Donald Trump : les grandes entreprises de la technologie devraient être punies pour avoir censuré les voix des conservateurs

Par Janita Kan
2 mars 2021
Mis à jour: 2 mars 2021

Les grandes entreprises de la technologie telles que Twitter, Google et Facebook devraient être sévèrement pénalisées si elles continuent à censurer les voix conservatrices, a déclaré l’ancien président Donald Trump lors de la Conférence sur l’action politique des conservateurs (CPAC).

M. Trump, qui en était à sa première grande apparition depuis qu’il a quitté ses fonctions, a profité de l’occasion pour renouveler les appels à sanctionner les entreprises de la Silicon Valley qui se sont engagées dans ce qui est perçu comme une modération déséquilibrée du contenu des utilisateurs qui cible généralement les voix et les points de vue conservateurs.

« Le temps est venu de briser les grands monopoles technologiques et de rétablir une concurrence loyale », a déclaré M. Trump lors de son discours dimanche. « Les géants de la technologie comme Twitter, Google et Facebook devraient être punis par des sanctions importantes, chaque fois qu’ils font taire les voix conservatrices. »

Donald Trump et son administration ont demandé l’abolition ou la réforme de la section 230 du Communications Decency Act afin de supprimer les protections en matière de responsabilité pour les entreprises qui s’engagent dans la censure du discours politique. Ils ont accusé les entreprises d’agir comme des éditeurs plutôt que comme des plateformes en ligne lorsqu’elles s’engagent dans la modération ciblée du contenu des utilisateurs. Les protections prévues par l’article 230 ne sont pas destinées à protéger les éditeurs.

Un certain nombre d’enquêtes antitrust sur de grandes entreprises technologiques sont en cours. Le ministère de la Justice a déjà déclaré qu’il avait ouvert des enquêtes antitrust sur de grandes entreprises de technologie numérique et qu’il avait intenté une action en justice contre Google pour des allégations anticoncurrentielles. De même, le Texas a également intenté son propre procès antitrust contre Google.

Certains États envisagent de légiférer pour empêcher les grandes entreprises technologiques d’utiliser leur monopole pour contrôler les discours qu’elles n’approuvent pas. La Floride a proposé de pénaliser les sociétés de médias sociaux qui suppriment de leur plate-forme des candidats lors d’une élection. La législation imposerait aux entreprises une amende de 100 000 dollars par jour jusqu’à ce que l’accès du candidat à la plateforme soit rétabli. Le Texas envisage également une législation similaire.

Nombre de ces mesures réglementaires ont été prises en réponse à l’intensification de la surveillance des discours des utilisateurs, en particulier pendant la période précédant les élections du 3 novembre et après l’intrusion au Capitole américain le 6 janvier. La modération des entreprises de médias sociaux a vu le compte de Donald Trump suspendu indéfiniment sur Twitter et interdit indéfiniment sur Facebook et Instagram. Un appel de la décision de Facebook d’interdire Donald Trump est actuellement examiné par ce qui est dit être une commission de surveillance indépendante payée par la plateforme.

« Les républicains et les conservateurs doivent libéraliser nos plateformes et abroger les protections de responsabilité de l’article 230. Et si le gouvernement fédéral refuse d’agir, alors [ce doit être fait par] tous les États de l’Union, où nous avons les votes, ce qui est beaucoup », a déclaré Donald Trump. Il a félicité la Floride et le Texas pour leur volonté de s’attaquer à ce problème.

« Si les républicains peuvent être censurés pour avoir dit la vérité et dénoncé la corruption, nous n’aurons pas de démocratie, et nous n’aurons que la tyrannie de gauche », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, ces mastodontes du numérique sont également confrontés à un recul des gouvernements du monde entier qui s’inquiètent du pouvoir que ces entreprises cèdent sur le discours public et la concurrence commerciale. L’Australie est le dernier pays à avoir adopté une loi faisant payer Google et Facebook pour les contenus d’actualité. Cette loi soutient le journalisme d’intérêt public et vise à créer des conditions équitables entre ces plateformes et les entreprises de médias, qui perdent des revenus publicitaires au profit de ces plateformes. D’autres pays ont fait part de leur intention de suivre les traces de l’Australie.

Attaque anticonstitutionnelle

Alors que les technologies de pointe contrôlent le discours dans la sphère privée, les démocrates au Congrès tentent rapidement de faire adopter un projet de loi connu sous le nom de H.R. 1, ou For the People Act (loi pour le peuple), dont les conservateurs avertissent qu’il limiterait encore plus le discours politique.

Le député John Sarbanes (Parti démocrate, Maryland) qui a présenté la version 2021 du projet de loi, a dit qu’il cherchait à « remédier à la répression des électeurs, au gerrymandering (à la manipulation) et à un torrent d’argent sale » lors des élections américaines. Cependant, les critiques disent que le projet de loi impose également de nouvelles restrictions sur les discours concernant la campagne et empêche les Américains de publier et de s’organiser en groupes pour défendre leur gouvernement.
« Le H.R. 1 et le S. 1 imposeraient des normes onéreuses et inapplicables aux Américains et aux groupes d’Américains qui souhaitent discuter des questions politiques du jour avec les élus et le public », a déclaré l’Institute of Free Speech (Institut de la liberté d’expression) dans un article de blog. « D’autres dispositions violeraient la vie privée des groupes de revendication et de leurs supporteurs, réglementeraient rigoureusement le discours politique en ligne et obligeraient les orateurs à inclure dans leurs communications de longs messages mandatés par le gouvernement identifiant nommément certains de leurs supporteurs. »

Lors de son discours, Donald Trump a mis en garde contre la promulgation d’une telle législation, affirmant qu’elle donnerait au gouvernement fédéral le pouvoir de faire taire la dissidence et de transformer la Commission électorale fédérale en une « arme politique partisane ».

« Nous n’avons pas de temps à perdre, Nancy Pelosi et les démocrates au Congrès font la course pour faire passer une loi s’attaquant au Premier amendement et à l’intégrité de nos élections, connue sous le nom de H.R. 1, qui est odieusement et manifestement inconstitutionnelle », a-t-il déclaré.

Il a également fait part de ses préoccupations concernant certaines propositions du projet de loi, telles que la limitation des exigences en matière d’identification des électeurs et le fait de laisser « des bureaucrates non élus et non responsables se charger de délimiter les circonscriptions du Congrès », par le biais de commissions indépendantes de redécoupage.

« Ce monstre doit être arrêté. On ne peut pas le laisser passer », a-t-il déclaré.

« Plus que jamais, le temps est venu pour des dirigeants républicains forts, énergiques et résistants, qui ont une colonne vertébrale d’acier. Nous avons besoin d’un leadership fort. Nous ne pouvons pas avoir des dirigeants qui montrent plus de passion pour condamner leurs concitoyens américains qu’ils n’en ont jamais montré pour s’opposer aux démocrates, aux médias et aux radicaux qui veulent faire de l’Amérique un pays socialiste. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ