Enquête sur 360 tonnes d’escalopes de poulet gorgées d’eau distribuées aux associations caritatives

Par Suzanne Durand
9 septembre 2019 Mis à jour: 9 septembre 2019

 Selon le président du réseau des banques alimentaires, ces denrées sont « parfaitement distribuables et consommables ». Les services de l’État ont ouvert une enquête.

Dans le cadre du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD), ce sont près de 360 tonnes d’escalopes de poulet gorgées d’eau qui ont été distribuées principalement aux banques alimentaires, aux Restos du cœur, à la Croix-Rouge et au Secours populaire depuis le milieu de l’année 2018, selon une information de RTL.

Ces escalopes surgelées présentent une teneur en eau supérieure à la norme européenne autorisée. Les services de l’État ont ouvert une enquête.

« Pour les banques alimentaires, 360 tonnes d’escalopes, si on considère qu’une escalope pèse 100 grammes, cela veut dire qu’on prive les plus démunis de 3 600 000 escalopes de qualité, c’est cela qui n’est pas normal », a déploré Jacques Bailet, président du réseau des Banques alimentaires. « D’après ce que l’on sait, il n’y a aucun danger en matière de santé. Il s’agit surtout d’une fraude à la loyauté, on a vendu de l’eau au prix du poulet ».

Au mois de mai 2019, la répression des fraudes avait révélé une « tromperie » sur la qualité des steaks hachés distribués à des associations d’aide aux plus démunis. Ces derniers contenaient des excès de gras et des tissus de mauvaise qualité mais ne présentaient pas de risque pour la santé. L’entreprise française s’était approvisionnée auprès d’un industriel polonais.

« C’est une réaction d’indignation puisque ce programme le FEAD permet à des gens en précarité alimentaire d’avoir des protéines », a déclaré M. Bailet Bailet. « Si la teneur en eau supérieure aux normes européennes venait à être confirmée à l’issue de l’enquête, alors, évidemment, c’est un acte de déloyauté de la part de l’entreprise qui les a vendus », confie-t-il.

« Une possible fraude économique »

Ce taux anormal d’eau a été découvert lors d’analyses menées par la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et FranceAgriMer dans le cadre d’un plan d’action pour « intensifier les contrôles » et « garantir aux bénéficiaires de l’aide alimentaire des produits conformes aux cahiers des charges ».

« Les escalopes de poulets présentaient une teneur en eau supérieure à la norme autorisée, indice d’un possible ajout d’eau dans les denrées », indiquent les services de l’État qui font allusion à« une possible fraude économique » de la part de l’entreprise danoise qui les commercialise. Toutefois, cela « n’induit aucun impact sur la santé des bénéficiaires, ni sur les propriétés des produits ».

« Ces investigations doivent permettre de comprendre ces anomalies et de déterminer si elles sont liées à une éventuelle tromperie », commente le Services de l’État à Franceinfo.

Les associations distribuant l’aide alimentaire, principalement les Banques alimentaires, les Restos du cœur, la Croix-Rouge et le Secours populaire, ont immédiatement été informées de ces résultats d’analyse. Elles ont immédiatement suspendu la distribution de ces escalopes de poulet à titre provisoire pour permettre un examen approfondi des analyses

RECOMMANDÉ