Un électricien vient recouvrer une dette: son client lâche son lion pour ne pas le payer – il est blessé

Par Isabel Valencia-La Gran Epoca
18 octobre 2019 Mis à jour: 18 octobre 2019

Un électricien a été victime d’une attaque de lion au Pakistan lorsqu’il est allé recouvrer une dette que son client ne voulait pas payer. Le propriétaire du félin est accusé de tentative de meurtre pour avoir lâché intentionnellement l’animal.

Le 9 septembre, à Lahore, au Pakistan, Ali Raza a engagé Mohammad Rafique pour travailler dans la salle paroissiale Sada-e-Imam Hussain du district de Shahdara à Lahore. Cependant, lorsque l’électricien est allé lui facturer ses services, l’homme n’a pas voulu le payer, selon le quotidien britannique Independent.

À plusieurs reprises, M. Rafique est allé demander le paiement promis, mais l’homme lui répondait de revenir le lendemain. Finalement, lorsque l’électricien a exigé son paiement, M. Raza s’est énervé et a lâché son lion domestique. Apparemment, il y avait trois autres hommes sur place, mais aucun d’entre eux n’a empêché l’animal d’attaquer. Selon un rapport de police, M. Raza a lâché l’animal et observé le lion arracher son visage et son bras.

Finalement, il a été secouru par des passants qui ont entendu ses appels à l’aide. Au début, l’électricien n’a pas porté plainte, croyant que le propriétaire du lion allait payer les frais médicaux et lui donner une compensation, mais cela ne s’est jamais produit.

Image d’illustration (Pixnio/ CCO)

Le 11 octobre, M. Rafique a finalement porté plainte auprès des autorités et M. Raza est maintenant accusé de tentative de meurtre. La police a porté plainte en vertu de l’article 324 du Code pénal pakistanais.

Au Pakistan, l’importation d’animaux exotiques est très facile en raison des lacunes législatives et des réglementations internes. En outre, au cours des dernières années, de plus en plus de gens possèdent des animaux sauvages qui sont transportés vers ce pays ou y sont élevés, où ils symbolisent la richesse et le pouvoir, selon El Universo.

D’après Bilal Mansoor Khawaja, dans la seule ville de Karachi, qui compte 20 millions d’habitants, environ 300 lions vivent dans des jardins, des cages sur les toits ou dans des fermes. Mais leurs propriétaires ne se limitent pas seulement aux lions : par exemple, cet homme d’affaires a son zoo propre privé avec plus de 4 000 animaux de 800 espèces, comme des zèbres, des flamants roses et des chevaux.

Aleem Paracha, un importateur d’animaux exotiques, assure qu’il peut livrer un lion en 48 heures, pour environ 8 000 €, y compris les certificats des pays d’origine et les permis des autorités, conformément à un traité international pour la protection des espèces en danger. Il affirme aussi qu’il y a des lions reproducteurs, mais ce sont ceux qui sont dans le pire état de santé, car ils souffrent régulièrement de malnutrition et manquent de calcium.

RECOMMANDÉ