Espagne : controverse sur la participation des enfants aux corridas où on coupe les oreilles aux veaux vivants

Par Epoch Times
12 juin 2019 Mis à jour: 12 juillet 2019

AVERTISSEMENT : LES IMAGES DE CET ARTICLE CONTIENNENT DES SCÈNES DE VIOLENCE POUVANT NE PAS CONVENIR À CERTAINS LECTEURS.

Certaines images de taureaux de moins de 2 ans torturés à mort par des enfants espagnols commençant la corrida, ont été filmées dans un stade à Cordoue en Espagne et publiées le 2 juin. Elles sont considérées choquantes par les opposants aux corridas.

La vidéo qui suit montre des veaux de moins de 2 ans entre les mains de matadors débutants devant des mineurs profitant d’un moment de divertissement en Espagne, a rapporté Animal Guardians.

« Certains veaux ont les oreilles coupées de leur vivant et leurs organes amputés sont donnés en trophée à des mineurs », ont écrit ceux qui ont tourné la vidéo.

La vidéo a été réalisée par des activistes de Torture Is Not Culture (la torture n’est pas de la culture) et sponsorisée par Animal Guardians lors d’une corrida mettant en scène de jeunes taureaux, un événement annuel en hommage aux femmes de Cordoue. El Observatorio de la Violencia (l’Observateur de la violence) a sélectionné certaines des scènes suivantes où apparaissent des mineurs recevant leur « trophée ».

La vidéo attire l’attention sur le nombre d’enfants qui assistent à l’événement et sont les témoins actifs d’une violence insupportable contre de jeunes animaux. Selon les militants, cela contrevient aux indications données par le Comité des droits de l’enfant des Nations unies en 2018.

Le Comité a exhorté l’Espagne d’interdire la participation d’enfants de moins de 18 ans en tant que toreros ou spectateurs d’événements tauromachiques afin de prévenir les effets néfastes de cette violence sur eux ainsi que la désensibilisation à la souffrance des animaux, causée par la simple action de s’en divertir, selon le média indépendant espagnol Tercera informacion.

Pourtant, nous voyons ici des enfants et des adolescents qui proviennent des écoles de tauromachie d’Andalousie, d’après Tercera informacion. Ils frappent de manière insoutenable des veaux dont l’agonie dure plus longtemps parce que leurs mains inexpérimentées ne parviennent pas à les tuer rapidement. Les jeunes bovins souffrent des coups d’épées ratés qui font des ravages sur eux sans les tuer. Les assistants coupent les parties des trophées devant les enfants et marchent sur le museau de l’animal encore vivant pour qu’il arrête de respirer.

L’organisation espagnole Animal Guardians a demandé au public : « S’il vous plaît, écrivez au conseil municipal de Cordoue pour lui demander de mettre un terme à ces atrocités. Vous pouvez également envoyer un fax ou les appeler au 957 49 99 00. »

Selon les activistes, il ne s’agit pas d’un hommage aux femmes, c’est pourquoi ils ajoutent le hashtag #NoQuieroTuHomenaje (Je ne veux pas de votre hommage) partout où de nombreux commentaires contre la torture sont maintenant lus devant des enfants espagnols. Des milliers de personnes qui ont commenté la vidéo ont condamné les scènes qu’elles ont vues.

« Chaque année, ils font ce combat contre de jeunes taureaux et ils disent qu’ils font cela en hommage aux femmes de Cordoue », a déclaré Marta Esteban de Animal Guardians, selon Tercera Información.

En fait, seulement 2 000 spectateurs environ assistent à cet événement dans une arène de 17 000 places, selon le Daily Mail. « Nous ne pouvons pas connaître l’âge exact des apprenants de la tauromachie impliqués [dans cette vidéo]. Certains semblent avoir moins de 18 ans. Ils ont le droit de tuer des animaux dès l’âge de 14 ans », ajoute l’article.

[Traduction du Tweet ci-dessus : « Une barbarie dans toute sa splendeur. Quelle honte. »]

« Cela me semble inhumain, pas seulement parce que les enfants en sont témoins et qu’ils seront habitués à voir ces atrocités ; je dis cela à cause du traitement infligé à un être vivant lorsqu’on lui ampute les membres alors qu’il est encore vivant, ce mépris de la vie doit être dénoncé », a écrit Justo Alonso dans un commentaire.

« La seule chose que vous allez obtenir, c’est que personne n’aille dans votre ville », ajoute une autre personne sur Twitter.

« La tauromachie est une aberration, c’est de la violence », a commenté le blog Crónicas Herbíboras sur sa page Twitter.

Par contre, pour le torero Gabin Rehabi, tuer des animaux est sa passion. « J’aime ma profession plus que jamais. J’adore mon métier. Vivre sans tauromachie, ce n’est pas vivre », dit le torero.

[Traduction du Tweet ci-dessus : « Vous êtes complices d’un des actes les plus répugnants de maltraitance animale qui soit, avec la honte de le faire en l’honneur de la femme.]

[Traduction de l’image du Tweet ci-dessus : « L’esprit des enfants se façonne entre les mains des adultes.

La récente corrida de jeunes taureaux a causé de grandes souffrances chez les animaux ainsi que chez ceux que nous aimons. »]

[Traduction du Tweet ci-dessus : « Dans 94 % des pays, la tauromachie est un crime. »]

[Traduction du Tweet ci-dessus : « La tauromachie (du grec ταῦρος, taureau, et μάχομαι, lutter) est définie comme ‘l’art de combattre des taureaux’, à pied ou à cheval, et remonte à l’âge du bronze.

Et vous, comment définiriez-vous la tauromachie ? »]

RECOMMANDÉ