Essai Recovery : Didier Raoult appelle les journalistes d’investigation à mener l’enquête

Par Emmanuelle Bourdy
16 octobre 2020
Mis à jour: 16 octobre 2020

Le professeur Raoult s’est exprimé sur CNews, lors de l’émission de Jean-Marc Morandini, vendredi 9 octobre. Il s’est indigné sur ce qu’il nomme la plus « grande escroquerie » qu’il n’ait jamais vue, concernant l’hydroxychloroquine. Au passage, il a également interpellé les journalistes d’investigation, leur demandant pourquoi ils n’avaient pas cherché à savoir la raison de l’arrêt prématuré des essais comparatifs avec l’hydroxychloroquine (essai Recovery), dont les premiers résultats montraient son efficacité.

« Vous avez assisté à la plus grande escroquerie que je n’aie jamais vue de ma vie avec la toxicité de l’hydroxychloroquine », a déclaré Didier Raoult à Jean-Marc Morandini, vendredi 9 octobre. Pour lui, ce mensonge remet directement en cause la parole de ceux qui nous gouvernent, mais aussi celle des journalistes.

« Il y a des gens qui ont essayé de faire croire, et qui ont réussi à faire croire à des gouvernements et à l’OMS, qu’un médicament qui a 70 ans, qui est l’un des deux médicaments les plus prescrits de l’humanité, tuait 10 % des gens à qui on le donnait », s’est encore indigné le directeur de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée infection à Marseille.

Pour lui, un aussi gros mensonge devrait vraiment nous amener à nous interroger. « C’est quelque chose qui doit nous amener à réfléchir sur l’état de notre société, qu’on peut berner à un point incroyable », avait-il encore clamé. Car le professeur est sidéré qu’on ne se pose pas la question suivante : « Est-ce qu’on me ment, ou, est-ce qu’il n’y a que là-dessus qu’on me roule dans la farine ? »

Et lorsque Jean-Marc Morandini interroge Didier Raoult sur la question de l’efficacité de l’hydroxychloroquine, le professeur répond en interpellant les journalistes : « Si, dans ce pays, il existe des journalistes d’investigation, moi je fais appel aux journalistes d’investigation. » Il ajoute : « Je voudrais bien savoir pourquoi les deux essais comparatifs faits dans ce pays : Discovery et l’essai qui a été fait à Angers, ont été arrêtés prématurément, tous les deux, alors que l’hydroxychloroquine donnait des résultats supérieurs au placébo. Cela, c’est du travail de journaliste, et ce n’est pas jaser sur un plateau, cela, ça m’intéresse. »

Le directeur de l’IHU Méditerranée infection à Marseille poursuit : « Il n’y en a qu’un qui s’y est intéressé, c’est France-Soir, pour l’instant. Mais je voudrais bien que des journalistes d’investigation interrogent les gens responsables de ces essais pour leur dire : ‘Mais comment se fait-il que vous les ayez arrêtés ? Quel est le rationnel scientifique d’un traitement qui a été mis en cours, qui est officiel, que vous l’arrêtiez prématurément alors que vous n’avez qu’une partie de ce que vous aviez prévu de faire, et que les résultats préliminaires sont en faveur de l’hydroxychloroquine ?’ Cela, c’est une question intéressante. » Il a encore interpellé l’animateur, affirmant : « Vous voulez que je vous dise quelque chose M. Morandini ? […] Si vous êtes malade la semaine prochaine, vous allez m’appeler. » Sur ce, Jean-Marc Morandini a acquiescé.

FOCUS SUR LA CHINE – Xi Jinping visite ses troupes et les prépare au combat

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ