Des données contredisent le mythe du « racisme » dans les fusillades commises par la police

Par John R. Lott Jr.
2 mai 2021
Mis à jour: 7 mai 2021

Le président américain Biden a affirmé que la condamnation de Derek Chauvin, mardi 20 avril, a « arraché les œillères pour que le monde entier puisse voir le racisme systémique » en oeuvre dans la police. Le même jour, lors du tir d’un policier sur une jeune fille de 16 ans à Columbus, dans l’Ohio, la Maison-Blanche a de nouveau avancé l’argument du racisme, soulignant qu’il s’agissait d’un exemple supplémentaire de la manière dont « la violence policière affecte de manière disproportionnée les Noirs et les Latinos ».

Mais où sont les preuves de ces affirmations ? Lors du procès de Chauvin, l’accusation n’a pas mentionné une seule fois les preuves du racisme de l’ancien officier. Le lendemain du verdict, l’administration Biden a annoncé qu’elle prévoyait une enquête sur les modèles ou les pratiques du département de police de Minneapolis afin de déterminer si un tel racisme existe, mais les commentaires de l’administration donnent l’impression qu’elle a déjà déterminé le résultat de l’étude.

Dans l’autre affaire, les images des caméras corporelles diffusées par les agents de police ont révélé que Ma’Khia Bryant a été mortellement touchée alors qu’elle chargeait une autre fille avec un couteau. Le policier a tiré sur une fille noire pour tenter de sauver une autre fille noire qui allait visiblement être poignardée.

Des politiciens comme Biden ainsi que les médias ont contribué à créer une perception biaisée qui est loin de la réalité des fusillades au sein de la police. Dans une étude, le Crime Prevention Research Center a constaté que lorsqu’un officier blanc tue un suspect, les médias mentionnent généralement la race de l’officier. Lorsque le policier est noir, la couverture médiatique mentionne rarement ce détail.

Et il existe des preuves que les Noirs ne sont pas tous contre la police. Un sondage réalisé en juillet 2017 par l’université Quinnipiac à New York a révélé que les Noirs soutiennent fortement les policiers de leur quartier — 62 % les approuvent, contre seulement 35 % qui les désapprouvent. Ce taux d’approbation était supérieur de 11 % à celui du département de police de la ville de New York dans son ensemble. Il est logique que les gens ne connaissent que leurs policiers locaux et qu’ils s’appuient sur les reportages des médias pour se faire une idée des autres zones qu’ils connaissent moins. Selon un sondage réalisé en 2020 par l’université de Monmouth, 72 % des Noirs et des Blancs sont satisfaits de leur police locale.

Il existe d’autres preuves. Si les personnes noires ne font pas confiance à la police, ils ne se tourneront probablement pas vers elle aussi souvent que les personnes blanches lorsqu’un crime se produit. Pourtant, les Noirs signalent les crimes violents à la police à un taux plus élevé que les Blancs ou les Hispaniques, même en tenant compte des niveaux de revenus. Les Noirs à faibles et moyens revenus sont environ 11 % plus susceptibles de signaler les crimes violents à la police.

Grâce à des recherches approfondies, nous avons trouvé 2 699 fusillades policières à travers les États-Unis entre 2013 et 2015. C’est beaucoup plus que ce que le FBI a trouvé, puisque ses données se limitent à seulement 1 366 cas fournis volontairement par les services de police. Les données du FBI présentent également d’autres lacunes : elles incluent de manière disproportionnée des cas provenant de zones fortement minoritaires, ce qui donne une image trompeuse de la fréquence à laquelle les Noirs sont abattus.

Notre base de données conserve les caractéristiques du suspect et du policier impliqués dans chaque fusillade, les taux locaux de criminalité violente, les données démographiques de la ville et du service de police, ainsi que de nombreux autres facteurs qui permettent de déterminer les causes des fusillades policières.

Les officiers tuent des personnes noires dans une proportion supérieure à leur part de la population : 25 % des suspects tués étaient noirs, 45 % blancs et 16 % hispaniques. En ce qui concerne le lieu des décès, les suspects noirs ont tendance à mourir dans des grandes villes à forte densité de population noire, avec une population moyenne de plus de 600 000 habitants, tandis que les blancs sont tués dans des villes plus petites avec une population moyenne de 250 000 habitants.

Les suspects blancs sont légèrement plus susceptibles de détenir une arme à feu que les suspects noirs (63 % contre 61 %). Les suspects noirs et blancs sont tout aussi susceptibles d’être impliqués dans des crimes violents lorsqu’ils perdent la vie aux mains d’un policier, bien que les Noirs qui meurent soient plus susceptibles d’être impliqués dans des infractions liées à la drogue ou aux marchandises. Mais les policiers ont généralement un travail plus difficile dans les villes où des Noirs sont tués. Dans les villes où des Noirs sont tués, le taux de criminalité violente et le taux d’homicide sont respectivement 61 % et 126 % plus élevés que dans les villes où des Blancs sont tués.

Après avoir pris en compte ces facteurs et d’autres, notamment les différences culturelles moyennes entre les services de police, nous avons constaté que les officiers noirs étaient au moins aussi susceptibles que leurs homologues blancs de tuer des suspects noirs, mais que les officiers noirs étaient plus susceptibles de tuer des Noirs non armés que les officiers blancs.

Les données ont fourni quelques indices sur la manière de réduire ces incidents mortels. Elles ne peuvent pas expliquer tous les cas, comme celui de George Floyd, qui a résisté à l’arrestation de quatre agents, ou encore celui de Columbus, où l’attaque d’un suspect armé d’un couteau était déjà en cours. Mais, en général, lorsque davantage de policiers sont présents sur les lieux d’une confrontation avec un suspect, les chances de décès diminuent. Chaque policier supplémentaire présent réduit de 14 à 18 % les risques de décès du suspect. Les policiers se sentent plus vulnérables s’ils sont seuls sur les lieux de l’incident, ce qui rend leur travail plus difficile.

C’est une fiction dangereuse que de croire que des officiers blancs, victimes de préjugés, tuent de manière disproportionnée des hommes noirs. Mais cela ne signifie pas que des mesures ne peuvent pas être prises pour réduire les fusillades par la police. La mesure la plus évidente serait d’augmenter le nombre d’agents répondant à un appel, afin d’éviter de forcer des agents isolés et vulnérables à prendre des décisions de vie ou de mort.

De RealClearWire.

John R. Lott Jr. est le président du Crime Prevention Research Center et l’auteur de « Gun Control Myths » (2020), « Dumbing Down the Courts » et « Freedomnomics ».

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de The Epoch Times.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ