Les entreprises chinoises représentent un tiers des sponsors de l’Euro 2020, ce qui suscite des inquiétudes en Europe

Par Alex Wu
23 juin 2021
Mis à jour: 23 juin 2021

Le championnat d’Europe de football 2020 de l’UEFA a débuté le 11 juin à Rome, en Italie, après avoir été reporté d’un an en raison de la pandémie de Covid-19. L’événement durera jusqu’au 11 juillet. Un tiers des sponsors du tournoi sont des entreprises chinoises, ce qui a suscité des inquiétudes en Europe.

Quatre grandes entreprises chinoises, dont Hisense, Alipay, Vivo et Tiktok, figurent parmi les 12 sponsors de l’Euro 2020, ce qui fait de la Chine le plus gros financeur de l’événement, suivie de la Russie. Les autres sponsors sont des entreprises américaines et des entreprises du monde arabe. Volkswagen est la seule entreprise européenne parmi les sponsors.

L’Euro est très regardé, tant en Europe qu’en Asie. Le sponsoring aide les entreprises chinoises moins connues à gagner en visibilité sur la scène internationale, car leurs enseignes sont omniprésentes et leurs publicités sont diffusées en permanence dans les stades et à la télévision pendant l’événement.

Le porte-parole du régime chinois considère qu’il s’agit d’une victoire pour la Chine et a déclaré : « Ni le Covid-19, ni l’aspect géopolitique n’empêcheront les marques de se mondialiser grâce au sponsoring. »

Cependant, le sponsoring d’entreprises provenant d’États autoritaires suscite des inquiétudes en Europe. Les médias suisses ont rapporté que les valeurs européennes ne sont pas représentées dans l’événement par les sociétés de sponsoring. « L’UEFA est déjà très éloignée de ses téléspectateurs », a déclaré Thomas Koch, professionnel des médias de Düsseldorf, dans le rapport.

En outre, les entreprises chinoises et russes sont douteuses, et pourtant l’UEFA accepte essentiellement de l’« argent sale » de leur part. Hisense et Vivo sont toutes deux accusées de tirer profit du travail forcé des Ouïghours au Xinjiang.

L’UEFA (l’Union des associations européennes de football) affirme qu’elle ne s’occupe pas de politique et qu’elle accepte la meilleure offre du marché lorsqu’elle choisit des sponsors.

Le commissaire fédéral allemand chargé des jeunes entreprises a mis en garde : « Il s’agit toujours de football. Pour certains sponsors, par exemple de Chine et de Russie, les aspects politiques et stratégiques pourraient également être au premier plan. »

Il existe également une clause dans les contrats qui fait référence à la responsabilité sociale, ont souligné les médias suisses, mais l’UEFA ne semble pas appliquer de normes minimales pour les sponsors.

La Chine était également le plus grand sponsor de la Coupe du monde de football 2018, même si l’équipe chinoise ne s’est pas qualifiée pour y participer.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ