Un enfant atteint de psoriasis généralisé affirme qu’il «préfère mourir» si on ne trouve pas de traitement

Par Anastasia Gubin - La Gran Epoca
8 octobre 2019 Mis à jour: 8 octobre 2019

Un garçon ukrainien souffrant de psoriasis généralisé sur tout le corps affirme qu’il « préfère mourir » si les médecins ne peuvent pas le guérir. Sa mère a révélé l’affaire à la presse afin d’obtenir de l’aide.

Jusqu’à tout récemment, le rêve de l’enfant de 9 ans, Vadym Demedyuk, était d’aller à l’école et d’avoir des amis comme tous les autres enfants, mais depuis des années il vit dans l’isolement.

Bouger lui cause une douleur insupportable dans les centaines de milliers de petites blessures de son corps qui saignent constamment.

« Il a peur de sortir et de rencontrer des gens. Il ne veut pas qu’on le regarde et qu’on le montre du doigt. Vadym n’a pas d’amis et il se sent mal à l’aise socialement », a déclaré Natalia Pilat aux médias locaux, selon Mirror.

Vadym souffre d’une forme grave de psoriasis, qui touche 99 % de son corps, et tous les traitements qu’il a reçus en six ans se sont révélés inutiles.

« Nous avons essayé différents types de crèmes et de médicaments, et rien n’a aidé », a révélé Mme Pilat.

Comme c’est souvent le cas avec le psoriasis, après l’apparition des blessures chez l’enfant, elles se dessèchent, laissant des plaies encore plus horribles et douloureuses.

« Il est souvent incapable de marcher à cause de son état de santé et doit rester au lit pendant des semaines. Chaque mouvement lui cause une douleur insupportable. »

« Il m’a dit : ‘Maman, je préfère mourir plutôt que de vivre comme ça' », a déclaré la mère à la presse, dans l’espoir qu’un miracle survienne dans leur vie.

Les médecins lui ont dit qu’il s’agissait d’un des cas les plus extrêmes qu’ils aient jamais vus.

La famille est originaire de Shypyntsi, à l’ouest de Tchernivtsi. En quête d’un traitement pour Vadim, elle a rencontré des médecins dans différentes parties du pays, même dans la capitale de Kiev, sans résultats.

« Nous avons essayé différents hôpitaux et cliniques avec des médecins qui disent que ‘c’est l’un des cas les plus extrêmes qu’ils aient jamais vus’. »

« Chaque fois, après une série de traitements différents, les médecins ont renoncé en disant ‘nous ne pouvons pas aider’. »

« Aujourd’hui, personne en Ukraine n’accepte de traiter Vadym », souligne Mme Pilat.

La mère de famille n’arrête pas de chercher. Après tout, même si son fils parle de la mort, il rêve encore d’aller à l’école, même s’il ne peut pas à cause de son état de santé.

RECOMMANDÉ