Donald Trump déclare que ses avocats ont fait du «très bon travail» lors de l’ouverture du procès de destitution

Par Zachary Stieber
22 janvier 2020 Mis à jour: 22 janvier 2020

Le président américain Donald Trump a déclaré que ses avocats avaient fait « vraiment du bon travail » lors de la première journée du procès de destitution du Sénat.

Donald Trump, à Davos pour le Forum économique mondial, a déclaré qu’il avait suivi une partie du procès depuis la Suisse, qui est en avance de six heures sur l’heure de l’Est des États-Unis.

« J’ai pu en voir une partie. C’est un canular. C’est un canular total », a déclaré M. Trump à CNBC en marge du forum.

« Je pense que l’équipe était vraiment bonne. Les faits sont tous de notre côté. »

L’avocat de la Maison-Blanche Pat Cipollone et l’avocat de M. Trump Jay Sekulow ont mené les débats de mardi à mercredi, exhortant le Sénat à adopter une résolution présentée par le leader de la majorité au Sénat Mitch McConnell (Républicain-Kentucky) qui établissait les règles initiales du procès, et critiquant divers aspects des arguments des démocrates de la Chambre.

Le président républicain a fait remarquer que les membres du Parti républicain se sont serrés les coudes à la Chambre, aucun d’entre eux n’ayant voté pour le mettre en accusation le mois dernier, et les républicains du Sénat ont fait de même mardi, votant ensemble à plusieurs reprises contre les amendements proposés par les démocrates jusqu’à ce que la sénatrice Susan Collins (R-Maine) rompe avec son parti pour voter pour le dixième et dernier amendement, qui était toujours bloqué.

« Le Parti républicain n’a jamais été aussi unifié. Vous l’avez vu. Cent quatre-vingt-quinze contre rien. Deux fois, je crois. En fait, nous avons eu trois démocrates qui ont voté pour nous. C’était avec la Chambre », a dit Trump.

Quatre démocrates ont rompu avec leur parti à la Chambre. Le député Tulsi Gabbard (D-Hawaii) a voté « présent » sur les deux articles de mise en accusation et les députés Collin Peterson (D-Minnesota), Jeff Van Drew (maintenant R-New Jersey) et Jared Golden (D-Maine) ont voté contre l’un ou l’autre des articles.

M. Trump a déclaré qu’il estimait que son appel téléphonique de juillet 2019 avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a servi de déclencheur à l’enquête sur la mise en accusation, était « irréprochable ».

« Il vous suffit de lire la transcription. Lisez – si vous regardez la transcription – et il s’agit en fait de deux transcriptions. C’est… vous savez, j’ai eu un premier appel qui était parfait, et j’ai eu un deuxième appel qui était parfait. Vous remarquez qu’ils ne mentionnent pas les appels, cependant. Ils ne mentionnent jamais les appels. Ils parlent de tout sauf des appels », a dit M. Trump à CNBC.

« Tout ce qu’ils ont à faire, c’est de lire les transcriptions. Je les publie tout le temps. L’autre chose, c’est de parler au président de l’Ukraine. Il a été génial, je dois vous le dire. Et son ministre des Affaires étrangères a été génial. »

Les responsables ukrainiens ont déclaré à plusieurs reprises que M. Trump ne les avait pas poussés à ouvrir une enquête sur l’ancien vice-président américain Joe Biden et son fils Hunter Biden, qui ont été accusés d’activités de corruption en Ukraine. M. Trump a noté dans l’appel que l’aîné Biden a parlé en 2018 de faire pression sur l’Ukraine en 2016 pour évincer un procureur, Viktor Shokin.

À l’époque, le procureur enquêtait sur Burisma Holdings, une société ukrainienne qui a employé Hunter Biden de 2014 à 2019.

Les Biden ont également déclaré qu’ils n’avaient rien fait de mal. Si des témoins sont appelés dans le cadre du procès de destitution, certains républicains veulent que Hunter Biden soit appelé à témoigner.

RECOMMANDÉ