Les électeurs tchèques évincent les communistes du Parlement pour la première fois depuis 1948

Par Katabella Roberts
11 octobre 2021
Mis à jour: 11 octobre 2021

Samedi dernier, les électeurs de la République tchèque ont évincé les communistes du Parlement pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ils ont mis fin à la présence du parti dont les prédécesseurs, soutenus par l’Union soviétique, ont dirigé ce pays d’Europe centrale d’une main de fer de 1948 jusqu’à la révolution de velours de 1989 qui a instauré la démocratie.

Le Parti communiste de Bohême et Moravie (KSČM) n’a pas réussi à conserver suffisamment de sièges pour entrer au Parlement pour la première fois depuis la formation de la République tchèque en 1993, après la dissolution pacifique de la Tchécoslovaquie en deux États – l’autre devenant la République slovaque.

Le KSČM a obtenu 3,62 % des voix, ne parvenant pas à atteindre la barre des 5 % nécessaires pour conserver des sièges dans ses deux chambres du Parlement.

Dans le même temps, l’alliance SPOLU, une coalition libérale-conservatrice de trois partis, a obtenu 27,8 % des voix, battant le parti ANO 2011 du Premier ministre Andrej Babis, qui a obtenu 27,1 %.

Une autre coalition de centre-gauche-libérale, composée du Parti pirate et du Parti des Maires et Indépendants (STAN), a obtenu 15,6 % des voix, se classant en troisième position, selon le bureau des statistiques.

Avant les élections, l’alliance SPOLU a promis de former un gouvernement de coalition avec la coalition Pirate/STAN. Au cours du week-end, l’alliance a signé un mémorandum sur son intention de créer un gouvernement tchèque majoritaire avec la coalition Pirate/STAN.

L’échec des communistes à obtenir suffisamment de voix intervient dans un contexte de déclin du soutien au Parti communiste qui, durant son règne, a emprisonné des dizaines de milliers de personnes dans des camps de travaux forcés dans les années 1950 et a brutalement réprimé les dissidents, notamment le dramaturge devenu président Vaclav Havel.

« Cela me fait plaisir, cela me fait beaucoup plaisir », a confié Jiri Gruntorad, 69 ans, un ancien dissident qui a signé la déclaration de la Charte 77 et a été emprisonné pour subversion de 1981 à 1985 par le régime communiste. « Mais cela arrive trop tard. »

« C’était l’un des derniers partis communistes au monde, hormis les partis chinois et cubain, à avoir conservé son nom. »

Si les communistes sont largement passés à l’arrière-plan après 1989, ils ont tout de même coopéré avec d’autres partis en quête de voix pour faire passer des lois au Parlement. Ils se sont également efforcés de séduire les personnes âgées et certains membres de la classe ouvrière, mais n’ont pas réussi à trouver un soutien auprès des jeunes électeurs, compte tenu de leur précédent règne totalitaire sur le pays.

« Je suis très déçu parce que c’est vraiment un grand échec », a déclaré Vojtech Filip, chef du KSČM, qui a également démissionné après l’annonce des résultats du vote.

Les communistes avaient entretenu une relation étroite avec l’actuel président Milos Zeman, qui a été hospitalisé d’urgence dimanche à la suite des derniers résultats électoraux.

Miroslav Zavoral, directeur de l’hôpital militaire central de Prague, a expliqué que M. Zeman, âgé de 77 ans, avait été admis en raison de complications liées à une maladie chronique non divulguée.

« Nous connaissons exactement le diagnostic, ce qui nous permet de cibler le traitement », a précisé M. Zavoral, ajoutant qu’il n’avait pas l’autorisation du président de divulguer les détails du diagnostic.

Cette hospitalisation ne manquera pas d’accroître l’incertitude à un moment où M. Zeman doit mener les discussions politiques pour la formation d’un nouveau gouvernement.

Selon la Constitution tchèque, le président peut nommer n’importe qui au poste de premier ministre et lui demander de former le cabinet. Un nouveau cabinet doit faire l’objet d’un vote de confiance à la chambre basse du Parlement dans le mois qui suit sa nomination.

Avant les élections, M. Zeman avait déclaré qu’il nommerait le chef du parti qui obtiendra le plus de votes, et non d’une coalition, pour tenter de former un gouvernement – ce qui, dans ce cas, serait Andrej Babis.

Si M. Babis a reconnu que l’alliance SPOLU a obtenu plus de votes en tant que coalition, il n’a pas signalé qu’il allait passer dans l’opposition, déclarant : « Si le président m’autorise à le faire, je mènerai les discussions sur la formation du cabinet. »


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ