Un éminent universitaire chinois décrit les talibans comme l’« Armée populaire de libération » de l’Afghanistan

Par Terri Wu
1 septembre 2021
Mis à jour: 1 septembre 2021

Un professeur ayant des liens étroits avec le régime chinois a récemment suscité la controverse après avoir décrit les talibans comme étant la propre « Armée populaire de libération » (APL) de l’Afghanistan, le nom officiel des forces militaires du Parti communiste chinois (PCC).

Dans une vidéo du 3 août, Wang Yiwei, professeur de relations internationales à l’Université Renmin de Chine à Pékin, appelle les gens à se débarrasser des perceptions négatives qu’ils peuvent avoir du groupe militant. Wang est également chargé de cours au Centre d’études du monde contemporain, un groupe de réflexion dirigé par un organe de haut rang du Parti, le Département international du Comité central du PCC.

Les talibans « ont été diabolisés par les États-Unis, mais ils sont les bons amis de la Chine », a écrit Wang dans une publication sur les réseaux sociaux à laquelle il a joint la vidéo.

Ses commentaires sont intervenus quelques semaines avant que les talibans ne prennent le contrôle de l’Afghanistan avant le départ prévu des États-Unis du pays, et quelques jours après que le régime chinois a accueilli une délégation de représentants des talibans dans la ville de Tianjin en signe de soutien au groupe militant.

Dans la vidéo, Wang a déclaré que, tout comme l’APL a vaincu le gouvernement nationaliste chinois, qui a bénéficié d’années de soutien américain, pendant la guerre civile chinoise des années 1940, les talibans pouvaient décimer le gouvernement afghan soutenu par les Américains.

Sa vidéo de 4 minutes sur Xigua Video, une plateforme similaire à YouTube en Chine, a depuis été supprimée, bien qu’une copie sous-titrée en anglais soit disponible sur YouTube. La chaîne du professeur compte 710 000 abonnés.

Les remarques de Wang ont suscité de vives discussions sur l’internet chinois. Certains internautes se sont indignés que Wang compare le groupe militant à l’APL, une grande armée modernisée qui surpasse les forces des talibans. D’autres ont estimé que les remarques du professeur reflétaient avec justesse, bien que peut-être par inadvertance, la nature violente commune de l’APL et des talibans.

Srikanth Kondapalli, professeur d’études chinoises à l’Université Jawaharlal Nehru de New Delhi, a également relevé les similitudes entre l’APL et les talibans, affirmant qu’« ils sont tous deux idéologiques et militarisés ».

Les deux groupes souscrivent à l’idée que « le pouvoir politique se développe à partir du canon d’un fusil », une phrase inventée par le premier dirigeant du PCC, Mao Zedong, a déclaré Kondapalli à Epoch Times. En même temps, tous deux ont un programme idéologique : l’objectif de l’APL est de soutenir le communisme, tandis que les talibans cherchent à créer un émirat islamique.

Dans sa vidéo, Wang a également appelé son public à « abandonner les jugements tels que la soi-disant ‘violence’ et le ‘terrorisme’ » associés aux talibans, et à comprendre le groupe à partir de ses doctrines islamiques et de ses traditions tribales. « Nous devons abandonner la diabolisation par certains romans, films américains ou l’opinion publique », a ajouté Wang.

Il a conclu sa vidéo par : « Ils[les talibans] savent très bien que la Chine est un pays puissant. Par conséquent, s’ils veulent contrôler la situation, ils doivent coopérer avec la Chine. »

Les remarques de Wang s’inscrivent dans la ligne du récit de propagande du régime chinois depuis la prise de pouvoir des talibans, qui s’est attaché à faire l’éloge du groupe militant, tout en fustigeant les États-Unis sur la façon dont ils ont géré leur retrait d’Afghanistan.

Les campagnes de propagande du PCC ont toutefois rencontré une certaine résistance au niveau national. La semaine dernière, le porte-parole officiel du PCC, le Quotidien du Peuple, a retiré une vidéo expliquant l’histoire du groupe militant après avoir suscité une réaction négative de la part d’internautes qui se plaignaient qu’elle blanchissait l’histoire violente des talibans. La vidéo ne faisait aucune référence aux liens du groupe avec le terrorisme, à son passé violent ou à la répression des femmes.

Wang est connu dans le pays comme un fervent partisan du PCC. Il a accordé de nombreuses interviews aux médias d’État chinois et prononcé des discours lors de forums organisés par l’État pour promouvoir l’initiative « la Ceinture et la Route », un projet d’investissement massif dans les infrastructures visant à étendre l’influence mondiale de Pékin. Il a également publié près de dix livres sur la Ceinture et la Route, dont trois en anglais.

La représentation positive des talibans par le PCC est liée à ses intérêts économiques en Afghanistan, a déclaré à Epoch Times Michael Yon, un correspondant de guerre qui a vécu en Afghanistan entre 2008 et 2011.

Le régime chinois veut la Ceinture et la Route et des minéraux, comme le lithium, en Afghanistan, il a donc besoin de blanchir les talibans pour justifier ses politiques étrangères, a déclaré M. Yon.

« Le PCC arrive et ne traite qu’avec quelques courtiers de pouvoir. Ils[le PCC] les payent, puis ils obtiennent toutes nos ressources et nos terres. La population locale est donc exclue », a déclaré Yon. « C’est la seule façon dont ils vont pouvoir traiter en Afghanistan également. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ