Une enquête judiciaire est en cours après que Joe Biden s’est vanté du licenciement d’un procureur ukrainien

Par Janita Kan
28 septembre 2019 Mis à jour: 28 septembre 2019

Le 26 septembre, Judicial Watch a annoncé une nouvelle poursuite en vertu de la Freedom of Information Act (FOIA) contre le département d’État pour des documents concernant le licenciement d’un procureur ukrainien de premier plan après que le vice-président Joe Biden a menacé de suspendre l’aide américaine.

Lors d’une discussion au Conseil des relations étrangères en janvier 2018, M. Biden a parlé de ses relations avec l’Ukraine et a déclaré à l’auditoire qu’il avait réussi à forcer le renvoi d’un procureur ukrainien de premier plan, Viktor Shokin, en retenant 1 milliard de dollars d’aide américaine à ce pays.

Ce procureur aurait enquêté sur une société privée ukrainienne de gaz, Burisma Holdings, dont le fils de M. Biden, Hunter Biden, faisait partie du conseil d’administration.

« J’avais obtenu l’engagement de l’ancien président ukrainien Petro Poroshenko et de l’ancien Premier ministre ukrainien Arseniy Yatsenyuk de prendre des mesures contre le procureur général. Et ils ne l’ont pas fait », a déclaré M. Biden à l’auditoire.

« Alors ils ont dit qu’ils allaient à une conférence de presse. J’ai dit, ‘non, je n’irai pas… ou, nous n’allons pas vous donner le milliard de dollars’. Ils ont dit : ‘Vous n’avez aucune autorité. Vous n’êtes pas le président’. J’ai dit : ‘Appelez-le, je vous le dis, vous n’aurez pas le milliard de dollars.’ Je devais partir de là dans 6 heures, si je me souviens bien. Je les ai regardés et j’ai dit : ‘Je pars dans 6 heures. Si le procureur n’est pas renvoyé, vous n’aurez pas l’argent' », a-t-il poursuivi.

« Le procureur a été renvoyé. Et ils ont mis en place quelqu’un de solide à l’époque », a-t-il ajouté.

Judicial Watch a déclaré que leur action en justice a été déposée après que le département d’État n’a pas répondu à une demande en mai 2019 de la FOIA.

Selon la poursuite, la demande visait à obtenir des documents « concernant l’enquête de Viktor Shokin sur Mykola Zolchevsky, propriétaire de Burisma Holdings, et la démission de M. Shokin au poste de procureur général de l’Ukraine, ou concernant l’enquête de ce dernier ».

La demande visait également à rechercher des documents pour « les communications entre tout fonctionnaire, employé ou représentant du département d’État et tout fonctionnaire, employé ou représentant du bureau du vice-président au sujet de Viktor Shokin ».

« La dernière attaque contre le président Trump est une tentative évidente de protéger Joe Biden des scandales de corruption impliquant son fils », a déclaré le président de Judicial Watch, Tom Fitton. « Le dernier procès de Judicial Watch sera le premier d’une longue série à tenter de faire toute la lumière sur ce scandale de trafic d’influence. »

L’affaire Biden en Ukraine a été mise en lumière après que les législateurs démocrates ont accusé le président ukrainien Volodymyr Zelensky d’enquêter sur l’ancien vice-président lors d’un appel téléphonique en juillet dernier, sur la base de rapports des médias selon lesquels le président Donald Trump avait fait pression sur lui.

La transcription de l’appel téléphonique montre que Trump a demandé à Zelensky d’enquêter sur Biden, mais n’a exercé aucune pression et n’a offert aucun paiement en faisant cette demande.

L’appel Trump-Zelensky fait l’objet d’une plainte anonyme adressée à l’Inspecteur général de la communauté du renseignement (ICIG). Le traitement de la plainte a suscité une controverse au Capitole après que le Bureau du directeur du renseignement national (DNI) n’a pas donné suite à la demande de la commission du renseignement de la Chambre de transmettre la plainte au Congrès.

Le Bureau du conseiller juridique du MJ a publié un avis (pdf) qui conclut que Joseph Maguire, directeur intérimaire du renseignement national (DNI), n’avait pas à envoyer la plainte au Congrès. De plus, l’inspecteur général a également trouvé « quelques indices d’un parti pris politique défendable de la part du plaignant en faveur d’un candidat politique rival ».

Les rapports sur l’appel et la plainte ont également incité la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi (D-Calif.), à lancer une enquête sur la destitution du président.

Une plainte expurgée a également été rendue publique le 26 septembre, et le directeur intérimaire du renseignement national a témoigné au Congrès plus tôt dans la journée.

RECOMMANDÉ