Les données prouvent que le changement climatique n’aggrave pas les sécheresses, les vagues de chaleur ou les incendies

Par H. Sterling Burnett
22 septembre 2020
Mis à jour: 22 septembre 2020

Au cours des dernières semaines, des milliers de « nouvelles » ont affirmé que le changement climatique causé par l’homme serait responsable de sécheresses, de vagues de chaleur et d’incendies plus fréquents et plus graves dans l’ouest des États-Unis.

Le fait est, et c’est un gros problème pour ceux qui font ces affirmations, que les données ne les soutiennent pas. Malheureusement, les principaux médias libéraux, à la recherche de titres accrocheurs, ignorent régulièrement ce fait.

Par exemple, le gouverneur californien Gavin Newsome, qui se trouvait dans une zone incendiée, a organisé une conférence de presse, dûment rapportée à travers les États-Unis, dans laquelle il a tenu un discours inepte en disant : « Je n’ai littéralement aucune patience pour les négationnistes du changement climatique ». Je dis « inepte » parce que je ne connais personne qui nie les changements climatiques au fil du temps.

Quelques jours plus tard, le président américain Donald Trump s’est rendu en Californie et a rencontré des représentants de l’État pour discuter de l’aide que le gouvernement fédéral peut apporter en matière de prévention et de lutte contre les incendies de forêt au lendemain de cette saison horrible, bien que non historique.

Le titre de la couverture de l’événement par le New York Times était intitulé « Trump rejette à nouveau la science dans le briefing sur les incendies de forêt en Californie », tandis que l’article de CNN couvrant l’événement commençait ainsi : « Lundi, le président Donald Trump a affirmé sans fondement que le changement climatique ne joue pas un rôle dans les incendies catastrophiques qui ont ravagé les forêts de l’Ouest, réfutant ainsi un briefing officiel qui lui demandait d’écouter la science. ‘Je ne pense pas que la science le sache, en fait’, a déclaré M. Trump lors d’un briefing lundi. »

La vérité, c’est que les principaux médias libéraux affirment sans fondement que la science prouve que les feux de forêt actuels sont causés par le changement climatique. En revanche, M. Trump suit la science.

Les données montrent que le nombre et la gravité des vagues de chaleur, des sécheresses (qui sont un facteur critique dans la gravité des incendies), et des incendies ont tous diminué au cours des 150 dernières années, même si la planète s’est légèrement réchauffée.

En ce qui concerne les vagues de chaleur, l’indice annuel des vagues de chaleur aux États-Unis suit l’occurrence des conditions de vagues de chaleur sur l’ensemble du territoire américain. Cet indice définit une vague de chaleur comme une période d’au moins quatre jours avec une température moyenne qui ne devrait se produire qu’une fois tous les 10 ans, selon les données historiques. La valeur de l’indice pour une année donnée dépend de la fréquence des vagues de chaleur et de leur étendue.

Les données du Réseau de référence climatique américain et de l’Administration nationale des océans et de l’atmosphère montrent que, ces dernières décennies, les vagues de chaleur ont été beaucoup moins fréquentes et graves, par exemple, que dans les années 1930. En effet, les températures record de 40 États ont été établies avant 1960, 25 des records ayant été établis ou égalés dans les seules années 1930. Le réseau national de stations de température le plus précis, mis en place en 2005, ne montre aucune augmentation des températures élevées quotidiennes ou soutenues aux États-Unis depuis au moins 2005.

Et les données du Système national intégré d’information sur la sécheresse sont tout aussi peu alarmantes, montrant, contrairement aux affirmations répétées des experts des médias, que les sécheresses ont diminué récemment, les États-Unis connaissant la plus longue période de l’histoire enregistrée sans qu’au moins 40 % du pays ne connaisse de conditions « très sèches ». En 2017 et 2019, les États-Unis ont enregistré le plus faible pourcentage de terres touchées par la sécheresse dans l’histoire.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC) des Nations unies indique également avec une « grande confiance » que les précipitations sur les terres des latitudes moyennes de l’hémisphère nord (y compris les États-Unis) ont augmenté au cours des 70 dernières années, tandis que le GIEC a une « faible confiance » dans toute tendance négative au niveau mondial.

La sécheresse est un facteur clé qui contribue aux incendies de forêt. Ainsi, personne ne devrait être surpris d’apprendre que les registres du Centre national interagences des feux de forêt (NIFC) des États-Unis montrent que le nombre et la gravité des incendies ont diminué au cours des dernières décennies. Les données du NIFC, qui remontent jusqu’en 1926, montrent que le nombre d’hectares brûlés représente actuellement entre un quart et un cinquième des valeurs enregistrées dans les années 1930.

De plus, les recherches montrent que des feux de forêt massifs ont régulièrement balayé la Californie il y a des siècles. Un article publié en 2007 dans la revue Forest Ecology and Management note qu’avant la colonisation européenne dans les années 1800, plus de 1,8 million d’ha de forêts et d’arbustes californiens brûlaient chaque année, soit bien plus que la superficie de la Californie qui a brûlé depuis 2000, qui varie de 23 000 à 400 000 ha par an. Au niveau mondial, les données sur les incendies de forêt sont tout aussi claires. Dans son livre Fausse alerte, Bjorn Lomborg note les résultats des recherches :

« Il existe de nombreuses preuves d’une réduction du niveau de dévastation causé par le feu, les satellites montrant une réduction globale de 25 % des zones brûlées au cours des 18 dernières années

« …Au total, la superficie mondiale brûlée a diminué de plus de 540 000 miles², passant de 1,9 million de miles² au début du siècle dernier à 1,4 million de miles² aujourd’hui ».

Les vagues de chaleur, les sécheresses et les incendies de forêt dans l’Ouest produisent des résultats tragiques. Ils détruisent des biens et font des victimes, comme chaque année. Cependant, rien ne prouve que ces événements soient devenus plus graves ou plus fréquents ces dernières années, notre planète s’étant modestement réchauffée.

En vérifiant les faits auprès des médias, cela signifie que Trump a raison. La science – des données réelles, et non des projections de modèles ou des opinions d' »experts » – ne peut pas établir de lien entre la vague de chaleur actuelle ou les incendies de cette saison et le changement climatique causé par l’homme. Quiconque dit le contraire est un négationniste de la science.

H. Sterling Burnett, Ph.D., est maître de recherche sur l’énergie et l’environnement au Heartland Institute, un centre de recherche non partisan et à but non lucratif dont le siège se trouve à Arlington Heights, dans l’Illinois.

FOCUS SUR LA CHINE – Un message caché dans un gâteau de lune



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ