États-Unis : des détenus forcés d’écouter en boucle la comptine Baby Shark

Par Léonard Plantain
10 octobre 2020
Mis à jour: 10 octobre 2020

« Baby shark, doo, doo, doo, doo, doo, doo. Baby shark, doo, doo, doo, doo, doo, doo. Baby shark ! » c’est ce que des détenus aux États-Unis ont été obligés d’écouter en boucle pendant des heures. Une action qui a valu aux gardiens d’être inculpés pour acte de cruauté.

Dans une prison d’Oklahoma aux États-Unis, cinq prisonniers ont été forcés d’écouter en boucle la comptine pour enfant « Baby Shark » (bébé requin). Un air répétitif qui plaît visiblement à des millions d’enfants, celle-ci ayant près de 6,8 milliards de vues sur YouTube, mais qui dans le cas présent peut vite « taper sévèrement sur le système », relate le New York Times.

D’après le média américain, deux gardiens et leur superviseur ont ainsi été inculpés pour actes de cruauté, châtiment corporel et conspiration après avoir « torturé » des prisonniers avec ce refrain. En effet, ils auraient menotté les cinq détenus en les forçant à rester debout contre un mur, pendant plusieurs heures, tout en diffusant la comptine à un volume élevé.

Pour se défendre, les auteurs ont déclaré qu’il s’agissait juste d’une simple « blague ». Cependant, la blague pouvait également avoir lieu en pleine nuit, quitte à réveiller les détenus, relate Le Dauphiné.

Pour le procureur du comté d‘Oklahoma, David Prater, les trois accusés « ont agi conjointement, délibérément et à tort » et « de manière cruelle et inhumaine »« Les détenus ont été soumis à un stress émotionnel excessif », a-t-il ajouté.

Durant l’enquête, les deux gardiens ont démissionné, tandis que le superviseur a pris sa retraite.

FOCUS SUR LA CHINE – Les membres du Parti communiste chinois ne peuvent pas rentrer aux États-Unis



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ