Avec une entreprise de fitness de style carcéral, un ancien détenu donne une seconde chance à d’autres

« ConBody » de Coss Marte a engagé plus de 40 anciens détenus
Par Andrew Thomas
28 juillet 2020
Mis à jour: 28 juillet 2020

La dernière fois que Coss Marte a été mis en prison, il savait que ce serait la dernière. Maintenant, il est de retour dans son ancien quartier avec une grande dose d’ambition : un programme d’entraînement hautement intensif sans recours à des appareils.

Coss, 34 ans, est né et a grandi dans le Lower East Side de Manhattan, à New York. Pendant son enfance, le quartier était submergé de drogue, de violence et de prostitution, avant qu’il ne devienne un quartier à la mode. Il se souvient très bien des longues files d’attente dans le quartier pour acheter de la drogue.

« En grandissant, c’était comme devenu un peu normalisé pour moi. C’était comme si tout le monde le faisait. Tout le monde était impliqué, cela se passait comme ça », dit Coss.

Pompes en prison

En 1985, sa mère a émigré de la République dominicaine alors qu’elle était enceinte de lui. Sa mère et lui ont vécu chez sa tante pendant un certain temps, avant d’emménager dans le petit appartement voisin avec son père et tous ses frères et sœurs. Les parents de Coss dormaient sur un matelas, et les enfants sur un autre.

Coss se souvient que des activités criminelles et la drogue étaient présentes à tous les étages de son immeuble. Il voyait ses cousins plus âgés vendre de la drogue au coin de la rue et enviait ce mode de vie. Le jeu de la drogue l’impressionnait, et à 13 ans, il a commencé à en vendre. Malgré de multiples arrestations, il continuait à en vendre.

« Je suis entré dans ce monde et j’avais l’impression d’y être piégé, il était difficile de m’en sortir. Les possibilités étaient très limitées et je ne voyais pas d’autres possibilités pour moi à part celle-là », a déclaré Coss.

Sa stature dans le monde de la drogue s’est rapidement développée. À 19 ans, il dirigeait une entreprise lucrative de trafic de drogue et gagnait environ 2 millions de dollars par an. Lui et son partenaire sont passés de l’ancien modèle commercial de vente de cocaïne et de crack au coin de la rue à une entreprise de distribution qui desservait une clientèle plus âgée et plus riche. Coss et son partenaire avaient même des cartes de visite et portaient des costumes cravates.

ConBody propose exclusivement des exercices de musculation et des exercices cardiovasculaires. (Avec l’aimable autorisation de ConBody)

En 2009, après que Coss a été arrêté une autre fois, à l’âge de 23 ans, les médecins du système pénitentiaire l’ont informé qu’il souffrait d’un taux de cholestérol très élevé et qu’il risquait de faire une crise cardiaque pendant sa détention. Les médecins lui ont recommandé de faire de l’exercice et de manger sainement.

Coss a commencé à courir dans la cour tous les jours et à faire de la callisthénie, un ensemble d’exercices physiques de gymnastique et de musculation. Il faisait des pompes, des doubles barres, des sauts, des fentes, des flexions sur jambes et des burpees, un exercice de musculation et d’aérobic sollicitant l’ensemble du corps, dans sa cellule. En six mois, il a perdu 20 kilos et son programme d’exercice a attiré l’attention des autres détenus. Il a aidé plus de 20 détenus à perdre un total de 454 kilos, pendant son incarcération.

« J’ai retrouvé ma santé », a déclaré Coss. « Je me suis senti beaucoup mieux. J’avais l’air mieux. »

À la suite d’une altercation avec un gardien, il a décidé qu’il ne retournerait jamais en prison. Et pendant une période de confinement solitaire, il a voulu faire quelque chose de mieux de sa vie, il a eu l’idée de créer une entreprise de fitness.

« Je voulais faire quelque chose de ma vie au lieu de continuer à vendre de la drogue », a déclaré Coss.

Créer une entreprise de fitness

Coss a été libéré le 29 mars 2013, à l’âge de 27 ans, et est retourné dans le Lower East Side, qui avait alors subi une énorme transformation. Il n’avait pas d’argent, pas de travail, et luttait pour subvenir aux besoins de sa famille. Il a fait des petits boulots au noir, mais n’a pas pu trouver d’emploi stable, principalement en raison de son casier judiciaire.

Cela lui a fait rappeler son idée d’une entreprise de fitness à développer avec les mêmes entraînements qu’il avait faits en prison : une routine composée uniquement d’exercices de musculation sans matériel et d’exercices cardio pour une durée d’entraînement de 45 minutes.

Coss a lancé ConBody en approchant des personnes qu’il connaissait dans le parc – et d’autres qu’il ne connaissait pas – pour leur demander de s’entraîner avec lui. Au fil du temps, il a développé un groupe régulier et a commencé à louer des studios et à organiser des événements pop-up. Grâce à un travail acharné, il a obtenu un emplacement permanent pour un gym en 2016.

Coss a créé ConBody pour améliorer sa vie, et il voulait aussi engager d’anciens détenus pour donner les cours. De par sa propre expérience, il connaissait la difficulté de se trouver un emploi après avoir fait de la prison et voulait leur donner une seconde chance, car le talent et l’éthique du travail des anciens détenus sont souvent sous-estimés en raison de leur passé.

« Je ressentais de la peine. À mon retour à la maison, j’ai essayé de trouver un emploi de n’importe quel type, et je voyais bien le langage corporel de l’employeur après lui avoir remis le formulaire de candidature et qu’à la deuxième ligne, à la question ‘Avez-vous déjà commis un crime ?’, il est coché ‘oui' », dit-il.

Coss Marte a engagé plus de 40 personnes anciennement incarcérées. (Avec l’aimable autorisation de ConBody)

À ce jour, Coss a employé plus de 40 personnes qui sont sorties du système carcéral. ConBody a eu un taux de récidive nul parmi ses employés.

Changer de forme

Le slogan du gymnase est « Do the time » (faites le temps), et l’espace lui-même rappelle la prison. ConBody a entraîné plus de 30 000 personnes à ce jour, et la grande majorité de ses clients se sont montrés enthousiastes au concept du camps d’entraînement de remise en forme.

Plus récemment, Coss a créé une association à but non lucratif appelée Second Chance Studios pour former d’anciens détenus à des carrières dans les médias numériques. Il essaie maintenant de réunir 42 656 € (50 000 $) pour que l’association emménage à l’étage au-dessus de celui de ConBody.

Depuis la pandémie, Coss offre les séances d’entraînement de ConBody via Zoom, et dit qu’il aimerait ouvrir des franchises dans tout le pays – et peut-être même dans le monde entier.

Beaucoup de gens dépendent de poids et d’appareils pour s’entraîner, mais ce n’est pas le cas chez ConBody.

« J’ai l’impression que Dieu nous a donné tout ce dont nous avions besoin. Nous n’avons pas besoin de poids. Nous n’avons rien besoin d’extérieur à nous. Tout ce dont nous avons besoin est en nous », a déclaré Coss.

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ