Essonne : elle fournit des masques de protection à une collègue et se voit menacée de licenciement

Par Séraphin Parmentier
21 octobre 2020
Mis à jour: 22 octobre 2020

La direction de GRDF reproche à une employée de son site de Brétigny-sur-Orge d’avoir voulu vendre une boîte de masques FFP2 à une collègue au mois de mars en utilisant sa messagerie professionnelle.

Tout commence au mois de mars dernier. Emmanuelle, conseillère clientèle à l’accueil téléphonique de l’entreprise GRDF à Brétigny-sur-Orge, discute avec l’une de ses collègues.

Celle-ci, qui souffre de problèmes respiratoires, lui fait part de ses craintes de ne pas pouvoir obtenir de masques de protection pour elle et sa mère très âgée.

« À cette époque, les masques étaient réquisitionnés. On disait qu’ils étaient inutiles parce qu’on n’en avait pas pour tout le monde », souligne Luc-André Pons, secrétaire général de la CGT Énergie 91, dans les colonnes du Parisien.

Emmanuelle propose à sa collègue, âgée d’une soixantaine d’années, de lui fournir une boîte de 50 masques FFP2.

« J’ai alors demandé à ma cousine, qui exerce le métier de manucure et qui avait des masques pour travailler, de me dépanner avec l’une des trois boîtes à 25 euros qu’elle avait en sa possession », a expliqué Emmanuelle à nos confrères du Parisien.

Lorsqu’Emmanuelle apporte les masques en question à son bureau, sa collègue n’est pas là. Elle lui envoie un courriel sur sa messagerie professionnelle pour la prévenir qu’elle les a confiés à son responsable.

Une procédure disciplinaire ouverte

La collègue d’Emmanuelle ne recevra cependant jamais les masques et une copie du courriel sera transmise à la direction de GRDF. La trentenaire fait depuis l’objet d’une procédure disciplinaire et craint de perdre son emploi.

« C’est le manager en question qui a fait remonter ça. La collègue qui devait récupérer les masques a reçu un avertissement et ils ont certainement fait pression sur elle pour qu’elle leur donne la copie de ce message », assure Luc-André Pons.

« On reproche à Emmanuelle non pas une vente, mais une tentative de vente de masques, par le biais de la messagerie de l’entreprise. Il n’y a eu aucun échange de masques, aucun échange d’argent, vu que le manager a tout simplement confisqué cette boîte, de manière tout à fait illégale », poursuit le syndicaliste.

Selon M. Pons, un ancien cadre de l’entreprise n’aurait d’ailleurs pas hésité à utiliser la messagerie interne de GRDF pour vendre un deux-roues sans jamais être inquiété.

« Nous avons découvert qu’un employé a utilisé l’intranet de l’entreprise pour vendre sa moto personnelle, sans que personne ne vienne lui reprocher de manquement au règlement intérieur ou à la charte éthique de la société », précise-t-il.

Un deux poids, deux mesures inadmissible pour le syndicaliste qui n’exclut pas de déposer plainte contre GRDF pour différence de traitement.

48 heures à un mois avant de connaître la décision de GRDF

Menacée de licenciement, Emmanuelle ne comprend toujours pas la réaction de sa direction : « J’ai voulu rendre service à une collègue et cela va peut-être me valoir un licenciement. »

« J’ai un loyer à payer, des crédits en cours et je suis terrorisée de ce qui va m’arriver si je suis virée. J’ai regardé les offres d’emplois, personne n’embauche en ce moment », ajoute-t-elle.

La jeune femme a été reçue par la direction de GRDF le mardi 20 octobre dans le cadre de la procédure disciplinaire ouverte à son encontre. La société dispose désormais d’un délai de 48 heures à un mois pour lui faire connaître sa décision.

Jointe par la rédaction du Parisien, la direction de GRDF n’a pas voulu faire de commentaires.

FOCUS SUR LA CHINE – Hunter Biden et ses relations secrètes avec des entreprises d’État chinoises

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ