Environ 90 % des entreprises chinoises de batteries pour véhicules à énergie nouvelle pourraient cesser leurs activités

Par Zhou Xinjian, journaliste d'Epoch Times
27 juillet 2019 Mis à jour: 28 juillet 2019

Alors que le géant chinois promettait un engagement sur la fabrication de véhicules « nouvelle énergie », il semblerait que les vestes des industriels de l’automobile se retournent vite à Pékin.

La Chine a annoncé cette année un certain nombre de changements de politique en ce qui concerne l’industrie des nouveaux véhicules énergétiques (NEV).

Parallèlement à la réduction des subventions gouvernementales, annoncées plus tôt cette année, la Chine a rouvert son marché aux fabricants japonais et coréens de batteries NEV. Les initiés de l’industrie croient qu’environ 90 % des entreprises chinoises de batteries NEV cesseront leurs activités à la suite de cette décision.

Trois raisons

Le 26 mars, le ministère des Finances, le ministère des Sciences et de la Technologie de la Chine et d’autres organismes ont annoncé conjointement des changements au programme de subventions pour les nouvelles voitures à énergie, réduisant les subventions de 67 %.

En outre, les subventions pour les nouveaux véhicules à énergie seront complètement supprimées après 2020.

Deuxièmement, l’augmentation du coût des matières premières exerce une pression supplémentaire sur la chaîne du capital des sociétés chinoises de batteries NEV.

Troisièmement, le ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information a annoncé en juin qu’il mettrait fin à la « liste blanche » des fournisseurs de batteries recommandées.

La politique de la liste blanche, publiée en mars 2015, était importante pour les vendeurs de NEV, car l’utilisation de batteries provenant des fournisseurs de batteries listés – des entreprises nationales – était la condition préalable pour que les fabricants de NEV obtiennent des subventions.

Mettre fin à la politique de liste blanche équivaut à ouvrir le marché chinois aux fabricants de batteries japonais et coréens, tels que Samsung, LG et Panasonic.

Or ces entreprises sont beaucoup plus compétitives que les entreprises chinoises. Leurs technologies sont plus avancées et l’écart de prix par rapport aux batteries chinoises n’est plus aussi important dorénavant.

Wang Binggang, directeur de la China’s New Energy Vehicle Technology Innovation Alliance, a admis dans China Automotive News que même les entreprises de batteries chinoises de premier rang ne peuvent être comparées aux géants japonais et coréens des batteries.

Il a prédit que les fabricants de batteries de petite taille seraient progressivement éliminés de la concurrence du marché, parce qu’ils ne sont pas assez compétents en recherche et développement et n’ont aucun avantage en matière de contrôle des coûts.

Dans un récent entretien avec Securities Daily, Fang Jianhua, ancien directeur de Guoxuan High-Tech Power Energy, a souligné que certaines entreprises de batteries en démarrage opèrent dans un mode spéculatif et connaissent de ce fait une « croissance fulgurante » au cours des dernières années.

Il semble que leur capacité de production soit élevée, malgré le fait qu’il y ait peu de chances actuellement que les constructeurs automobiles n’utilisent leurs produits.

« Environ 90 % des entreprises de batteries cesseront leurs activités à l’avenir », a prédit M. Fang.

Travail sans salaire

Deux employés de National Battery Technology, l’une des principales sociétés de recherche et de fabrication de batteries au lithium en Chine, ont récemment déclaré à la publication financière chinoise Securities Daily que de nombreux employés du siège social de la société à Pékin n’avaient pas été payés au cours des six derniers mois.

Les clients de la société ont également signalé à Securities Daily que dans de nombreuses villes en Chine, les ateliers de réparation de batteries avaient cessé d’entretenir les batteries fabriquées par National Battery.

L’entreprise a publié un communiqué public le 22 juillet, indiquant qu’elle dispose actuellement de 1,2 milliard de yuans (157 millions d’euros) de paiements non recouvrés de la part de ses clients, ce qui l’empêche de payer à temps les salaires, les compensations ou les remboursements commerciaux.

Dans une tentative de régler le problème, l’administration de National Battery Technology a déclaré qu’elle verserait une partie des compensations le 31 juillet et tous les salaires en souffrance d’ici le 31 août.

De nombreux fabricants de batteries cesseront leurs activités

Dans l’industrie chinoise des batteries NEV, National Battery n’est pas la seule entreprise à connaître des problèmes financiers.

Le cas d’Optimum Nano Energy Co. n’est pas non plus réjouissant. L’entreprise se classe cinquième au monde et troisième en Chine pour les ventes de batteries NEV.

En avril de l’année dernière, sa société mère a fait défaut sur 2 milliards de yuans (261 millions €) de fonds obligataires, tandis que sa dette totale atteignait 22,1 milliards de yuans (2,989 milliards €).

Hu Bo, directeur général de la succursale de Shanshan Tech à Shanghai, a expliqué à Securities Daily que de nombreuses entreprises de l’industrie des batteries NEV cesseront tôt ou tard leurs activités en raison de trois facteurs : la réduction des subventions gouvernementales, la hausse du coût des matières premières et la baisse du prix des produits finis.

Shanshan Tech est une société spécialisée dans les matériaux pour divers composants de cellules de batterie. Sa succursale de Shanghai est dédiée à la recherche et à la fabrication de matériaux utilisés dans les batteries au lithium.

« Ces dernières années, les fabricants de batteries pour véhicules à énergie nouvelle ont dû faire face à une pression énorme en raison de l’augmentation du coût des matières premières. Les matériaux pour la cathode, comme le cobalt, le nickel et le manganèse, ainsi que les matériaux pour les anodes, ont connu des hausses de prix importantes », explique M. Hu.

Selon China Automotive News, le nombre de fabricants chinois de batteries NEV a chuté de 135 à 90 en 2018. Les initiés de l’industrie croient qu’avec l’intensification de la concurrence sur le marché et l’intégration accélérée de la chaîne industrielle, il ne restera plus que 20 à 30 fabricants de batteries NEV d’ici 2020.

RECOMMANDÉ