Un éminent expert politique chinois : la stratégie de Trump pourrait restaurer la puissance de l’Amérique

14 janvier 2018
Mis à jour: 6 juin 2018

La nouvelle stratégie de sécurité nationale récemment dévoilée par Donald Trump a reçu des éloges d’une source inattendue : un éminent expert chinois de la politique étrangère, bien connu en Chine pour ses analyses sur la concurrence entre les États-Unis et la Chine. Selon lui, la nouvelle stratégie de Trump, si elle est mise en œuvre, pourrait rapidement restaurer la puissance des États-Unis dans le monde et les aider à faire face à l’expansion de la Chine.

Cette stratégie, publiée en décembre dernier, est un plan de l’administration de Trump qui vise à défier les « puissances révisionnistes » de la Russie et de la Chine. Elle a été largement vue comme ciblant surtout le régime chinois, décrit dans ce document et par de nombreux conseillers de Donald Trump comme la plus grande menace pour la sécurité et les intérêts des États-Unis et de leurs alliés dans les décennies à venir.

Bien que la nouvelle stratégie ait été appréciée par de nombreux experts en politique étrangère, elle a également fait l’objet de critiques. Le New York Times, par exemple, l’a qualifiée d’être « introvertie et imprévisible ».

Yan Xuetong, l’un des experts les plus influents et les plus connus en Chine sur la politique étrangère, et le doyen de l’Institut des relations internationales modernes de la prestigieuse université Tsinghua, figure parmi ceux qui ont fait l’éloge de la nouvelle stratégie américaine.

Les meilleurs esprits parmi les adversaires des États-Unis pourraient prendre Trump beaucoup plus au sérieux que certains experts et certains opposants politiques chez eux.

Dans une récente interview accordée au journal officiel chinois aux tendances nationalistes le Global Times, cet universitaire renommé chinois a déclaré que les événements de 2017 ont partiellement confirmé sa prédiction faite en 2016. Il avait averti que l’élection de Donald Trump à la présidence américaine intensifierait la confrontation entre les États-Unis et la Chine.

Ayant publié de nombreuses analyses sur la politique étrangère de la Chine et la rivalité de ce pays avec les États-Unis pour la domination mondiale, Yan Xuetong est connu comme le « réaliste » le plus influent dans la politique étrangère chinoise, celui qui considère l’ordre international moderne comme résultant de la concurrence entre les grandes puissances.

Selon Yan Xuetong, avant l’élection de Donald Trump, « l’establishment » américain partageait le « point de vue » selon lequel le maintien du leadership des États-Unis dans le monde correspondait aux intérêts stratégiques de ce pays. Toutefois, un tel leadership pourrait devenir une affaire très coûteuse sans contributions suffisantes des alliés des États-Unis, ce qu’a plusieurs fois souligné Donald Trump. Cela pourrait également induire les États-Unis à compter sur ce que Yan Xuetong décrivait dans ses analyses comme une « amitié superficielle » avec leurs concurrents stratégiques – tel que la Chine – tout en ignorant les intentions et les actions de ces concurrents qui sont avant tout hostiles aux États-Unis.

Donald Trump s’adresse aux chefs d’entreprises chinois à Pékin, le 9 novembre 2017, lors de son voyage de 10 jours en Asie. L’accent mis par Donald Trump sur le développement de l’économie et l’accroissement de la puissance des États-Unis est une réponse logique aux défis posés par la Chine, a déclaré Yan Xuetong, l’un des meilleurs experts de la politique étrangère chinoise. (Thomas Peter-Pool / Getty Images)

D’après Yan Xuetong, la principale différence entre les stratégies d’Obama et de Trump est le fait qu’Obama se concentrait sur le maintien d’un « leadership politique » dans le monde, tandis que Donald Trump considère le dynamisme économique et la compétitivité comme les facteurs les plus importants, en particulier par rapport à la Chine.

Yan Xuetong a déclaré que Donald Trump voyait dans le déclin de la puissance américaine le problème le plus grave et souhaitait redéfinir les priorités de la politique étrangère des États-Unis. Ceci dans le but de relancer l’économie et de renforcer la puissance de ce pays. L’expert chinois a souligné qu’une telle vision n’est pas « isolationniste », comme l’avaient taxé de nombreux critiques occidentaux. Au contraire, il s’agit d’une stratégie qui fait face aux nouveaux défis posés aux États-Unis à l’ère de la mondialisation.

Yan Xuetong est connu comme le « réaliste » le plus influent dans la politique étrangère chinoise, celui qui considère l’ordre international moderne comme résultant de la concurrence entre les grandes puissances.

Selon Yan Xuetong, la nouvelle stratégie de sécurité nationale des États-Unis représente une tentative de combiner l’ancien point de vue de « l’establishment » avec la vision de Donald Trump. En étant d’accord avec de nombreux critiques occidentaux sur le fait que l’affaiblissement de l’engagement des États-Unis sous Donald Trump envers leurs alliés pourrait devenir une « opportunité » à saisir pour la Chine, il a néanmoins estimé que la nouvelle stratégie pourrait réussir si elle était mise en œuvre.

« Si l’administration de Trump effectue ses politiques selon la nouvelle stratégie de sécurité nationale, elle pourrait rapidement combler le fossé entre les deux différentes approches, ce qui pourrait permettre aux États-Unis de rétablir leur influence dans le monde », avait déclaré Yan Xuetong dans une partie de son interview qui a été retirée de sa version publiée en anglais.

Dans la même interview, Yan Xuetong a laissé entendre que l’apparition en Occident des dirigeants qui, comme Donald Trump, s’opposent à l’expansionnisme chinois, était inévitable. Il a expliqué que « l’émergence de grandes puissances s’accompagne inévitablement de concurrence stratégique et de conflits d’intérêts ».

Une telle opposition ne se limiterait pas à « l’aspect matériel » mais viserait également la culture, les valeurs et les pensées que la Chine cherche à propager en Occident et ailleurs. Selon Yan Xuetong, à cause de la nature de la concurrence entre les grandes puissances, le phénomène récent de l’opposition globale contre l’influence de la Chine est également inévitable et il se manifestera probablement dans un plus grand nombre de pays en 2018.

Capture d’écran de la page du site Weibo de l’expert chinois Yan Xuetong, qui partage régulièrement ses articles sur la politique étrangère de la Chine et les problèmes internationaux avec ses lecteurs chinois. (Capture d’écran de Weibo)

Les deux versions de Yan Xuetong

Le fait que l’éminent expert chinois accorde une si grande importance à la nouvelle stratégie de Trump montre que les plus brillants esprits parmi les adversaires des États-Unis peuvent prendre Donald Trump beaucoup plus au sérieux que certains experts et adversaires politiques du président américain dans son propre pays.

Toutefois, il y a au moins une explication pour laquelle les observateurs occidentaux n’ont pas fait attention à une telle déclaration du conseiller peut-être le plus influent dans la politique étrangère chinoise. L’évaluation positive de la politique de Donald Trump par Yan Xuetong n’a pas été traduite en anglais ou, plus précisément, elle a été censurée lors de la traduction, probablement dans le but de mettre sur une fausse piste les lecteurs occidentaux.

L’interview de Yan Xuetong a été initialement publiée le 26 décembre 2017 par la version chinoise du Global Times, avec une traduction anglaise partielle parue le même jour. Cependant, la traduction anglaise contient de nombreuses modifications par rapport aux citations de Yan Xuetong. Elle supprime, par exemple, ses éloges de la nouvelle stratégie de sécurité nationale de Donald Trump.

On ne sait pas pourquoi le Global Times a partiellement censuré la traduction de cette interview de grande importance sur son site web en anglais.

Cependant, on peut constater que Yan Xuetong lui-même, ainsi que beaucoup d’autres experts et érudits chinois renommés, envoient intentionnellement aux journalistes et lecteurs occidentaux des messages qui sont totalement différents de ce qu’ils confient au public chinois.

Une telle tromperie se manifeste, par exemple, dans un article publié récemment dans le magazine The New Yorker par Evan Osnos, un journaliste et auteur américain très critique de Trump. Dans cet article, Evan Osnos raconte comment Yan Xuetong a partagé avec lui son avis négatif sur Donald Trump lors d’un dîner privé composé de « raviolis chinois, tofu et porc sauté » qu’ils ont partagé à Pékin.

Selon M. Osnos, les remarques critiques de Yan Xuetong allaient jusqu’à lui confier que « les États-Unis souffriront [sous Trump] » et que le président américain était un « Mikhaïl Gorbatchev américain », compte tenu que les Chinois pensent souvent que ce dernier a provoqué l’effondrement de l’Union soviétique.

Ce que Yan Xuetong a dit à Evan Osnos peut être comparé à ce qu’il publie régulièrement sur son compte personnel Weibo (l’équivalent chinois de Twitter) en chinois et pour le public chinois. Il ne fait aucune allusion permettant de penser qu’il trouve le président américain être inférieur à d’autres dirigeants mondiaux ou à la direction de la politique étrangère de la Chine.

Au contraire, sur sa page Weibo, Yan Xuetong avertit fréquemment que les efforts de Donald Trump visant la relance économique américaine, ainsi que son réalisme dans les relations internationales, pourraient devenir d’importants obstacles pour la Chine dans un grand nombre de domaines, tels que le commerce sino-américain et les questions de la Corée du Nord, du Japon, Taïwan et de l’ensemble de la région Asie-Pacifique.

« Qu’est-ce qui définit en fin de compte les relations entre une puissance forte et une puissance faible ? », a demandé Yan Xuetong à ses lecteurs dans son récent post sur Weibo. Il faisait allusion à la célèbre citation de l’homme politique et historien grec Thucydide : « Le fort fait ce qu’il peut faire et le faible subit ce qu’il doit subir », dans le contexte de la concurrence entre les grandes puissances.

« Seul le fort définit les relations », a répondu un internaute chinois. Yan Xuetong l’a remercié pour avoir souligné ce qui est évident.

Paul Huang

Version anglaise

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ