Drôme : la justice l’autorise à continuer à vivre avec les deux sangliers qu’elle a élevés

Par Nathalie Dieul
30 mars 2021
Mis à jour: 30 mars 2021

Plus de deux ans de bataille judiciaire ont pris fin lundi 15 mars, lorsque la cour d’appel de Grenoble a finalement autorisé une habitante de Saint-Restitut dans la Drôme à garder les deux sangliers avec lesquels elle vit depuis une dizaine d’années.

« Cette décision représente une victoire sur plusieurs plans. Que ce soit pour Nonotte et son frère, mais aussi pour la condition animale », se réjouit auprès de LCI Marie-Christine Gallopin, qui a recueilli deux petits marcassins en 2011 pour les sauver d’une mort certaine.

En dépit du fait que cette femme avait fait toutes les démarches nécessaires pour avoir l’autorisation légale de détenir Nonotte et son frère Gruinou, la justice lui a reproché de vouloir créer un élevage. Marie-Christine avait nourri les deux bébés au biberon après les avoir récupérés d’un élevage qui fermait. Une autorisation écrite de la Direction départementale des territoires (DDT) lui donnait le droit de garder le mâle, et pour la femelle, elle disposait d’un accord verbal.

« Les textes prévoient que l’on peut avoir un sanglier, comme élevage d’agrément, mais qu’à partir de deux animaux, il s’agit d’un établissement d’élevage : il faut alors avoir un certificat de capacité et une autorisation préfectorale d’ouverture », explique l’inspecteur de l’ONCFS au Dauphiné.

La confiscation de Nonotte avait alors été prononcée en 2019 par le tribunal correctionnel de Valence.

Au terme d’une longue bataille juridique, la cour d’appel vient finalement de donner la victoire à Marie-Christine Gallopin.

« Comme elle n’était pas au courant, Nonotte ne verra pas la différence ; c’est plutôt moi qui suis beaucoup plus tranquille de ne plus penser au devenir de Nonotte et son frère », se réjouit au micro de France Bleu celle qui est aux petits soins pour les deux sangliers.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ