«Cela vous rend physiquement malade» raconte un professeur dans une enquête sur les prélèvements d’organes en Chine

Par Cathy He
4 mars 2020
Mis à jour: 5 mars 2020

Imaginez que le réfrigérateur de la charcuterie locale, avec des boissons réfrigérées et des viandes séchées, affiche un nouveau type de produits : des foies, des reins et des cornées humains.

Aussi macabre que cela puisse paraître, c’est ainsi qu’Arthur Waldron, historien de la Chine à l’université de Pennsylvanie, décrit ce que le régime communiste chinois fait aujourd’hui : il tue des prisonniers d’opinion pour que leurs organes soient vendus sur le marché des greffes.

« Ils sont […] engagés dans un commerce très malfaisant, celui des corps de citoyens chinois assassinés », a déclaré Arthur Waldron à Epoch Times dans une interview accordée en 2019.

« La plupart des Occidentaux n’en sont pas conscients du tout. »

Le panel du tribunal (de gauche à droite) : l’historien américain Arthur Waldron, l’avocat malaisien Andrew Khoo, le professeur de chirurgie cardiothoracique Martin Elliott, Sir Geoffrey Nice QC (président), l’homme d’affaires Nicholas Vetch, l’avocate iranienne des droits de l’homme Shadi Sadr, l’avocate américaine Regina Paulose, à Londres le 8 décembre 2018. (Justin Palmer)

Le professeur est maintenant un expert de cette pratique macabre, après avoir passé un an de 2018 à 2019 à enquêter sur la question en tant que membre d’un panel indépendant, connu sous le nom de Tribunal de la Chine. Ce panel était composé de six autres membres ayant une formation en droit international, en médecine, en affaires et en relations internationales.

Après avoir examiné les témoignages de plus de 50 personnes lors de deux audiences à Londres, ainsi qu’un grand nombre de preuves écrites et vidéos, le tribunal a conclu en juin 2019 – au-delà de tout doute raisonnable – qu’en Chine, « le prélèvement forcé d’organes sur les prisonniers d’opinion a été pratiqué pendant une longue période et a fait un très grand nombre de victimes ».

Le jugement final du tribunal, un rapport de 160 pages (pdf), a été publié le 1er mars.

« Il y a un certain type de mal qui dépasse les causes humaines [sociales]. Le mal qui se cache derrière le prélèvement d’organes – c’est autre chose », a déclaré M. Waldron.

Le tribunal a conclu que les organes provenaient principalement de pratiquants de Falun Gong emprisonnés. Les pratiquants de la pratique spirituelle du Falun Gong ont été sujets à une intense persécution par le régime chinois depuis 1999, une campagne impliquant la détention arbitraire, le travail forcé, le lavage de cerveau, la torture, et même la mort.

Le tribunal basé à Londres était présidé par Sir Geoffrey Nice QC, qui avait auparavant dirigé les poursuites à l’encontre de l’ancien président yougoslave Slobodan Milosevic au Tribunal pénal international.

Il y a deux ans, Arthur Waldron a été invité, par le groupe d’éthique des transplantations et par l’organisateur à l’origine du tribunal, la Coalition internationale visant à mettre fin aux abus en matière de transplantation en Chine, à être l’expert de la Chine au sein du groupe.

En 2006, Epoch Times a d’abord fait état des affirmations de lanceurs d’alertes selon lesquelles le régime chinois tuait des prisonniers d’opinion pour leurs organes.

Le régime a constamment nié ces allégations, affirmant que depuis 2015, toutes les transplantations d’organes proviennent de donneurs volontaires. Avant cela, le régime affirmait que les organes destinés aux opérations de transplantation provenaient de prisonniers exécutés.

Des preuves accablantes

Le tribunal a tenu deux audiences publiques en décembre 2018 et avril 2019 pour entendre les témoignages de chercheurs, de professionnels de la santé, de journalistes et de survivants du système de détention chinois.

Les survivants qui ont témoigné incluaient des pratiquants de Falun Gong emprisonnés pour leur foi et des musulmans ouïghours détenus dans le cadre de la prétendue campagne du régime chinois contre l’« extrémisme » dans la région nord-ouest du Xinjiang.

Ils ont tous partagé des récits détaillés de torture et d’abus pendant leur détention. Un pratiquant de Falun Gong, Yu Ming, a raconté comment la police plaçait des livres sur sa poitrine et son dos, puis utilisait des marteaux pour les briser, causant des blessures internes plutôt que des blessures visibles à la surface.

Une survivante ouïghoure, Mihrigul Tursun, a déclaré au tribunal qu’elle avait été attachée à une chaise avec un casque placé sur la tête et qu’elle avait été électrocutée.

Parallèlement à la torture, ces témoins ont uniformément parlé d’être régulièrement soumis à des tests sanguins et à d’autres examens médicaux pendant leur incarcération.

Ces tests étaient comparables à des tests de dépistage de l’état des organes, a déclaré M. Nice à Londres en juin 2019 lors de la présentation des conclusions du tribunal. Les prisonniers qui ne pratiquaient pas le Falun Gong n’étaient pas testés et les résultats médicaux n’étaient jamais expliqués aux détenus.

Enver Tohti à Londres le 17 juin 2019. (Guanqi/The Epoch Times)

Le tribunal a également reçu un témoignage personnel sur le prélèvement d’organes de la part de l’ancien chirurgien Enver Tohti qui, en 1995, a reçu l’ordre de prélever le foie et les reins d’un prisonnier vivant à Urumqi City, dans le Xinjiang. Le prisonnier du couloir de la mort avait reçu une balle dans le côté droit de la poitrine mais était toujours en vie.

« Ce dont je me souviens, c’est qu’avec mon scalpel, j’ai essayé de lui couper la peau, [et] on pouvait voir du sang. Cela indique que le coeur battait encore. […] En même temps, il essayait de résister à mon intervention, mais il était trop faible », a déclaré Enver Tohti lors des audiences du tribunal en décembre 2018.

Le fait d’être plongé dans ce genre de récits a fait des ravages sur M. Waldron, qui a déclaré qu’« après une journée d’écoute de ces témoins, vous retournez dans votre chambre d’hôtel et vous vous effondrez, tout simplement ».

« Entendre ces gens parler, ça vous fait tourner l’estomac. Je veux dire que cela vous rend physiquement malade », a-t-il ajouté.

« Et quand vous réalisez que ce n’est pas un film loufoque d’Hollywood qui a été inventé par des réalisateurs hollywoodiens malades, mais que ce [prélèvement d’organes] est en fait quelque chose qui se passe vraiment […] c’est difficile à supporter psychologiquement. »

Des témoignages et des appels téléphoniques clandestins passés par des chercheurs à des médecins chinois ont révélé que des délais « extraordinairement courts » pour les transplantations d’organes – aussi peu que deux semaines – ont été garantis par les médecins et les hôpitaux en Chine. Des temps d’attente aussi courts sont « totalement impossibles » dans les systèmes de don d’organes habituels, a déclaré M. Nice en juin 2019.

Des données statistiques basées sur des enquêtes menées par des chercheurs indépendants ont brossé un tableau de l’ampleur de cette entreprise inquiétante en Chine. En 2016, un rapport approfondi a constaté un énorme écart entre les chiffres officiels de la Chine en matière de transplantation et le nombre de transplantations effectuées dans les hôpitaux du pays.

Le rapport a été réalisé par Ethan Gutmann, analyste et enquêteur sur la Chine ; David Kilgour, ancien secrétaire d’État canadien (Asie-Pacifique) ; et David Matas, avocat canadien spécialisé dans les droits de l’homme. Tous trois ont passé plus de dix ans à enquêter sur cette question.

« Ces personnes ont mené une enquête très, très approfondie », a déclaré M. Waldron à propos des trois chercheurs.

En analysant les registres publics de 712 hôpitaux chinois qui pratiquent des transplantations de foie et de rein, le rapport a montré qu’environ 60 000 à 100 000 transplantations étaient effectuées chaque année, dépassant de loin le nombre officiellement rapporté de 10 000 à 20 000 par an.

Le prélèvement d’organes, a déclaré M. Waldron, est devenu extrêmement lucratif pour les hôpitaux chinois. Les hôpitaux disposant de grandes unités de transplantation, qui facturent des dizaines de milliers de dollars pour chaque opération, peuvent générer des revenus importants.

« Il y a donc une incitation financière à augmenter l’échelle de cette activité », a-t-il déclaré.

« C’est une industrie qui implique des milliers de personnes, qui produit de grandes quantités d’argent, et qui aide à maintenir les hôpitaux à flot, ainsi qu’à rendre certaines personnes très, très riches », a ajouté M. Waldron.

Arthur Waldron, expert de la Chine et professeur à l’université de Pennsylvanie, dans son bureau de Philadelphie le 20 novembre 2019. (Brendon Fallon/The Epoch Times)

Rien n’a été laissé au hasard

M. Waldron a déclaré que le tribunal a fait des efforts importants pour obtenir toutes les preuves pertinentes, y compris les preuves contraires, relatives au prélèvement d’organes.

« Tous les éléments de preuve imaginables ont été rassemblés », a-t-il déclaré.

Il a noté que le tribunal a demandé à l’ambassade de Chine à Londres et aux responsables de la santé en Chine de fournir des preuves contraires, mais aucun témoin négatif ne s’est présenté.

L’enquête, menée par deux juristes expérimentés, MM. Nice et Hamid Sabi, un avocat basé à Londres et conseiller du tribunal, a été menée d’une manière « absolument professionnelle », a déclaré M. Waldron, ajoutant que « ce n’était pas une affaire d’amateurs ».

Les membres du panel ont examiné chaque élément de preuve de manière approfondie.

« Même si certains d’entre nous avaient des connaissances préalables, […] nous l’avons abordé en disant que les preuves sont tout ce qui compte […] en utilisant les normes juridiques les plus rigoureuses », a-t-il déclaré.

« Et une fois que vous avez assez de preuves, vous commencez à discuter de leur signification. »

En réponse à ceux qui pourraient encore contester l’existence du prélèvement forcé d’organes en Chine, M. Waldron avait le message suivant : « S’il vous plaît, faites-moi la faveur de lire les [rapports précédents sur le prélèvement d’organes] […] et le rapport final du tribunal. »

« Je veux que vous reveniez avec des erreurs et des fautes. Je veux que les erreurs soient encerclées et que vous me disiez quelle preuve est fausse », a-t-il dit.

Vers une plus grande diffusion de l’information

M. Waldron pense que le jugement du tribunal déclenchera un débat plus large sur cette question jusqu’ici négligée, et un éventuel changement des politiques publiques.

« Cela va se généraliser », a-t-il déclaré.

Il avait déjà remarqué que cette question était plus souvent évoquée dans des conversations informelles.

« Il y a un an, je n’aurais pas entendu [de gens] parler du prélèvement d’organes », a déclaré M. Waldron.

La question a même fait son chemin dans la culture populaire. Un épisode d’octobre 2019 de la série de dessins animés South Park faisant la satire des pratiques répressives du régime chinois comprenait une scène dans laquelle un personnage fait référence à des allégations de prélèvement d’organes.

Une scène du film The Laundromat : L’Affaire des Panama Papers de 2019, réalisé par Steven Soderbergh, dépeint également de manière explicite le prélèvement forcé d’organes sur des pratiquants de Falun Gong.

M. Waldron a déclaré que cette question allait devenir une « préoccupation mondiale », notant que des gouvernements, tels qu’Israël et Taiwan, ont déjà interdit à leurs citoyens de se lancer dans le tourisme de transplantation.

En septembre dernier, M. Sabi a présenté les conclusions du panel au Conseil des droits de l’homme des Nations unies à Genève, en Suisse.

M. Sabi a déclaré qu’au vu des preuves, le Conseil et les États membres des Nations unies ont désormais une « obligation légale » de s’attaquer au « comportement criminel » de la Chine.

Arthur Waldron a déclaré qu’étant donné que le tribunal a conclu, au-delà de tout doute raisonnable, que le régime a commis des crimes contre l’humanité contre les pratiquants de Falun Gong et les Ouïghours, la prochaine étape serait qu’un pays entame une action contre Pékin devant la Cour pénale internationale.

Bien que le panel ne soit pas parvenu à conclure qu’un génocide avait été commis, il a noté que les nations ont néanmoins le devoir d’enquêter pour savoir si le crime a eu lieu.

La pression internationale croissante va également forcer le régime chinois à commencer à répondre aux questions sur ses pratiques de prélèvement d’organes, a déclaré M. Waldron.

« Les gens diront : ‘Je me demande pourquoi ils[le régime] ne se défendent pas.’ Si tout cela[le prélèvement d’organes] est parfaitement légitime, alors la chose la plus simple au monde devrait être […] d’expliquer tous les problèmes », a-t-il déclaré.

Le régime communiste, a déclaré l’historien, a par le passé créé une fausse version élaborée de l’histoire chinoise, et il est maintenant en mesure de « falsifier encore un autre aspect de la réalité ».

« À un certain moment, si vous falsifiez trop de choses, tout s’écroule », a-t-il dit, ajoutant que le régime est proche d’atteindre ce point.

Mais, en fin de compte, « la vérité va sortir », a-t-il dit.

RECOMMANDÉ