Des écoliers d’un village reculé de Chine doivent gravir une falaise de 800 mètres pour aller à l’école

30 mai 2016 Mis à jour: 29 mai 2016

Cela semble être une histoire que pourraient nous raconter nos grands-parents pour nous rappeler comment était difficile l’ancien temps ;  mais pour les 15 enfants vivants sur la montagne Liang dans les hauteurs reculées du Sud-Ouest de la Chine, la falaise de 800 mètres entre leurs maisons et leur école élémentaire dans une localité proche est un obstacle très réel à gravir.

Ces enfants vivent dans le village Atule’er de la préfecture de Liangshan dans la province du Sichuan, une communauté de 72 personnes de la minorité ethnique Yi. Soixante-dix échelles de cordes et de bois relient leur village isolé du monde extérieur par des falaises pratiquement verticales au sol bien plus bas, rapporte la Télévision centrale de Chine, gérée par l’État.

Le 13 mai, la maison d'un villageois, avec une falaise juste derrière la porte de son arrière-cour. (via Bejing News)
Le 13 mai, la maison d’un villageois, avec une falaise juste derrière la porte de son arrière-cour. (via Bejing News)

Faire le trajet pour aller et revenir de leur école prend près de trois heures, mais cela n’est pas effectué tous les jours. Les enfants, surveillés par les parents, portent de lourds sacs de fournitures scolaires et d’effets personnels pour rester à l’école dix jours à la fois.

En raison des difficultés extrêmes de leur transit, ils ont le droit à un repos de cinq jours entres les séjours à l’école. Le voyage est annulé si les conditions climatiques ne sont pas bonnes.

Children climbing on the ladder of the mountain. (via Beijing News)

Les enfants grimpant une échelle dans la montagne. (via Beijing News)

Le voyage peut être mortel. La dernière mort date du 27 avril, lorsqu’un villageois est tombé de la falaise. Selon le secrétaire du Parti du village, il y a à sa connaissance environ dix personnes qui seraient décédées de cette façon. Il a lui même failli chuté lors de sa première visite au village, mais a été sauvé par un villageois qui lui a retenu l’épaule.

Les villageois ont essayé d’autres méthodes, moins risquées, pour traverser les falaises, mais ont finalement été limités par leur pauvreté. Un téléphérique a été construit et désassemblé au bout de quelques mois car le village ne pouvait pas se permettre de payer l’électricité pour le faire fonctionner. Le coût d’une nouvelle route sûre est prohibitif – près de 40 millions de yuan (6 millions d’euros).

Les utilisateurs de plusieurs plate-formes internet ont commenté que la triste situation de la minorité ethnique à Liangshan illustre l’écart important en termes de revenus entre les différentes classes économiques de la Chine.

Les enfants grimpant une échelle dans la montagne. (capture d'écran via Beijing News)
Les enfants grimpant une échelle dans la montagne. (capture d’écran via Beijing News)

« Tout l’argent est utilisé pour impressionner les étrangers, » commente un internaute. « Regardez votre peuple, qui est si pauvre, mais personne ne dit rien. Ma Patrie, comment puis-je t’aimer comme cela ? »

Un autre a dit : « Nous entendons ces problèmes dus à la pauvreté année après année, mais ils ne sont jamais résolus. Les étudiants en ville profitent d’une situation bien plus aisée, mais dépensent toujours de grosses sommes d’argent pour encore plus d’améliorations. Est-ce vraiment sain pour nous d’avoir un tel écart entre les riches et les pauvres ? »

D’autres ont critiqué le soutien que fournit la Chine à des pays étrangers pour les impressionner ou faire pression sur eux : « Cette difficulté ne compte pas, les gens en Corée du Nord ou en Afrique du sud attendent notre aide. »

Un autre utilisateur a fait une accusation directe : « Arrêtez un couple de fonctionnaires corrompus du Sichuan, vous aurez alors l’argent nécessaire pour construire la route. »

Les habitants des 1 600 villages de Liangshan ont été particulièrement touchés par la pauvreté ces dernières années en raison de l’érosion qui a détruit la plus grande partie de leurs récoltes. Le relogement est impraticable en raison du manque de terres disponibles aux alentours, et beaucoup d’entre eux ont complètement déserté la région.

Version anglaise: Schoolchildren in Remote Chinese Village Climb 2600-Foot Cliffs to Get to and From School

RECOMMANDÉ