En vacances à Nice, un député filme l’agression d’un père de famille et de son enfant par « trois chances et leur dix copains »

Par Séraphin Parmentier
9 août 2019 Mis à jour: 9 août 2019

L’élu a assisté à la scène depuis le balcon du logement où il résidait pendant ses vacances.

En villégiature à Nice, l’ancien député LREM a été témoin d’une violente agression à l’encontre d’un père de famille et de son enfant alors qu’il se trouvait à son balcon jeudi après-midi, dans le quartier Notre-Dame, près de l’avenue Jean Médecin.

Indigné, l’élu de la 6circonscription des Français établis hors de France a filmé la scène avant de se rendre au commissariat pour fournir son témoignage et les séquences qu’il venait d’enregistrer, fustigeant au passage le fait d’avoir perdu sa demi-journée à cause de « trois chances et leurs dix copains pour la France ».

« J’ai assisté tout à l’heure à une scène horrible d’un père de famille qui voulait défendre son gamin parce que trois ordures faisaient péter des pétards sur sa poussette. Quand il a voulu les en empêcher, ces types-là ont commencé à faire rappliquer tous leurs copains du quartier pour tabasser à plus de dix le pauvre monsieur. […] Son gamin s’est fait frapper, il s’est réfugié dans une boutique », a expliqué Joachim Son-Forget dans une courte vidéo publiée sur Twitter quelques heures après les faits.

« Ils l’ont chargé comme des lâches, à plusieurs, ils l’ont tabassé à coups de poing, à coups de pied, un type a sorti ce qui ressemble à un couteau, un autre a sorti un brise-glace. […] Grâce à mon témoignage, tous ces salopards ont fini en garde à vue. J’ai perdu ma demi-journée avec la police. J’ai été accueilli par des policiers municipaux et des policiers de la police nationale charmants, notamment deux brigadiers qui ont pris ma déposition, qui ont fait un travail formidable », ajoute-t-il.

« J’espère qu’il y aura des suites judiciaires »

Contacté par les journalistes de France 3, le parquet de Nice a confirmé que le député s’était bel et bien rendu au commissariat afin de témoigner contre les auteurs de l’agression.

Selon les premiers éléments de l’enquête, un groupe de jeunes aurait commencé à tirer des pétards à proximité d’une aire de jeux pour enfants située dans le square Notre-Dame. Un père de famille leur aurait alors demandé de cesser leurs agissements avant de subir la vindicte des jeunes voyous, l’obligeant à se réfugier dans une enseigne de restauration rapide avec sa poussette.

Poursuivi par ses agresseurs, il a pu compter sur le soutien d’un passant qui aurait empêché les assaillants de s’introduire dans le restaurant jusqu’à l’arrivée d’une escouade de la police municipale.

« La sécurité est la première des libertés »

« J’espère qu’il y aura des suites judiciaires. Je n’en suis pas certain car il y a au moins deux gardés à vue sur trois qui sont des mineurs, dont un mineur isolé. Il est complètement anormal que ce genre de chose puisse arriver en pleine rue », a déclaré le fondateur du mouvement Je suis Français et Européen.

« Tous les gens qui étaient là se sont débinés, voire, pour certains, soutenaient les sales types. Au moins je suis descendu, je suis allé témoigner. Vous devez faire ce travail comme citoyen, vous ne devez jamais vous débiner, vous ne devez pas avoir peur. La sécurité est la première des libertés », conclut le député.

RECOMMANDÉ