Dordogne : il frappe sa fille avec une courroie de distribution et s’en prend à son fils

Par Séraphin Parmentier
13 octobre 2020
Mis à jour: 13 octobre 2020

Pendant son procès, le père de famille a affirmé qu’il faisait l’objet d’une machination ourdie par sa fille pour se venger de lui.

Le vendredi 9 octobre, un père de famille de 38 ans soupçonné d’avoir commis des violences sur deux de ses trois enfants comparaissait devant le tribunal correctionnel de Périgueux.

C’est l’inspection académique qui avait donné l’alerte fin septembre après que la fille du mis en cause, âgée de 15 ans, eut confié à son Conseiller principal d’éducation (CPE) avoir été la cible de violences. La collégienne a notamment affirmé que son père l’avait frappée sur les cuisses avec une courroie de distribution pendant l’été.

Son petit frère, en classe de 6e, aurait pour sa part été tiré par les cheveux et giflé car il n’avait pas fait ses devoirs. À la suite du signalement de l’inspection académique, les trois enfants du suspect lui ont été retirés et ont fait l’objet d’une mesure de placement provisoire.

Connu de la justice, le père de famille dispose d’un casier judiciaire bien rempli avec pas moins de 14 mentions et a déjà été condamné pour des faits de violence en 2008.

Pendant l’audience, il a assuré faire l’objet d’une machination ourdie par sa fille. « Ma fille est capable de tout, elle n’a pas de limite », a notamment affirmé le prévenu dont les propos ont été rapportés par France Bleu. « On cherche à m’atteindre, c’est un peu trop facile », poursuit l’accusé.

12 mois de prison dont 8 mois ferme

Selon lui, sa fille chercherait à se venger d’un « incident » survenu il y a quelques mois. Persuadé qu’elle conversait avec un « pédophile », le mis en cause a expliqué au tribunal qu’il lui avait confisqué son téléphone portable avant de lui couper « une bonne partie de sa tignasse » de force, rapporte France Bleu.

« Je regrette tous les jours depuis, mais je ne suis pas violent, je n’ai jamais frappé mes enfants », a-t-il ajouté.

Si les enfants du trentenaire ont souligné que leur père n’hésitait pas non plus à molester leur mère, celle-ci a toutefois démenti avoir fait l’objet de violences de la part de son ex-compagnon pendant l’audience.

Le tribunal correctionnel de Périgueux a finalement condamné le prévenu à une peine de 12 mois de prison, dont 8 mois ferme avec mandat de dépôt.

FOCUS SUR LA CHINE – 7 ans de prison pour vente de livres

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ