Epidémie d’Ebola en RDC: plus de 750 morts (OMS)

13 avril 2019 Mis à jour: 12 avril 2019

L’épidémie d’Ebola dans le nord-est de la République démocratique du Congo a fait plus de 750 morts depuis qu’elle a été déclarée il y a huit mois, selon l’OMS qui doit dire vendredi s’il s’agit d’une « urgence de santé publique de portée internationale ».

L’épidémie a été déclarée le 1er août dans la province du Nord Kivu (nord-est) et marginalement en Ituri voisine. L’épicentre s’est déplacé de Mangina, en zone rurale, à la ville de Beni, puis actuellement à Butembo-Katwa, à 50 km au sud de Beni dans cette région où les populations se déplacent beaucoup.

« La transmission s’est intensifiée à Butembo/Katwa et dans les zones sanitaires environnantes de Vuhovi et Massereka. Ces facteurs ont entraîné une augmentation du nombre de cas signalés au cours des dernières semaines, après une période de déclin », a indiqué l’Organisation mondiale de la santé. Le bilan de l’épidémie ne cesse de s’alourdir, à un rythme accéléré, selon les organisations présentes sur place.

Depuis le début de l’épidémie, 1.186 cas confirmés et probables ont été recensés, dont 751 morts, selon les dernières statistiques de l’OMS en date du 9 avril. Dans son précédent décompte, l’OMS avait comptabilisé 690 morts, en date du 2 avril. La lutte contre l’épidémie a été perturbée ces dernières semaines par des attaques de groupes armés. En outre, au sein des communautés, des membres résistent aux actions de prévention, soins, et enterrements sécurisés.

Ces « incidents de sécurité » perturbent la riposte à Ebola en limitant l’accès du personnel sanitaire à la population et donc aux malades, entraînant un risque d’« intensification de la propagation du virus dans ces collectivités », a expliqué aux médias un porte-parole de l’OMS, Tarik Jasarevic. « Maintenant, nous voyons que nous sommes en train de regagner cet accès et il est normal de voir, quand vous commencez à regagner cet accès, des cas que vous ne pouviez pas voir quand vous n’aviez pas cet accès, et cela explique partiellement la hausse du nombre » de cas, a-t-il dit.

Le Comité d’urgence de l’OMS est réuni vendredi pour dire si l’épidémie d’Ebola en RDC constitue ou pas une « urgence de santé publique de portée internationale ». C’est au directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, qu’il revient de prendre la décision et d’énoncer les recommandations temporaires pour faire face à la situation.

D.C avec AFP

RECOMMANDÉ