundi pour aborder cette question.

Mme Fann, porte-parole du Caucus républicain du Sénat de l’Arizona, et l’équipe de liaison n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Les contrôleurs de l’audit plient bagage alors que le Sénat signe un bail pour prolonger l’audit

Les contrôleurs, quant à eux, ont commencé à plier bagage jeudi soir, car l’audit fera une pause en raison de conflits de calendrier.

L’audit s’est déroulé au Veterans Memorial Coliseum sur le champ de foire de l’État à Phoenix. Les remises de diplômes des lycées doivent avoir lieu dans ce bâtiment à partir du 15 mai.

Le comptage manuel s’est arrêté à 19 heures jeudi et les travailleurs ont commencé à démonter les tables et à se préparer à déplacer les bulletins de vote vers un autre endroit.

Environ 500 000 parmi les près de 2,1 millions de bulletins de vote déposés dans le comté de Maricopa pour l’élection de 2020 ont été comptés dans l’audit, selon M. Bennett.

Le Sénat de l’Arizona a signé une prolongation de leur accord initial qui permet aux contrôleurs de stocker du matériel dans le bâtiment Wesley Bolin, qui se trouve également sur le champ de foire de l’État, du 12 au 23 mai.

Ce bâtiment d’environ 19 000 pieds carrés est doté d’un vaste plan ouvert et de deux grandes portes roulantes, selon le site Web de l’Arizona State Fair.

« En raison des températures pendant les mois d’été, il n’est pas recommandé d’utiliser ce bâtiment entre mai et septembre », indique le site.

M. Bennett a dit à Epoch Times dans une interview précédente que les documents seront sécurisés et que le site où ils seront stockés pourra être suivi en ligne par une diffusion en continu 24 heures sur 24, tout comme l’audit lui-même.

« Il n’y a pas de date limite pour l’audit », a déclaré Bennett. « L’objectif n’est pas la rapidité, mais la précision et l’exhaustivité. »

Les équipes d’audit peuvent reprendre l’occupation du colisée le 23 mai et l’utiliser jusqu’au 30 juin, selon une copie de l’accord prolongé obtenue par Epoch Times.

Le document original sur l’étendue des travaux de Cyber Ninjas indiquait que l’examen de l’inscription des électeurs et du dossier de vote prendrait environ 20 jours et que ce travail serait effectué à distance. La phase de comptage des votes prendrait environ 20 jours de plus, selon le document, tandis que la phase relative au système de vote électronique prendrait environ 35 jours.

Mais ces trois phases pourraient être menées simultanément, selon le cabinet. Une semaine supplémentaire serait nécessaire après avoir terminé tout le reste pour finaliser le rapport.

L’audit a débuté le 23 avril.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ