Élections américaines: Google a le pouvoir d’influencer des millions d’électeurs en utilisant des messages ciblés selon le Dr Robert Epstein

Par Ella Kietlinska et Jan Jekielek
16 novembre 2020
Mis à jour: 24 novembre 2020

Les grandes entreprises technologiques telles que Google et Facebook ont un pouvoir considérable qui leur permet de modifier les opinions et les préférences de vote des gens en manipulant le contenu des pages d’accueil qu’ils peuvent voir sur les écrans de leurs appareils, sans que personne ne le sache, a déclaré le Dr Robert Epstein, chercheur en psychologie à l’Institut américain pour la recherche comportementale et la technologie (American Institute for Behavioral Research and Technology) en Californie.

« J’ai calculé il y a des mois que si toutes les entreprises de la Silicon Valley, les deux plus puissantes étant Google et Facebook, exerçaient toutes une même pression, elles pourraient facilement récolter 15 millions de voix lors de cette élection, ce qui signifie qu’elles pourraient en fait décider qui sera le prochain président », a déclaré M. Epstein dans une interview accordée au programme « American Thought Leaders » (Pensées de dirigeants Américains) du journal Epoch Times.

Robert Epstein a mené un grand projet d’analyse « pour déterminer ce que les grandes entreprises technologiques ont montré aux gens au cours des jours précédant les élections de 2016, 2018 et maintenant 2020 ».

L’équipe chargée du projet a recruté « un groupe diversifié de 733 électeurs inscrits, républicains, démocrates et indépendants », provenant de « trois États très critiques du champ de bataille : l’Arizona, la Floride et la Caroline du Nord ».

Ces agents de terrain étaient équipés d’un logiciel spécial qui suivait leurs activités sur Internet, « par exemple, en faisant des recherches sur Google, Bing et Yahoo », a expliqué M. Epstein.

Le logiciel a permis à l’équipe du projet de voir – avec la permission des agents – toutes les activités liées aux élections effectuées sur Internet par les agents de terrain, a déclaré M. Epstein, c’était comme voir les écrans des agents. « Nous sommes en train de regarder par-dessus leurs épaules, en utilisant un logiciel », a expliqué M. Epstein.

Cette surveillance avait pour but de recueillir des contenus éphémères tels que des résultats de recherche, des rappels sur la page d’accueil de Google ou de Facebook, des suggestions de recherche, des flux d’informations, des séquences YouTube. Ces contenus éphémères peuvent avoir un impact sur les utilisateurs lorsqu’ils apparaissent, mais ils disparaissent ensuite à jamais sans laisser de traces, a expliqué M. Epstein.

Robert Epstein a recueilli et conservé plus d’un demi-million de messages éphémères sur les pages d’accueil Google et Facebook de ses agents de terrain qui, autrement, auraient été perdus à jamais.

« Et nous avons effectivement trouvé des preuves de partialité et nous avons également trouvé ce que certains pourraient appeler une arme fatale », a déclaré M. Epstein.

« Nous avons constaté que pendant la semaine du 26 octobre, qui est assez proche de l’élection, seuls nos agents de terrain démocrates recevaient des rappels au vote sur la page d’accueil de Google », a déclaré M. Epstein.

Parmi ceux qui se sont identifiés comme conservateurs, « pas une seule personne n’a vu de rappel sur sa page d’accueil », a-t-il ajouté.

Le 29 octobre, M. Epstein a rendu ses conclusions publiques.

Le même jour dans la nuit « à partir de minuit, le 29 octobre, quelques jours avant l’élection, tous nos agents de terrain ont commencé à recevoir ce rappel au vote sur leur page d’accueil Google. Et cela a continué jusqu’à la toute fin du jour de l’élection, le 3 novembre », a déclaré M. Epstein.

Richard Epstein a expliqué ses conclusions : « Si vous soutenez un candidat, bien sûr, vous voulez mobiliser tout le monde… pour faire sortir les électeurs de leur canapé s’ils n’ont pas encore voté par correspondance ». « Ensuite, vous voulez décourager les partisans du candidat que vous désapprouvez, donc vous voulez retenir ces gens à la maison », a-t-il expliqué.

Pour influencer les personnes qui sont encore indécises, « vous allez appliquer plus de pression … pour essayer de pousser ces électeurs indécis dans une direction ou dans l’autre », a déclaré M. Epstein, ajoutant que « normalement, lors d’une élection serrée, ces personnes déterminent le vainqueur ».

« La page d’accueil de Google est consultée aux États-Unis 500 millions de fois par jour. Si ce genre de rappel était utilisé systématiquement sur une période de temps, il affecterait plus que les personnes qui votent le jour des élections ; il affecterait les personnes qui envoient du courrier, il affecterait les votes, il affecterait les personnes qui s’inscrivent pour voter », a déclaré M. Epstein.

Logo YouTube présenté lors de la conférence LeWeb de Paris en 2012, le 4 décembre 2012. (Eric Piermont/AFP via Getty Images)

YouTube, qui fait partie de Google, peut également avoir un impact significatif sur l’opinion des gens en suggérant plus de vidéos à regarder, a déclaré M. Epstein, ajoutant que « des vidéos que les gens regardent sur YouTube dans le monde entier, 70 % sont suggérées par les algorithmes de YouTube ».

Google n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires.

« Je penche à gauche, moi-même, je trouve ça génial qu’ils défendent des causes et des candidats qui me plaisent, et qui plaisent à ma famille. Mais, vous savez, je mets la démocratie et l’élection libre et équitable au premier plan, je place notre pays avant toute préférence personnelle que je pourrais avoir pour un candidat ou un parti. Et le fait est que si nous permettons à des entreprises comme Google de contrôler le résultat de nos élections, alors nous ne sommes plus dans une démocratie, il n’y a plus d’élections libres et équitables, tout cela est illusoire », a déclaré M. Epstein.

Le président Ron Johnson (Parti républicain – Wisconsin) s’exprime au début d’une audition de la commission sénatoriale de la sécurité intérieure sur la réponse du gouvernement à l’épidémie du virus du PCC à Washington, le 5 mars 2020. (Samuel Corum/Getty Images)

Après avoir pris connaissance des découvertes réalisées par M. Epstein, les Sénateurs Ron Johnson (Parti républicain – Wisconsin), Ted Cruz (Parti républicain -Texas), et Mike Lee (Parti républicain – Utah) ont écrit le 5 novembre une lettre au PDG de Google, Sundar Pichai, pour lui demander des éclaircissements sur le témoignage qu’il a rendu à la commission parlementaire du pouvoir judiciaire et la réponse qu’il a donnée à la demande écrite des sénateurs du mois d’août dernier.

Sundar Pichai a déclaré dans sa réponse aux sénateurs: « Google ne modifie aucun produit, y compris le moteur de recherche, pour promouvoir un point de vue politique particulier … [nous] ne le ferons pas pour la prochaine élection présidentielle de 2020 », selon ce courrier.

« Les grandes entreprises technologiques représentent une grave menace pour la liberté d’expression aux États-Unis et pour l’intégrité de nos élections. Google a plus de pouvoir que toute autre entreprise sur la planète et les conclusions du Dr Epstein soulèvent de sérieuses inquiétudes quant à l’abus de ce pouvoir par Google et à sa volonté de manipulation sur sa plateforme pour permettre à Joe Biden de gagner la course à la présidence. Google doit fournir des réponses quant au pourquoi et au comment de ses manipulations destinées à influencer cette élection », a déclaré Ted Cruz dans une déclaration.

Suivez Jan sur Twitter : @JanJekielek

NOUVEL HORIZON – Élections américaines : fraudes et manipulations

Soutenez les médias indépendants et impartiaux, car il est désormais si difficile d’obtenir la vérité. C’est maintenant plus important que jamais. Partagez cet article pour aider davantage de personnes à connaître les faits. Merci.

RECOMMANDÉ