Est-ce qu’Ivanka Trump et son mari sont des amis proches d’une espionne chinoise ?

21 janvier 2018
Mis à jour: 21 janvier 2018

Les rumeurs que Wendi Deng, l’ex-épouse du magnat médiatique Rupert Murdoch, soit une espionne chinoise circulent depuis des années.

Le récent reportage du Wall Street Journal, affirmant que les responsables américains du contre-espionnage avaient averti Jared Kushner – gendre et conseiller principal de Donald Trump – que Wendi Deng pourrait utiliser leur amitié pour promouvoir les intérêts du régime chinois, a relancé ces spéculations.

Wendi Deng, née et élevée en Chine, et maintenant citoyenne américaine, connaît depuis longtemps M. Kushner et son épouse Ivanka Trump, fille du président américain.

Vanity Fair a précédemment rapporté qu’avant leur mariage, Wendi Deng avait aidé à réunir le couple après une rupture survenue en 2008.

En janvier 2017, lors de l’un des événements d’inauguration du président Trump, Wendi Deng a posté sur Instagram une photo amicale d’elle avec Ivanka Trump.

Congratulations @ivankatrump ❤️❤️

A post shared by Wendi Murdoch (@wendimurdoch) on

Selon le Wall Street Journal, les responsables du contre-espionnage n’ont accusé Wendi Deng, Jared Kushner ou Ivanka Trump d’aucun méfait, mais ont « averti M. Kushner, qui était nouveau au gouvernement, de la nécessité d’être prudent dans ses relations avec les personnes dont les intérêts peuvent ne pas correspondre à ceux des États-Unis ».

Il y a eu des preuves documentées d’interactions de Wendi Deng avec l’ancien chef du Parti communiste chinois, Jiang Zemin, et des membres de sa faction au sein du Parti communiste. Dans son livre « The Murdoch Mission: The Digital Transformation of a Media Empire » publié en 2001, la journaliste Wendy Goldman Rohm décrit un dîner privé entre Jiang Zemin, alors dirigeant chinois, de hauts fonctionnaires chinois, Rupert Murdoch, son fils James Murdoch et Wendi Deng. Cette rencontre a été organisée dans le but de renforcer les liens d’affaires de l’empire médiatique de Rupert Murdoch en Chine. James Murdoch a été récemment nommé par son père à la tête de la chaîne de télévision asiatique Star TV.

Rupert Murdoch et Wendi Deng avant leur divorce, à Londres, le 26 avril 2012. (Peter Macdiarmid / Getty Images)

Selon un article du Sydney Morning Herald, deux ans auparavant, en 1999, Wendi Deng avait joué le rôle de guide et de traductrice lorsque Zeng Qinghong, haut responsable et bras droit de Jiang Zemin, s’est rendu en Australie. Un festin de fruits de mer dans l’un des meilleurs restaurants de Sydney, fermé au public, aurait été offert à Zeng Qinghong ainsi qu’aux personnes qui l’accompagnaient afin qu’ils puissent profiter d’une spécialité locale, l’ormeau à lèvre verte, en contemplant une vue imprenable du coucher de soleil derrière le port. Le haut responsable chinois a également été emmené aux studios Fox de Murdoch, où il a été présenté aux stars du cinéma Nicole Kidman et Ewan McGregor lors du tournage du film « Moulin Rouge ».

On pourrait noter que le régime chinois a également alimenté involontairement les rumeurs d’espionnage.

En juin 2013, peu après que Rupert Murdoch a intenté une procédure de divorce, le journal officiel chinois le Quotidien du Peuple a publié un article intitulé « Le motif du divorce de M. Murdoch : se débarrasser du contrôle de Wendi Deng sur News Corp ». L’article confirmerait les rumeurs que Mme Deng tentait d’influencer la couverture médiatique à l’étranger des actions et de l’image du régime chinois.

Les récentes révélations de Jared Kushner ont aussi permis de dévoiler les liens de Wendi Deng avec Jiang Zemin. D’après le Wall Street Journal, les officiels américains ont exprimé leur inquiétude après avoir été avertis par les services du contre-espionnage que Wendi Deng faisait du lobbying pour un jardin chinois de 100 millions de dollars – financé par le régime chinois – qui devait être construit à l’Arboretum national de Washington. Les agents du renseignement ont estimé que le projet représentait un risque pour la sécurité américaine, car ses plans comprenaient une tour de 21,5 mètres qui aurait pu être utilisée dans un but de surveillance.

Les visiteurs à l’Arboretum national à Washington, le 16 mai 2016. (Brendan Smialowski / AFP / Getty Images)

Les conditions du projet de construction de ce jardin ont été négociées en 2003 par Jiang Zehui, le cousin de Jiang Zemin, qui était alors à la tête de l’Académie chinoise des forêts, un établissement de recherche de l’État chinois.

Selon le Wall Street Journal, ce projet a été plus tard mis de côté en raison de préoccupations de ce genre.

Après la publication du reportage du Wall Street Journal, Michael Wolff, auteur de la biographie de Murdoch, publiée en 2008 et intitulée « The Man Who Owns the News: Inside the Secret World of Rupert Murdoch », a posté sur Twitter le message suivant : « Depuis leur divorce, Murdoch disait à tout le monde que Wendi était une espionne chinoise – et qu’elle l’avait été durant tout leur mariage. »

Annie Wu

Version anglaise

 

RECOMMANDÉ