[Édito] Ceux qui croient savoir, ceux qui cherchent à savoir

Par La Rédaction
4 juillet 2021
Mis à jour: 9 juillet 2021

L’émergence du variant delta du Covid-19, variant dit indien, passe sur les esprits fatigués comme une brise légère. La défaite de l’équipe de France de football en huitième de finale de l’Euro a de même glissé dans une parfaite indifférence. Alors que le discours officiel sur la fin de la pandémie part en lambeaux, remplacé par des prédictions de « 4ème vague » à la rentrée de septembre, silence de plomb de l’opinion. Pas plus de réaction. Toute la France est en léthargie, résignée à tout comme si la fatalité devait continuer à toujours s’abattre et la « vie d’avant » ne jamais reprendre.

Il est pourtant une interrogation qui revient avec une capacité sans cesse renouvelée de faire bouillonner les esprits : « Nous a-t-on dit la vérité ? » C’est un peu comme si tout de cette douloureuse période serait tolérable et combattable si l’on pouvait au moins être certain de ne pas avoir été crédule et abusé. Le virus, pour commencer, dont il ne fallait pas même supposer qu’il puisse être autre chose qu’un accident de la nature, est-il oui ou non sorti par erreur d’un laboratoire de Wuhan ? Tous les services de renseignements semblent en être aujourd’hui convaincus, mais pourquoi l’information n’émerge-t-elle qu’un an après ? Fallait-il en 2020 protéger le gouvernement chinois, et pourquoi ? Ou bien fallait-il éviter un retournement d’opinion contre la recherche en virologie ? L’hypothèse avait-elle des implications trop grandes pour que les « sachants » osent l’émettre publiquement ?

Autre grand débat de 2020 : les médicaments comme l’hydroxychloroquine avaient-ils un potentiel et ont-ils été bloqués par le lobby pharmaceutique, comme le clament Didier Raoult et ses partisans, ou cette molécule n’a-t-elle simplement pas l’efficacité attendue – auquel cas seules des raisons d’égo expliquent l’obstination à la défendre ?

Et puis encore, les vaccins anti-Covid, qui devaient éradiquer l’épidémie au printemps, sont-ils efficaces malgré les hauts taux de ré-infection ? Risquent-ils d’exercer une pression sélective en faveur de variants plus dangereux du Covid-19 ? Fallait-il cibler toute la population ou seulement les personnes à risque ?

Pour chacune des ces questions, la fiabilité de la parole publique est plus que largement remise en question. Celle des scientifiques, qui se confrontent les uns aux autres avec aussi peu de retenue que des candidats de télé-réalité, n’est pas beaucoup plus audible – ceux-ci oublient vite leurs erreurs mais bombent longtemps le torse quand leurs prédictions sont confirmées.

Quand la légitimité disparaît partout où on pensait la trouver et qu’il devient évident que de grandes puissances cherchent à exploiter l’ignorance pour asseoir leur domination, où aller chercher une autorité de confiance ?

Une porte de sortie serait dans la défense la diversité des points de vue et le refus d’accepter le « politiquement correct » au sens de « consensus facile du moment ». Cela permettra à chacun et chacune de nous d’avoir les outils pour construire son opinion et – il n’est pas interdit d’être optimiste – peut-être passer de la simple opinion à une véritable connaissance. Ceci implique autant de n’accepter par défaut le message d’aucune doxa que de ne pas, non plus, tout rejeter par défaut. C’est d’après nous avec cette tolérance exigeante sur les visions du monde différentes de la nôtre que nous pourrons, peut-être et à tâtons, sortir du brouillard, des rideaux de fumée, pour mieux comprendre où va le monde.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ