Elle contracte un parasite intestinal et d’autres infections après un repas au KFC et poursuit l’enseigne

Par Jack Phillips
22 juillet 2019 Mis à jour: 22 juillet 2019

Une Australienne indique avoir été violemment malade après avoir consommé un morceau de poulet dans un restaurant de la chaîne américaine KFC. Selon elle, la viande n’était pas assez cuite, ce qui l’a infectée d’un parasite intestinal et trois autres germes nocifs.

C’est lors d’une sortie en famille qu’Alyssa Lee, 25 ans et mère, s’est rendue dans un établissement KFC près de Townsville, Queensland, le 16 avril. La jeune femme a rapporté son histoire au Daily Mail.

Un porte-parole de KFC a répondu au journal qu’il était peu probable que le poulet préparé dans leur restaurant ait causé la maladie de la femme. « Nous sommes désolés d’apprendre la maladie de Mme Lee, mais nous ne pensons pas que le KFC soit en cause », a t-il déclaré.

Cependant, dans son témoignage Alyssa Lee soutient avoir mangé deux morceaux de poulet avant de remarquer qu’un morceau qu’elle allait donner à son fils de 2 ans n’était pas assez cuit.

La mère indique avoir tenté de contacter l’établissement du KFC, sans réussir à joindre quelqu’un susceptible de pouvoir lui parler.

« Finalement, le deuxième jour, quelqu’un m’a répondu et m’a demandé d’envoyer des photos », dit-elle. « Je les ai envoyés sur un numéro de portable et je n’ai pas reçu de réponse, alors je me suis rendue au restaurant. »

Un directeur lui a demandé si elle désirait être remboursée.

Alyssa Lee raconte son calvaire : « Au pire moment, ma tête était dans une cuvette de toilette la majeure partie de la journée », a-t-elle été citée dans la publication. « Si je n’étais pas dans les toilettes, j’étais au lit. J’ai dû demander à mes amis et à ma famille de s’occuper de mon fils parce que je ne pouvais plus le faire. »

Le médecin a diagnostiqué une infection intestinale doublée d’une intoxication alimentaire et a noté la présence d’un parasite, le Giardia intestinalis (aussi anciennement appelé Giardia duodenalis, Giardia lamblia et Lamblia duodenalis).

La jeune mère allègue ainsi qu’elle a contracté un parasite intestinal du KFC. Elle dit avoir été malade pendant trois semaines et s’être soignée avec « trois séries » de médicaments.

Même après plusieurs mois, les symptômes de l’intoxication alimentaire continuent à la faire souffrir.

La femme affirme aujourd’hui son intention de poursuivre en justice la chaîne de fast-food, car elle souhaite s’assurer qu’une telle chose ne se reproduira pas.

« Je ne fais pas cela pour l’argent. Je n’ai jamais réclamé d’indemnisation de ma vie. Personne dans ma famille ne ferait cela pour de l’argent », dit-elle. « Je veux dénoncer  la négligence [de KFC] parce que ce qui se passe est dégoûtant. Depuis mon intoxication alimentaire, j’ai entendu tant d’histoires inquiétantes similaires. »

Dans un message sur Facebook, Alyssa déclare : « Ce message a été approuvé par mon avocat et n’entre PAS dans la catégorie diffamation. Je voulais m’assurer qu’il puisse me conseiller avant de le publier. Je suis actuellement en procès parce que j’ai acheté du poulet cru en avril dernier, ce qui m’a rendu incroyablement malade pendant des semaines. J’ai contracté 3 infections de l’estomac et un parasite. J’ai passé des semaines à les combattre, j’ai dû prendre des médicaments auxquels j’étais allergique car c’était la seule façon de me débarrasser du parasite, qu’il a fallu éliminer en trois fois », comme le rapporte le Sun Best.

KFC sign.
Une enseigne KFC (Ben Stansall/AFP/Getty Images)

Son post Facebook a par la suite été supprimé.

Glenn Brown, un avocat de Shine Lawyers, a déclaré au Sun qu’il représentait Alyssa. Une réclamation a été envoyée directement au magasin, il a assuré qu »il porterait l’affaire devant les tribunaux si elle n’était pas réglée.

Réponse de KFC

Un porte-parole de la succursale australienne de KFC en Australie a déclaré que l’entreprise réfutait l’idée qu’elle ait contracté une intoxication alimentaire lors de son repas dans un restaurant de la chaîne.

« Comme il s’agit d’une question juridique, nous ne pouvons pas apporter plus de commentaires », a déclaré le porte-parole, ajoutant : « Nous sommes désolés d’apprendre la maladie de Mme Lee, mais nous ne pensons pas que la cause nous soit imputable. »

RECOMMANDÉ