Elle se réveille du coma avec des membres amputés en raison d’une septicémie causée par de la salive de chien

Par Tom Ozimek
3 août 2019 Mis à jour: 3 août 2019

Une femme de l’Ohio s’est réveillée d’un coma de 10 jours pour découvrir que ses membres avaient été partiellement amputés à cause d’une infection de salive de chien.

Marie Trainer, de la ville de Canton dans l’Ohio, a déclaré à Fox8 Cleveland qu’un jour, après qu’un des deux chiens de sa maison lui eut léché une petite éraflure au bras, elle a commencé à se sentir malade.

Selon ses explications, elle présentait des symptômes de nausées et de maux de dos. Elle et son mari, Matthew Trainer, sont devenus alarmés de voir sa température grimper en flèche.

« Sa température a grimpé à environ 43 degrés puis est redescendue, c’est alors que nous l’avons emmenée d’urgence à l’hôpital », a déclaré Matthew Trainer à la chaîne de télévision.

« Ce soir-là, elle a été envoyée à l’unité de soins intensifs à l’hôpital Aultman », continue-t-il. « Elle était inconsciente et se plaignait de douleurs atroces aux mains et aux jambes. »

Matthew Trainer a dit qu’un jour après son admission à l’hôpital, « elle ne pouvait plus respirer par elle-même et a été mise sous respirateur artificiel et placée dans un coma médicalement provoqué ».

Malgré un traitement agressif, ses membres ont commencé à devenir nécrosés et gangrenés.

Matthew Trainer and Marie Trainer.(GoFundMe)

« Le lundi 13 mai, la famille a reçu une nouvelle dévastatrice : une infection s’était répandue dans les petits vaisseaux de ses bras, mains, jambes et pieds », a déclaré son mari. « La mystérieuse infection n’avait pas été identifiée alors que ses organes commençaient à être atteints. »

Il a ajouté que « le lendemain matin, la famille a reçu une grave nouvelle : pour survivre, Marie devait subir des amputations des bras et des jambes ».

La femme du comté de Stark s’est réveillée dix jours après avoir été placée dans le coma artificiel pour découvrir que ses membres avaient été partiellement amputés.

« Quand j’ai ouvert les yeux, je ne savais pas où j’étais », a dit Maria Trainer à Fox8. « C’était très dur de découvrir qu’ils avaient dû m’enlever mes jambes et mes bras […] très dur à supporter. »

Les tests ont révélé que Mme Trainer a reçu un diagnostic d’infection au Capnocytophaga. Ces bactéries se trouvent dans la salive des chiens et dans un plus petit pourcentage de chats. Ces bactéries peuvent être transmises par une simple morsure.

« Assez courant dans la flore buccale ou dans la bouche d’un chien et elle peut être transmise par une morsure ou parfois par simple contact avec la salive », a déclaré le Dr Kobe à Fox8. « Cet organisme est très virulent. Il a la capacité de s’introduire dans le système immunitaire et de faire des choses horribles. »

« Ce n’était qu’un très malheureux hasard qui a provoqué les fortes réactions de son organisme, jusqu’à avoir cette infection dévastatrice », a dit Matthew Trainer.

Au total, Marie Trainer a subi 6 interventions chirurgicales et a passé environ 80 jours à l’hôpital, passant par ce que son mari appelait « le combat de sa vie ».

Une campagne GoFundMe a été mise en place pour aider à couvrir les frais médicaux.

Sensibiliser aux problèmes dus à la septicémie

Une « dame aux morsures de chien » qui a perdu des membres à la suite d’une septicémie a décidé de sensibiliser les gens à la maladie.

Le cas de Mme Trainer n’est pas isolé. Une Canadienne a également perdu trois membres à cause d’une septicémie causée par une morsure de chien en 2013. Elle a ensuite souhaité partager son histoire dans l’espoir de sensibiliser les gens à cette maladie.

« On m’a surnommée la ‘dame aux morsures de chien’ après avoir souffert des effets de la septicémie qui ont changé ma vie », a témoigné Christine Caron.

Elle avait 49 ans lorsque son petit shih tzu – nommé Buster – l’a accidentellement mordillée.

« Même pas une vraie morsure », souligne-t-elle à CTV News. « Mais je n’avais pas réalisé que mon système immunitaire était déjà compromis et j’ai fait un choc septique. »

L’agence de presse Caters a rapporté qu’après la morsure, Mme Caron a commencé à se sentir malade et à vomir.

« Trois jours après la morsure du chien, j’ai commencé à avoir quelques étourdissements et mon état s’est aggravé », dit-elle, selon le Daily Mail.

Une semaine plus tard, elle était à l’hôpital dans le coma.

Amputée des bras et des jambes

La mère de quatre enfants d’Ottawa s’est réveillée d’un coma trois semaines plus tard pour découvrir qu’elle souffrait d’une septicémie.

« Je me suis retrouvée à l’hôpital, réveillée d’un coma artificiel le 13 juin », a déclaré Christine Caron à l’agence de presse Caters. « C’est là qu’on m’a dit que j’avais souffert d’une septicémie et qu’ils ne pourraient me sauver que s’ils m’amputaient les bras et les jambes. »

La septicémie a d’abord touché les quatre membres de Mme Caron. Cependant, après avoir recouvré la circulation dans son bras droit, on lui a dit qu’elle pourrait continuer à l’utiliser.

« On m’a d’abord dit qu’il faudrait m’amputer les quatre membres, mais par miracle, la circulation est revenue dans mon bras droit », a-t-elle dit au Daily Mail, ajoutant que « cela m’a donné la petite lueur d’espoir dont j’avais tant besoin pour survivre ».

Elle a dit à CTV que le fait de savoir qu’elle devait être là pour ses enfants est ce qui l’a maintenue en vie.

« J’ai dû prendre des décisions, aller de l’avant et changer mon point de vue dans la vie », a-t-elle déclaré à la chaîne d’information.

Depuis, Mme Caron a subi plusieurs autres interventions chirurgicales et a appris à fonctionner à l’aide de jambes artificielles.

« Au fil des ans, j’ai travaillé à redevenir active après ma récupération de la chirurgie, et je pratique également le yoga avec mon bras – ce qui aide énormément ma santé mentale », a-t-elle dit à l’agence de presse Caters.

« Rien pour vous aider »

Mme Caron a dit à la Société Radio-Canada qu’en 2013, il n’y avait aucun soutien pour les victimes de septicémie.

« J’ai quitté l’hôpital en apprenant qu’il n’y avait pas d’information, que vous deviez faire des recherches quand vous sortirez, qu’il n’y aurait rien pour vous aider », a dit Mme Caron à la CBC.

« Apparemment, certains patients ont mis sur pied des groupes de soutien », a-t-elle ajouté. « C’est ce qu’on m’a dit en quittant l’hôpital. »

Depuis, Mme Caron travaille à sensibiliser les gens à la septicémie et à offrir du soutien à d’autres personnes qui ont souffert comme elle.

« C’est réconfortant de savoir que vous n’êtes pas le seul à souffrir de ce genre de choses », a déclaré Christine Caron à la CBC.

Christine Caron a créé une page Facebook @christinecaronsmiles, où elle a écrit en 2016 : « Je suis une survivante de la septicémie et je reprends ma vie ! Si mon histoire aide une personne à sortir des ténèbres et à entrer dans la lumière, si mon histoire fait prendre conscience et aide à sauver ne serait-ce qu’une personne de la septicémie, alors cette démarche en aura valu la peine. »

Elle affiche régulièrement sur la page, y compris des photos et des mises à jour sur son état. Christine Caron a dit à CTV qu’elle espère que son histoire pourra aider les autres à persévérer face aux difficultés.

« Il y a un moyen. Il y a toujours de la lumière. Il suffit de trouver », a déclaré ‘Mme Caron à la chaîne de télévision.

Qu’est-ce que la septicémie ?

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), la septicémie est la réaction extrême de l’organisme face à une infection.

La septicémie survient lorsqu’une infection déclenche une réaction en chaîne dans tout l’organisme, ce qui peut entraîner des lésions tissulaires rapides, une défaillance des organes et la mort.

Selon Sepsis Alliance, environ 1,7 million d’adultes en Amérique développent une septicémie chaque année, entraînant la mort d’environ 270 000 personnes.

RECOMMANDÉ