Le vandalisme des boîtes à journaux d’Epoch Times a atteint un niveau sans précédent ces dernières années, selon la police

Par Omid Ghoreishi
13 octobre 2019 Mis à jour: 13 octobre 2019

Le commissariat de police du quartier York, dans la ville de Toronto, au Canada, affirme qu’aucun cas de vandalisme prolongé et d’une telle ampleur contre un journal particulier au cours des dernières années n’est comparable à ce qu’Epoch Times a connu. L’édition de Toronto a été victime d’un sabotage durant des mois, ce qui a empêché ses lecteurs d’accéder au quotidien.

« Dans ce cas particulier, il semble bien que le suspect, qui est maintenant accusé, visait spécifiquement les boîtes à journaux d’Epoch Times« , a déclaré l’agent Andy Pattenden, porte-parole de la police régionale de York.

Le commissariat de York a été le deuxième service de police de la région de Toronto à arrêter Fabio Guerrieri pour vandalisme et vol de journaux Epoch Times. Il a d’abord été arrêté par la police de Toronto le 26 août près d’une boîte à journaux Epoch Times, près de la rue Yonge et de l’avenue Finch après avoir été vu en train de voler des journaux dans le présentoir. Il a été accusé d’avoir causé des dégâts de plus de 4 500 €.

La police de York a ensuite arrêté Fabio Guerrieri le 19 septembre, le jour même où il a comparu en cour pour les accusations portées par la police de Toronto. La police de York l’a accusé de nuisance de moins de 4 500 € relativement à des allégations de vandalisme contre des biens d’Epoch Times au centre commercial Pacific Mall. Sa comparution en cour concernant la dernière accusation est prévue pour le 25 octobre.

Pendant des mois remontant au début du printemps, plus de 70 boîtes de journaux d’Epoch Times ont été la cible de vandalisme grave, y compris des dommages aux boîtes, le vol continu de tous les journaux, le déversement de déchets à l’intérieur des boîtes et le dépôt de matières fécales à l’intérieur et à l’extérieur.

« L’enquête a duré des mois, tant pour la police de Toronto que pour la police du quartier de York », a déclaré le gendarme Michael Machin, qui était chargé d’enquêter sur cette affaire pour la police de York.

Comme l’a déjà rapporté l’édition Epoch Times de Toronto, le personnel de l’entreprise de presse a contribué à l’enquête en mettant en place une surveillance pour enregistrer l’auteur du crime en action. Les vidéos montrent l’accusé s’approchant de boîtes à différents endroits dans la région de Toronto, brisant le support à l’intérieur qui contient les journaux, et enlevant tous les journaux. Le personnel a également observé que l’accusé ne marchait pas directement d’une boîte à l’autre, mais qu’il zigzaguait et faisait marche arrière avant de passer à la boîte suivante, ce qui suggère qu’il avait reçu une formation pour éviter la surveillance.

Le porte-parole de la police régionale de York, Andy Pattenden (à gauche) et l’officier chargé de l’enquête sur l’affaire Michael Machin. (Becky Zhou/The Epoch Times)

M. Xu, un lecteur d’Epoch Times qui préférait garder son prénom privé, a dit qu’il a repéré Fabio Guerrieri alors qu’il aurait tenté de mettre quelque chose dans un présentoir d’Epoch Times au Pacific Mall le 4 août. M. Xu, qui était au courant du vandalisme en cours, a crié « hé » pour essayer de l’arrêter, après quoi Fabio est monté sur son vélo et s’est enfui. M. Xu a rapporté que lorsque Fabio a traversé le parking du centre commercial en direction du présentoir et a revu M. Xu, il a crié : « Je vais te tuer. » Fabio a ensuite décampé et peu de temps après, quand il a vu M. Xu dans le parking une fois de plus, il a jeté des excréments sur M. Xu. M. Xu a dit qu’il a eu peur et a signalé l’incident à la police régionale de York.

Epoch Times, une organisation de presse indépendante fondée en 2000, a été la cible de vandalisme dans différentes parties du monde depuis ses débuts. Il s’agit d’un journal généraliste, mais qui met l’accent sur des questions liées à la Chine, comme la suppression des droits de l’homme par le régime communiste chinois et ses tentatives pour influencer et infiltrer d’autres pays.

Récemment, à New York, un certain nombre de boîtes à journaux ont été vandalisées, et les journaux à l’intérieur de l’une d’elles ont même pris feu le 19 août. Lors d’un autre incident survenu dans la ville en mai, un homme a été arrêté après avoir prétendument menacé une femme avec un couteau après que cette dernière a tenté de l’empêcher de jeter des journaux qu’il avait pris dans un distributeur d’Epoch Times. Il y a eu plusieurs autres cas d’actes criminels contre Epoch Times dans le monde, y compris un incident en 2006 où quatre hommes non identifiés sont entrés par effraction dans les bureaux de la société à Hong Kong et ont endommagé des biens, notamment en détruisant des appareils de bureau et des ordinateurs.

Sheng Xue, un auteur canadien d’origine chinoise établi dans la région de Toronto, affirme que les « actes criminels «  contre Epoch Times devraient être examinés en fonction des « preuves, de la logique et des faits ».

« [Le vandalisme] vise à empêcher les personnes de lire Epoch Times« , dit-elle. « Avez-vous peur de la vérité rapportée par Epoch Times ? »

Elle ajoute qu’il y a des forces « dans les coulisses » qui ne veulent pas que les gens lisent Epoch Times.

« C’est très simple », dit Mme Sheng. « C’est le Parti communiste chinois [qui ne veut pas que les gens lisent le journal]. »

RECOMMANDÉ