Électromagnétisme et santé humaine : le Wi-Fi et les téléphones portables

Partie 2 : Les recherches révèlent des risques qui sont ignorés par l'industrie et le gouvernement
Par Armen Nikogosian
1 juin 2020
Mis à jour: 1 juin 2020

Les niveaux de rayonnement sans fil auxquels nous sommes exposés dans le monde d’aujourd’hui sont sans précédent dans l’histoire, en particulier au cours des 20 dernières années, avec l’adoption mondiale des téléphones mobiles et des réseaux locaux sans fil ou Wi-Fi.

Bien que totalement invisibles à l’œil nu, ces champs peuvent avoir des effets sur notre physiologie, notamment des modifications cognitives, de la fatigue, une diminution de la fertilité, des lésions de l’ADN et certains types de cancer.

N’oubliez pas que le rayonnement sans fil est une forme de rayonnement non ionisant, ce qui signifie qu’il ne perturbe pas les atomes ni les molécules, contrairement au rayonnement de l’uranium ou du plutonium. Cependant, les particules et les ondes d’énergie pénètrent toujours dans les systèmes vivants et peuvent être perturbatrices à plus grande échelle.

La plupart des organismes de réglementation gouvernementaux du monde entier (y compris la FCC aux États-Unis) ont fixé la limite d’exposition aux radiations sans fil à 10 watts par mètre carré pour 30 minutes d’exposition. Ce niveau a été établi en tenant compte uniquement des effets thermiques des radiations. Nous avons tous senti à quel point notre téléphone devient chaud après une longue conversation téléphonique ou le téléchargement de grandes quantités de données. Ces normes de sécurité ont été basées sur cet effet thermique, et si la chaleur était le seul risque posé par les radiations sans fil, il n’y aurait pas besoin d’en discuter davantage. Cependant, il existe toute une série d’effets non thermiques qui ont été observés sur les êtres vivants et dont la soi-disant limite de sécurité ne tient pas compte.

Les partisans de normes de sécurité plus strictes en matière de radiations sans fil ou de CEM ont tenté d’attirer l’attention sur les études établissant un lien entre l’utilisation de téléphones portables et les tumeurs cérébrales, les fausses couches et toute une série d’autres problèmes de santé. Le problème de ces études corrélationnelles est qu’elles n’ont pas prouvé le lien de causalité. Une autre étude, souvent financée par l’industrie des télécommunications, est donc venue contredire les résultats des précédentes. Ces incohérences dans la littérature tout au long des années 1990 et 2000 sont devenues très déroutantes pour une grande partie du public. Cela a abouti à un mépris général de la population pour de nombreux effets potentiels dangereux pour la santé, bien que leur innocuité ne soit pas prouvée dans de nombreux cas.

En 2016, un groupe international de chercheurs d’Ukraine, de Finlande, des États-Unis et du Brésil a étudié les effets des radiofréquences de faible intensité sur les tissus vivants. Ils ont examiné 100 documents examinés par des pairs traitant de ce sujet et ont constaté que 93 documents confirmaient les effets oxydatifs des radiofréquences. Le stress oxydatif est le déséquilibre entre les radicaux libres (oxydants) et les antioxydants. C’est l’un des principaux moteurs du vieillissement.

L’un des aspects les plus effrayants de cette étude est que parmi les 93 articles examinés qui ont trouvé une corrélation, il y avait presque autant de voies biologiques et biochimiques différentes étudiées. Les radiations sans fil semblent avoir cet effet de « vieillissement » sur toutes ces voies biologiques. Les chercheurs sont parvenus à la ferme conclusion que le rayonnement sans fil était un agent physique qui induisait un stress oxydatif dans la cellule et avait un large potentiel biologique pour affecter une diversité de systèmes biochimiques.

En 2018, un autre groupe international de scientifiques des États-Unis, d’Israël et de Turquie a étudié les effets des radiations sans fil sur les systèmes reproductifs masculin et féminin. Ils ont proposé et examiné plusieurs voies mécanistes qui étaient toutes dictées par le stress oxydatif ou le « vieillissement cellulaire ». Ils ont découvert que les cellules qui se divisent rapidement, comme celles que l’on trouve dans les testicules et les ovaires, sont encore plus susceptibles d’être endommagées par les radiations sans fil. Plutôt que d’examiner un symptôme clinique ou un résultat sur une personne, dont on pourrait dire qu’il est causé par l’un des millions de stimuli que nous rencontrons quotidiennement, ces chercheurs ont cherché à approfondir la question. Ils ont examiné les effets des radiations sans fil sur la mécanique de nos éléments constitutifs cellulaires, et ces preuves étaient suffisamment solides pour au moins ouvrir le sujet à des études de sécurité supplémentaires.

En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer a classé les champs électromagnétiques de radiofréquences dans le groupe 2B ou dans la catégorie des cancérogènes humains possibles. Cette classification de cette division de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est arrivée la même année que les réseaux 4G ou LTE ont commencé à se développer dans le monde entier.

Qu’en est-il des nouveaux réseaux 5G qui sont actuellement en cours de déploiement ? Si l’on parle beaucoup de performances, de vitesses de téléchargement et de latence, qu’en est-il des effets sur la santé ?

Les réseaux 5G en cours de déploiement fonctionnent sur trois bandes de fréquences différentes : basse, moyenne et haute.

La bande basse est transmise à une fréquence inférieure à 1GHz et n’est pas très différente de la 4G, également connue sous le nom de LTE. Cela permet d’obtenir une large zone de couverture et son rayonnement traversera les bâtiments et les personnes, d’où le potentiel d’effets cellulaires dangereux déjà évoqué.

Heureusement, l’intention de l’industrie est d’utiliser davantage les bandes de fréquences moyennes et hautes. Lorsque le spectre dépasse 1 GHz, le potentiel de transmission de données augmente, mais la portée et la pénétration du faisceau diminuent. Le problème de la portée sera résolu grâce à des plans visant à installer des antennes 5G sur chaque lampadaire. Beaucoup de ces faisceaux à spectre élevé perdent leur capacité de pénétration jusqu’à ce que nous atteignions le spectre le plus élevé appelé ondes millimétriques qui, selon les rapports, ne peuvent même pas pénétrer la peau humaine.

Bien que le déploiement de la 5G ait suscité beaucoup d’inquiétudes, il pourrait s’agir d’un premier pas vers la conception de rayonnements sans fil plus favorables à la santé humaine. Je suis plein d’espoir, mais sceptique. Après avoir observé une industrie des télécommunications et des technologies qui s’est obstinée à nier tout effet néfaste sur la santé pendant des décennies malgré un ensemble de preuves solides affirmant le contraire, je ne peux m’empêcher de faire des comparaisons avec les dangers du tabagisme et les dénégations effrontées de Big Tobacco dans les années 1940 et 1950.

Pendant de nombreuses années, les opposants à cette question se sont trouvés dans deux camps extrêmes : ceux qui voulaient que la technologie soit interdite et ceux qui veulent continuer à se déployer sans tenir compte des effets biologiques potentiels.

Les technologies sans fil sont devenues partie intégrante de notre société. Ce qu’il faut, c’est une forme de rayonnement sans fil plus sûre. Bien que la 5G ne soit pas parfaite et qu’il soit peu probable qu’elle remplace les anciens spectres sans fil en dehors des zones urbaines densément peuplées, il se peut qu’elle soit plus sûre pour le corps humain si les affirmations de l’industrie selon lesquelles elle ne peut pas pénétrer notre peau sont confirmées par des études de sécurité supplémentaires.

Mais même si ce point important peut être confirmé, il n’en demeure pas moins que l’ensemble des radiations sans fil augmentera de manière exponentielle alors même que les sciences de la santé contredisent les affirmations de l’industrie et des autorités de réglementation.

Entre le panoptique mondial du sans fil, qui sera bientôt achevé, et un environnement réglementaire plus préoccupé par l’apaisement de l’industrie que par la science pure et dure, le public devrait s’inquiéter. La technologie sans fil nous concerne tous et, comme pour tout service public, la sécurité publique devrait être la première priorité.

Armen Nikogosian, M.D., pratique la médecine fonctionnelle et intégrative à Southwest Functional Medicine à Henderson, dans le Nevada. Il est certifié en médecine interne et membre de l’Institut de médecine fonctionnelle et de l’Académie médicale des besoins spéciaux en pédiatrie. Sa pratique se concentre sur le traitement de conditions médicales complexes, avec un accent particulier sur les troubles du spectre autistique chez les enfants, ainsi que sur les problèmes intestinaux chroniques et les conditions auto-immunes chez les adultes.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ