Donald Trump fera son premier discours public depuis son départ de la Maison-Blanche à la Conférence sur l’action politique des conservateurs

Par Allen Zhong
22 février 2021
Mis à jour: 22 février 2021

L’ancien président américain Donald Trump fera probablement sa première apparition après la Maison-Blanche à la fin du mois de février.

Il sera l’un des principaux orateurs de la Conférence sur l’action politique des conservateurs (CPAC) 2021 à Orlando, en Floride, a confirmé le directeur de la communication de CPAC, Ian Walters, à Epoch Times.

Le discours de l’ancien président est prévu pour l’après-midi du 28 février, le dernier jour de la conférence, a déclaré M. Walters. Ce sera probablement la première apparition publique de M. Trump depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche le 20 janvier dernier.

L’Union des conservateurs américains (ACU), l’hôte de la conférence, a invité l’ancien président à prendre la parole. « J’aimerais le voir venir à la CPAC », a déclaré le président de l’ACU, Matt Schlapp, sur le site du Washington Examiner. Matt Schlapp a déclaré qu’il avait personnellement lancé l’invitation.

« Je pense qu’il mérite d’être entendu. Je pense que même les personnes qui ne sont pas d’accord avec lui conviendront qu’il mérite d’être entendu. Il ne devrait pas être décommandé », a-t-il ajouté. Un membre du personnel impliqué dans la planification de la conférence a dit à Epoch Times que l’invitation avait été envoyée l’année dernière.

Donald Trump semble être devenu plus actif dans l’arène politique après la conclusion de son deuxième procès pour destitution. Il a publié une longue déclaration contestant le discours du leader de la minorité au Sénat, Mitch McConnell (Parti républicain, Kentucky), prononcé contre lui et a salué Rush Limbaugh sur plusieurs médias après la mort du célèbre commentateur radio conservateur.

Le Sénat a acquitté l’ancien président par un vote de 57-43 lors de son second procès de destitution. 77 voix étaient nécessaires pour obtenir une condamnation pour destitution. La plupart des républicains du Sénat, 45 sur 50, ont considéré le second procès de destitution comme anticonstitutionnel parce que Trump avait déjà quitté la Maison-Blanche et était un simple citoyen, selon Epoch Times.

Le président Donald Trump monte sur scène avant son discours à la Conférence d’action politique des conservateurs au Gaylord National Resort and Convention Center à National Harbor, Maryland, le 24 février 2017. Accueillie par l’Union conservatrice américaine, la CPAC est un rassemblement annuel de politiciens de droite, de commentateurs et de leurs supporteurs. (Alex Wong/Getty Images)

Donald Trump est souvent invité à prendre la parole à la CPAC, un événement annuel. Il a lancé une mise en garde contre le socialisme aux Américains dans son discours à la CPAC en 2020.

« Les radicaux d’extrême gauche sont devenus de plus en plus désespérés et dangereux dans leur quête pour transformer l’Amérique en un pays que vous ne reconnaîtriez pas, un pays dans lequel ils contrôleraient tous les aspects de la vie américaine », a-t-il déclaré. « Tout comme les mouvements socialistes et communistes l’ont fait partout dans le monde, ils sévissent contre toute dissidence et exigent une conformité absolue. Ils veulent un contrôle total. »

Donald Trump a averti que le résultat de la mise en œuvre de telles politiques « transformerait très rapidement l’Amérique en un Venezuela à grande échelle ».

La CPAC se décrit comme le plus grand et le plus influent rassemblement de conservateurs dans le monde.

Des conservateurs de haut niveau participent régulièrement à ces conférences. Parmi les orateurs prévus pour la conférence de cette année figurent un certain nombre de responsables de l’administration de Trump, dont l’ancien secrétaire au logement Ben Carson, l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo et l’ancienne attachée de presse de la Maison-Blanche Sarah Huckabee Sanders.

Des alliés de Donald Trump comme le gouverneur du Dakota du Sud Kristi Noem, le gouverneur de Floride Ron DeSantis, et l’ancien conseiller à la sécurité nationale par intérim Richard Grenell sont également prévus pour intervenir.

La liste des intervenants comprend également des législateurs comme le sénateur Josh Hawley (Parti républicain, Missouri), le sénateur James Lankford (Parti républicain, Oklaoma), le député Ted Budd (Parti républicain, Caroline du Nord) et le député Mo Brooks (Parti républicain, Alabama).

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ